Découverte : les requins s’orientent grâce au champ magnétique terrestre

Depuis des années, les scientifiques soupçonnaient ces poissons géants de s’orienter grâce au champ magnétique terrestre. Aujourd’hui, ils en ont la preuve.

Publication 10 mai 2021 à 15:40 CEST
bonnethead-shark-swimming

Un requin-marteau tiburo (Sphyrna tiburo), l’espèce analysée dans l’étude, nage au sein de l’aquarium de Nouvelle-Angleterre à Boston.

Photographie de Brian Skerry

Lorsque l’on parle d’exploit migratoire, on entend généralement parler des oiseaux ou des saumons. Pourtant, de nombreux requins entreprennent des voyages impressionnants à travers les océans. Il peut s’agir du grand requin blanc (Carcharodon carcharias), dont certains individus effectuent des allers-retours entre l’Afrique du Sud et l’Australie, ou encore du requin-citron (Negaprion brevirostris) qui peut retrouver son chemin jusqu’à une petite île des Bahamas.

Pendant des dizaines d’années, les scientifiques se sont demandé comment ces poissons géants pouvaient bien être capables de réussir un tel exploit. De nombreuses espèces possèdent un odorat très développé. Bien qu’il puisse les aider à s’orienter sur la dernière ligne droite, il est peu probable que l’odorat, à lui seul, les guide sur d’aussi longues distances. C’est la raison pour laquelle de nombreux spécialistes pensent que les requins s’orientent grâce au champ magnétique de la Terre. Il se pourrait qu’ils utilisent les mêmes organes sensoriels de détection électromagnétique qui leur permettent de poursuivre des proies.

Puisque chaque lieu sur Terre possède sa propre signature magnétique, plusieurs scientifiques ont émis l’hypothèse que les requins pourraient être dotés d’une sorte de « carte magnétique » qui leur indiquerait où ils se trouvent.

(À lire : Les découvertes les plus fascinantes sur les requins.)

Afin de tester cette théorie, Bryan Keller, biologiste spécialiste des requins à l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique a ramené vingt jeunes requins-marteaux tiburo dans un laboratoire de l’université d’État de Floride. Il a sélectionné cette espèce car elle regagne fidèlement son habitat pour se reproduire.

Dans une nouvelle étude, publiée le 6 mai dans la revue Current Biology, M. Keller et ses collègues ont prouvé que le requin-marteau tiburo se servait du champ magnétique terrestre pour naviguer.

« D’autres études ont démontré que les requins détectent et sont réceptifs aux champs magnétiques mais il s’agit de la première qui prouve qu’ils possèdent un sens de cartographie », explique M. Keller.

En étudiant les méthodes de navigation des requins, il serait possible de mieux comprendre leurs déplacements pour mieux protéger ces régions. Nombre d’entre elles sont lourdement affectées par la surpêche et la pollution. Depuis 1970, les populations de dix-huit espèces de requins et de raies ont décliné de 70 %.

 

PIÉGER LES JEUNES REQUINS

Pour leur expérience, l’équipe a placé les jeunes requins dans un seul bassin, placé au centre d’un cube enveloppé dans du fil de cuivre. « Si vous modifiez la quantité d’énergie qui passe dans ces câbles, le champ magnétique change », explique M. Keller. Si les requins disposent bel et bien d’une carte magnétique, une exposition à différents champs magnétiques devrait entraîner une déviation de leurs mouvements.

C’est exactement ce qu’il s’est passé, du moins dans certains cas. Lorsque les jeunes requins ont été exposés au champ magnétique correspondant à celui de la région de la Côte du Golfe, région où ils ont été capturés, ils ont nagé dans différentes directions. Néanmoins, lorsqu’ils ont été exposés à celui d’un lieu situé à plus de 600 kilomètres au sud de la région où ils ont été capturés, nombre d’entre eux ont tenté de nager vers le nord.

Selon M. Keller, ce résultat suggère certainement que ces animaux utilisaient une sorte de carte magnétique qui les a informés qu’ils se trouvaient au sud de l’endroit où ils étaient censés être.

Toutefois, l’équipe ne s’est pas arrêtée là. Ils ont exposé les requins à un champ magnétique imitant celui d’un lieu à la même distance, au nord cette fois-ci. Cette fois, les requins ne semblaient absolument pas savoir où ils se trouvaient et ne savaient pas vers quelle direction se tourner.

 

DES REQUINS COMPLÈTEMENT DÉSORIENTÉS

Pourquoi la carte des requins ne fonctionnerait qu’au sud ? Comme le souligne M. Keller, l’une des raisons pourrait être que les requins de cette population ne voyagent jamais au nord de la région où ils ont été capturés, puisqu’il n’y a que de la terre ferme dans cette direction.

En revanche, au sud se trouve le golfe du Mexique et il se pourrait que ces jeunes requins l’aient déjà exploré. Ainsi, il est probable que les requins doivent acquérir leur carte magnétique, en assemblant ses différentes parties à mesure qu’ils nagent.

Images inédites du plus grand requin blanc du monde

« Ces résultats suggèrent que les requins et les tortues marines utilisent les champs magnétiques de manière similaire », déclare Kenneth Lohmann, neuroscientifique spécialisé dans les sens à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Il étudie les déplacements des tortues marines.

Il explique que, jusqu’à présent, les mécanismes de navigation découverts chez les tortues marines sont assez similaires à ceux retrouvés chez d’autres migrateurs de l’océan qui parcourent de longues distances, tels que le saumon.

« Dans l’océan, les informations pouvant servir pour guider les migrations sont très limitées », affirme M. Lohmann, qui n’était pas impliqué dans la nouvelle étude. « Le champ magnétique de la Terre s’avère être un signal particulièrement utile. »

 

UNE CARTOGRAPHIE PLUS ÉLABORÉE ?

Les études ont démontré que la capacité à détecter les champs magnétiques était en partie innée pour les tortues marines mais également acquise. Ainsi, une combinaison de ces deux méthodes d’apprentissage leur permet de retrouver leur chemin.

« En ce qui concerne les requins, il n’est pas encore possible de déterminer ce qui est inné et acquis mais cette étude fournit une bonne base », déclare le neuroscientifique.

Henrik Mouritsen, neuroscientifique spécialisé dans les sens à l’université d’Oldenburg en Allemagne, reconnaît qu’il est trop tôt pour déterminer si les requins acquièrent leur carte. Il souligne toutefois que chez les oiseaux, animaux dont le sens magnétique a été mieux étudié, elles sont « assurément acquises ».

Concernant les requins, « je me demande si leurs capteurs électriques jouent un rôle, et si oui, comment », ajoute-t-il. « Pour moi, la chose la plus excitante serait d’expliquer comment ils procèdent. »

Selon Bryan Keller, une prochaine expérience pourrait s’avérer très intéressante. Elle consisterait à déterminer si les requins-marteaux tiburo qui vivent le long de la côte est des États-Unis et qui voyagent aussi bien vers le nord que vers le sud, possèdent une cartographie plus élaborée que ceux qui se trouvent au golfe du Mexique.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.