Cette photo a fait de ce puma solitaire une star d’Hollywood

Le cliché de Steve Winter a permis au puma P-22 de devenir une véritable célébrité. Après des comportements irréguliers, ce félin vieillissant a été capturé pour des analyses plus poussées.

De Christine Dell'Amore
Publication 3 janv. 2023, 16:30 CET
NationalGeographic_1741447

Une caméra contrôlée à distance a capturé P-22 errant dans le Griffith Park à Los Angeles en 2013.

PHOTOGRAPHIE DE Steve Winter, Nat Geo Image Collection

Lorsque Steve Winter a lancé l’idée de photographier un puma (Puma concolor) se promenant sous le panneau Hollywood, le biologiste avec lequel il travaillait l’a « regardé comme [s’il était] fou », se souvient-il en riant.

C’était en 2012. Huit mois après cette conversation, le photographe a reçu un message de Jeff Sikich, un biologiste du National Park Service, qui stipulait simplement :  « APPELLE-MOI MAINTENANT. » M. Sikich avait capturé par hasard une photo d’un puma grâce à un piège photographique sous le panneau Hollywood dans le Griffith Park, une réserve urbaine d’un peu plus de 16 km² à Los Angeles.

Il s’agissait de P-22, un jeune mâle qui avait miraculeusement réussi à traverser deux autoroutes principales depuis son lieu de naissance, dans les monts Santa Monica, jusqu’aux Hollywood Hills envahies par les touristes. Son nom, P-22, signifie qu’il était le 22e puma à porter un collier émetteur dans le cadre de l’étude du National Park Service.

M. Winter a passé les 15 mois suivants à placer des pièges photographiques dans le Griffith Park jusqu’à saisir la désormais célèbre photo de P-22, qui a été publiée dans le numéro de décembre 2013 du magazine National Geographic.

En plus d’attirer près de 20 000 abonnés sur sa page Facebook, gérée par l’organisation à but non lucratif Save LA Cougars, P-22 a fait d’autres gros titres au fil des années. Il a probablement tué un koala du zoo pendant une nuit de 2016. En 2014, il a survécu à une grave crise de gale, une maladie presque toujours fatale pour les grands félins, même lorsque les scientifiques interviennent pour la traiter.

« Je ne suis pas sûr qu’un autre grand chat dans le monde ait eu un tel impact sur les gens comme l’a fait P-22 », indique M. Winter, également explorateur National Geographic.

Le félin a également attiré l’attention sur la nécessité de créer des corridors biologiques pour relier les populations animales dans le sud de la Californie, une région fortement urbanisée. Un tel étalement urbain isole des groupes de pumas, ce qui peut conduire à de la consanguinité. En 2021, l’État de Californie a commencé à construire le Wallis Annenberg Wildlife Crossing, un viaduc qui permettra aux animaux de traverser 10 voies de l’autoroute 101, très fréquentée, d’ici 2024.

Toutefois, P-22 atteint la fin d’une ère. À 12 ans, le prédateur est considéré comme un animal âgé, ce qui peut expliquer pourquoi il a récemment été observé dans des zones densément peuplées. Il a attaqué des animaux de compagnie plutôt que des cerfs hémiones (Odocoileus hemionus), sa nourriture habituelle.

Le 12 décembre 2022, M. Sikich et d’autres biologistes du parc ont capturé l’animal muni de son collier émetteur pour évaluer son état de santé. Le 14 décembre, des spécialistes de la faune sauvage ont annoncé que P-22 souffrait d’une grave insuffisance pondérale et d’une blessure à l’œil probablement causée par une collision avec un véhicule. L’animal vit dans un établissement vétérinaire dont le nom n’a pas été révélé, jusqu’à ce qu’une analyse complète de son état de santé soit effectuée dans les prochaines semaines. Cependant, compte tenu de son état actuel, les responsables ont déclaré qu’il était peu probable que P-22 retourne à l’état sauvage et qu’il pourrait finir ses jours dans une réserve naturelle.

Nous avons discuté avec M. Winter de sa célèbre photo et de la contribution que le P-22 a apportée aux habitants de Los Angeles et d’ailleurs.

 

Qu’avez-vous pensé lorsque vous avez entendu que des biologistes de la faune sauvage avaient capturé P-22 pour analyser son état de santé ?

Ça a tiré sur ma corde sensible. Il a changé ma vie. Lorsque j’ai parlé à Jeff Sikich en avril dernier, il me disait que P-22 passait trop de temps dans les zones urbaines. Lorsque P-22 a attrapé ce chien, je savais que quelque chose allait arriver, donc j’étais en quelque sorte préparé pour cela. Aucun félin ne lui ressemble. Il donne de l’espoir aux gens rien qu’en sachant qu’ils ont un chat sauvage dans le centre de Los Angeles.

 

Dites-m’en plus sur ce qui a mené à la désormais célèbre photo sous le signe d’Hollywood.

Dans le cadre de ma mission pour National Geographic, je devais obtenir quelque chose qui évoque la faune urbaine. J’ai installé des caméras au-dessus du pont Golden Gate, mais je n’ai rien obtenu. J’ai donc jeté mon dévolu sur Griffith Park. Quoi de mieux que le signe d’Hollywood pour parler de la faune urbaine ? Je suis juste heureux que P-22 soit passé devant mon objectif à quelques reprises. Il est également important de noter que toutes les idées folles qui me passent par la tête ne se réalisent pas toujours [rires].

Des randonneurs tombent nez à nez avec un puma

Ce qui est incroyable avec P-22, c’est qu’il était tout ce qu’il y a de plus normal pour un puma. Ce sont des animaux très discrets, et très peu de gens l’ont réellement aperçu. Vous devriez voir le P-22 Day, un festival annuel organisé par Save LA Cougars. Tellement de personnes s’y rendent. Il est une célébrité chez les pumas. Il y a tout un monde imaginaire à Hollywood et ils tombent tous amoureux d’un puma.

 

Que voulez-vous que les gens retiennent de votre photo ?

À mesure que nos villes s’étendent, nous nous installons dans les habitats des animaux et partageons l’espace avec eux, notamment à Griffith Park. Cette photo montre que nous pouvons vivre, et que nous vivons, avec la faune sauvage sans problème. Je ne pensais pas qu’elle aurait un tel impact. Elle illustre l’envie de nature des gens. Chaque année, 24 millions de personnes visitent Griffith Park, et la présence d’un puma rend les choses un peu plus sauvages.

 

Quel sera l’héritage de P-22 ?

Je dis toujours qu’il n’y a peut-être qu’un petit groupe de pumas qui vivent à Los Angeles mais ils ont changé le regard sur ces animaux partout dans le monde. Le fait que P-22 ait vécu pendant 10 ans dans le centre-ville de Los Angeles et qu’il ait suscité l’émergence de toute une communauté qui milite aujourd’hui pour la création de corridors entre les espaces verts est incroyable. Il a donné naissance à un mouvement en faveur de la faune sauvage à Los Angeles qui ne va cesser de croître, et tout cela grâce à un puma nommé P-22.

Cet entretien a été édité dans un souci de concision et de clarté.

La National Geographic Society, engagée pour mettre en lumière et protéger les merveilles de notre planète, a financé le projet de Steve Winter avec ses grands félins depuis 2006. Pour en apprendre davantage sur le soutien de la Nat Geo Society auprès des explorateurs qui révèlent et protègent les espèces essentielles, cliquez ici.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
En Europe, la lutte pour le contrôle des populations de sangliers continue
Photographie
Quelles sont les meilleures photos de la vie sauvage de l’année 2022 ?
Animaux
Australie : des milliers de renards volants meurent sous la chaleur écrasante
Animaux
La Patagonie, le paradis des pumas
Animaux
Un puma grimpe aux arbres pour chasser un paresseux

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.