Un lynx noir observé pour la première fois au Canada

Le félin à la fourrure noire est atteint de mélanisme, une anomalie génétique qui touche environ un tiers des félidés, mais qui n’avait pas encore été observée chez cette espèce.

De Douglas Main
Publication 17 nov. 2022, 12:10 CET
Le pelage des lynx du Canada est habituellement brun rougeâtre en été et gris argenté en ...

Le pelage des lynx du Canada est habituellement brun rougeâtre en été et gris argenté en hiver. Un individu atteint de mélanisme à la fourrure noire vient d’être observé.

PHOTOGRAPHIE DE Joël Sartore, National Geographic Photo Ark

Des scientifiques ont constaté pour la première fois l’existence d’un lynx du Canada entièrement noir. L’animal a été filmé par une habitante de Whitehorse, dans le territoire du Yukon au Canada, alors qu’il se promenait dans le jardin de cette dernière, fin août 2020.

La vidéo vient tout juste d’être publiée dans le cadre d’une étude parue en octobre 2022 dans la revue Mammalia. D’après celle-ci, le félin serait atteint de mélanisme, une mutation génétique qui provoque une production anormale de mélanine, un pigment de couleur sombre, dans la peau et la fourrure de l’animal.

Si cette anomalie touche environ une espèce de félidé sur trois, c’est la première fois qu’elle est observée chez un lynx du Canada. Des cas de mélanisme ont été constatés chez des lynx roux, cousins du lynx du Canada, en Floride et ailleurs, précise Darcy Doran-Myers, biologiste à l’Institut floridien de recherche sur les poissons et la faune, qui a mené des études sur les lynx. (Le lynx roux est la plus petite des quatre espèces de lynx.)

Les lynx du Canada arborent généralement un pelage brun-rougeâtre en été, avant de devenir gris argenté pendant l’hiver. Leur fourrure leur permet de se camoufler dans les forêts d’Amérique du Nord et de chasser des animaux tels que les lièvres d’Amérique, leur principale proie.

Les chercheurs pensent que le mélanisme constitue un handicap pour les lynx du Canada, confie Stan Boutin, écologue à l’université de l’Alberta, puisque les félins atteints de cette anomalie auraient plus de difficulté à se fondre dans les paysages enneigés où ils passent la majorité de leur vie à chasser.

D’après les images vidéos (disponible sur YouTube), l’individu observé, un adulte, semble néanmoins en bonne santé. « Avoir un pelage noir constitue certainement un handicap en hiver, ce lynx semble donc bien s’en tirer », ajoute l’écologue.

Vidéo : une maman lynx et ses petits jouent dans la neige

UNE ANOMALIE CONNUE CHEZ LES FÉLINS

Pour l’heure, les scientifiques n’ont pas encore identifié la mutation exacte qui cause le mélanisme chez le lynx du Canada (Lynx canadensis). Chez les autres espèces de félidés, cette production de mélanine en excès résulte d’une foule de mécanismes génétiques.

L’anomalie est assez courante chez les jaguars notamment : environ 10 % des individus de l’espèce sont atteints de mélanisme. Selon une étude, ce pourcentage grimperait même jusqu’à 30 % dans les zones densément boisées. « Elle est en général plus fréquente dans les environnements où elle ne constitue pas un handicap… Un jaguar noir parvient toujours à se fondre dans la pénombre de la jungle », explique Darcy Doran-Myers par e-mail.

Les léopards et autres félins ne sont pas en reste. Au cours du siècle dernier, une vingtaine de lynx roux atteints de mélanisme ont ainsi été observés dans la nature.

Souvent associé au personnage de l’univers Marvel, le mot fourre-tout « panthère noire » est couramment utilisé pour désigner n’importe quel félidé au pelage noir. Pourtant, aucun puma ou lion de montagne (que l’on appelle parfois panthères) atteint de mélanisme n’a encore été observé.

Il est intéressant de noter qu’avec la diminution de l’enneigement en raison du changement climatique, les paysages canadiens risquent de devenir plus sombres : un lynx noir pourrait alors avoir de meilleures chances de survivre.

Cela n’est qu’une hypothèse, souligne Darcy Doran-Myers. Pour être confirmée, davantage de félins atteints de mélanisme devront être observés.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
La contre-illumination, technique de camouflage du grand requin blanc
Animaux
Pour survivre à l'attaque d'un lynx, ce serpent... fait le mort
Animaux
Les grands requins blancs seraient capables de changer de couleur pour tromper leurs proies
Animaux
Des singes jouent un mauvais tour à une panthère noire
Animaux
Comment ces animaux font-ils pour changer de couleur ?

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.