Le quatre-yeux à grandes écailles est capable de voir simultanément dans l'eau et à la surface

Anableps anableps a la particularité de nager à la surface, les yeux hors de l'eau. Ce poisson vivipare présente de nombreuses singularités.

Publication 15 févr. 2021 à 12:45 CET
Poissons à quatre-yeux, Anableps anableps, photographiés au zoo d'Oklahoma City.

Poissons à quatre-yeux, Anableps anableps, photographiés au zoo d'Oklahoma City.

Photographie de JOEL SARTORE, NATIONAL GEOGRAPHIC PHOTO ARK

Anableps anableps est communément appelé poisson à quatre-yeux, mais il n'en a en fait que deux. Il doit son nom au fait que ses yeux sont séparés par une cloison qui lui permet de voir sous l'eau et à la surface en même temps. La cloison horizontale divise l'œil en deux lobes, possédant chacun une pupille et une vision séparée. Une étude a récemment prouvé que ses rétines possèdaient une duplication du gène ARNm, ces molécules reprenant l'information de l'ADN et permettant sa traduction en protéines par les ribosomes.

« C'est assez impressionnant de savoir qu'ils peuvent différencier un prédateur sous et au-dessus de l'eau en même temps et traiter toutes ces images simultanément pour savoir dans quelle direction aller », déclare Erik Kalen, conservateur adjoint des activités aquatiques au zoo d'Oklahoma City. Cela donne presque certainement à l'espèce un avantage évolutif, dit-il.

Mais ce trait n'est pas la seule bizarrerie anatomique d'Anableps anableps qui vit à l'état sauvage dans les forêts de mangroves.

L'organe sexuel de la femelle et l'organe sexuel du mâle - une nageoire modifiée en forme de pipeau appelée gonopode - sont tournés vers la droite chez certains poissons et vers la gauche chez les autres. Cela signifie qu'un mâle dont l'organe reproducteur est à droite est conçu pour s'accoupler uniquement avec une femmelle dont l'organe reproducteur se trouve à gauche, et vice versa - ce qui réduit de moitié statistiquement les chances de trouver un partenaire compatible. 

Pendant la période de reproduction, les gardiens du zoo d'Oklahoma City surveillent « quels mâles sont dressés à gauche et lesquels sont dressés à droite et qui se reproduit avec qui ». Kalen a parfois vu un mâle « lutter de toutes ses forces pour s'accoupler dans l'autre sens » avec une femelle dont l'organe sexuel se trouvait du même côté que le sien, « mais je ne suis pas sûr que cela ait réussi. » 

La réponse à cette question a sans doute été connue environ 12 semaines plus tard, soit la période de gestation de l'espèce.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.