Comment les chiens de sauvetage retrouvent-ils les survivants d'une catastrophe ?

Les chiens de sauvetage sont devenus les meilleurs alliés des équipes de secouristes, tant sur le plan technique que moral.

Publication 29 juin 2021, 15:25 CEST
domestic-dog

Les grands bouviers suisses, comme celui-ci photographié à Choussy dans le Loir-et-Cher, sont souvent entraînés à la recherche de victimes et au sauvetage.

PHOTOGRAPHIE DE Joel Sartore, National Geographic Photo Ark

Depuis des années maintenant, les chiens de sauvetage sont mobilisés pour aider à trouver des survivants parmi les décombres des sites de catastrophes naturelles ou d’accidents.

Les chiens sont en quête d’une respiration humaine, explique Sinead Imbaro, policière et formatrice militaire pour l’unité cynophile de police aux États-Unis, à News Nation. S’ils trouvent quelqu’un, ils aboient pour alerter les secours.

Au petit matin du 22 juin, juste après l’effondrement survenu dans la ville de Surfside en Floride, Charles Burkett, le maire de la ville, a déclaré : « Nous avions des chiens à la recherche de survivants parmi les décombres en plein milieu de la nuit. Mais c’était tellement dangereux et il faisait tellement sombre qu’ils n’ont donné aucune piste. »

Les chiens sont retournés sur le site à plein temps, accompagnés de chiens entraînés à la recherche de cadavres, a déclaré Grant Musser de la Florida Task Force 2, une des équipes de sauvetage de la Floride du Sud, à WPLG, une chaîne d’information locale.

L’entraînement des chiens pour de telles missions est un processus long, difficile et coûteux. Généralement, il dure entre un an et demi et deux ans, au terme desquels le chien et son maître sont prêts pour les missions.

Le résultat final en vaut la peine. Ces chiens aident à sauver des vies.

 

FAIRE DE LA RECHERCHE UN JEU

Il existe différentes races de chiens de sauvetage. Ils sont entraînés pour répondre à divers comportements. Certains recherchent l’odeur humaine, par exemple l’haleine ou l’odeur corporelle, au sein d’une zone spécifique. À l’instar des chiens de pistage, ils suivent la trace d’une personne disparue. Certains ont même été déployés sur des bateaux pour aider à localiser des restes humains immergés.

Les chiens sont formés de telle sorte à ce qu’ils considèrent la recherche comme un jeu, avec une récompense à la clé. Ce jeu est un véritable défi. « Pour détecter les humains, nous les entraînons parfois à partir d’une simple petite dent », explique la maître-chien Bev Peabody.

Mme Peabody est l’un des membres fondateurs de la California Rescue Dog Association, Inc. Cette organisation gérée par des bénévoles constitue le plus grand groupe chargé des chiens de sauvetage des États-Unis. Le renforcement positif est la clé pour que les chiens restent enthousiastes à l’idée de chercher, assure Mme Peabody.

« Généralement, après une recherche où ils ne trouvent rien, à l’entraînement suivant leur tâche peut ne durer que dix minutes », explique-t-elle. « Nous les félicitons et les récompensons, et ça leur redonne de l’enthousiasme. »

Cette technique est également utilisée sur le terrain. Si un chien passe une journée entière à chercher mais qu’il ne découvre rien, son maître peut se permettre de cacher quelqu’un et de laisser le chien pister la personne pendant quelques minutes. Ainsi, il termine sa journée sur une note positive et se voit récompensé.

Les chiens de sauvage sont les animaux de compagnie des maîtres. Ils montrent donc le même type d’émotions et de traits personnels que les autres chiens. « Après une trouvaille, nous vérifions les conditions physiques et émotionnelles de la personne pendant que le chien est autorisé à jouer avec son jouet préféré », poursuit Mme Peabody.

Les chiens sont capables de détecter les signes d'une crise d'épilepsie grâce à leur odorat
Cette expérience fait partie d'une étude qui montre que les chiens peuvent sentir l'odeur produite lors de crises d'épilepsie.

Ces sauveteurs à quatre pattes reçoivent des éloges de la part de leur maître mais aussi souvent des personnes qu’ils ont réussi à localiser. « Les individus témoignent sans cesse leur gratitude aux chiens, et les chiens eux, savent qu’ils ont fait du bon travail. C’est un jeu pour eux et c’est sérieux pour nous. »

 

UNE GRATITUDE PARTAGÉE

L’issue d’une recherche est plus dure émotionnellement lorsqu’elle conduit à la découverte de restes humains plutôt qu’à une personne en vie. « S’il y a eu un accident de bateau et qu’une personne s’est noyée, ça reste un jeu pour le chien », explique Bev Peabody. « Nous ne sommes pas aussi enthousiastes mais ils reçoivent tout de même leur récompense, leurs éloges et leur “bon chien”. »

Les membres de la famille présents lorsque les restes humains sont retrouvés établissent souvent un lien avec le chien. « Presque chaque fois, ils viennent et nous disent, “J’aimerais beaucoup caresser votre chien, le remercier et lui dire à quel point il a été un bon chien pour avoir réussi à retrouver la personne qui m’est chère”. Tout le monde pleure, mais ils peuvent ainsi tourner la page car rester dans l’ignorance n’est vraiment une bonne chose. »

Heureusement, de nombreuses recherches cynophiles se terminent bien. « C’est le séisme à Mexico qui a entraîné une utilisation plus courante des chiens de sauvetage dans les catastrophes. J’y étais pendant cinq jours et les chiens ont retrouvé huit personnes vivantes dans les décombres. Ils ont lancé l’alerte dans une tour de parking qui s’était effondrée et lorsque [les secours] ont fait sortir les victimes, il s’agissait d’un grand-père et de son petit-fils dans une Coccinelle Volkswagen, vivants. » Les Mexicains ont montré leur gratitude aux chiens en les couvrant de friandises. « Ils auraient pris 15 kilos si on les avait laissé faire », ajoute Mme Peabody.

Après ce puissant séisme, la demande pour les équipes de sauvetage canin chargées de rechercher les victimes des catastrophes et des accidents a grimpé en flèche. Shirley Hammond et Sunny, son Doberman, collaborent avec la Federal Emergency Management Agency des États-Unis. Lorsque les autorités fédérales déclarent une zone comme sinistrée, ils sont parfois appelés pour venir en aide aux secouristes. Ils ont été appelés à New York après les attaques terroristes du 11 septembre au World Trade Center.

« Nous avons retrouvé le corps d’un pompier, une terrible découverte [pour le chien] », témoigne Mme Hammond. « Techniquement, Sunny est un chien de recherche de personnes vivantes mais puisqu’il ne trouvait aucune victime dans cette zone, il a poussé sa recherche plus loin en quête de restes humains. »

Les chiens de sauvetage sont entraînés avec un renforcement positif et en recevant des récompenses après une recherche fructueuse. Il est donc difficile de trouver un équilibre avec les émotions lorsqu’ils travaillent sur un sinistre. « Lorsque les maîtres disent que leurs chiens sont déprimés, en réalité, [les animaux] tirent ça de leur propriétaire, directement par la laisse », explique-t-elle.

Mais dans la lugubre atmosphère de Ground Zero, Sunny et d’autres chiens de sauvetage ont su remonter le moral de nombreux secouristes.

« Sunny est un Doberman mâle de 43 kilos. La première fois que les gens l’ont vu sur place, ils l’ont évité en quelque sorte. Mais plus tard, il est devenu comme une icône, et son travail est devenu presque aussi important en tant que chien de thérapie que chien de sauvetage. Les gens s’approchaient et disaient, “On m’a dit que c’était Sunny. Est-ce que je peux le caresser ?” Ils lui faisaient des caresses et lui se blottissait contre eux. Ces personnes avaient juste besoin de ce sentiment doux et réconfortant et ce sont les chiens de sauvetage qui le leur ont vraiment apporté. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise. 

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.