Une femelle rhinocéros de Sumatra capturée pour tenter de sauver l'espèce

Cela faisait des mois que des biologistes de la conservation essayaient de capturer la femelle rhinocéros dont l'espèce est menacée de disparition, pour l'emmener dans un centre de reproduction.

De Jason Bittel
Ce rhinocéros de Sumatra, dont l’espèce est menacée d'extinction, a été photographié au Zoo de Cincinnati, dans l'Ohio. Il ne resterait pas plus de 80 individus à l'état sauvage.

Le 25 novembre dernier, un des derniers rhinocéros de Sumatra est tombé dans un piège à fosse à Bornéo.

Heureusement, ce piège n'avait pas été installé par des braconniers, mais par une coalition internationale d'organisations de protection de la nature, appelée Sumatran Rhino Rescue. Par cette action, ils espèrent pouvoir sauver le rhinocéros de Sumatra de l'extinction.

Avec moins de 80 rhinocéros de Sumatra à l'état sauvage, les scientifiques espèrent que cette femelle, baptisée Pahu, apportera sa diversité génétique à la population reproductrice de rhinocéros qui vit déjà en captivité ailleurs en Indonésie et qui en a désespérément besoin.

Pahu, une femelle rhinocéros de Sumatra solitaire, a été capturée grâce à un piège à fosse à Bornéo dans le cadre des efforts menés par Sumatran Rhino Rescue pour sauver l'espèce.

« Lorsqu'une population compte moins de 80 individus, chaque animal devient très, très important », a indiqué Susie Ellis, directrice exécutive de l'International Rhino Foundation. « Cela signifie que le programme de reproduction en captivité va s’agrandir. »

« Le rhinocéros de Sumatra est l’un des mammifères les plus distincts au monde en termes d’évolution. Le sauvetage de cette semaine constitue une étape cruciale pour s’assurer de ne pas perdre une branche tout entière de l’arbre phylogénétique du rhinocéros », a déclaré Jonathan Baillie, vice-président exécutif et scientifique en chef à la National Geographic Society, qui est partenaire du Sumatran Rhino Rescue.

« Mais ce n'est que le début. Si nous voulons sauver cette espèce, nous avons besoin du soutien solide d'autres individus et organisations. »

 

UNE CAPTURE HERCULÉENNE

Le transport d'un gros animal sauvage est toujours un processus délicat. Mais lorsque l’on sait que Pahu a été piégée dans une concession minière reculée au milieu de la forêt tropicale de plaine, le récit de sa capture commence à sonner herculéen.

Dans un premier temps, un sédatif a été administré à Pahu avant qu’elle ne soit guidée vers une caisse. Cette dernière a ensuite été bien attachée à l'intérieur d'un camion. Des vétérinaires venant de l’Indonésie, de la Malaisie et de l’Australie ont travaillé ensemble pour veiller à la sécurité et au confort du rhinocéros pendant toute la durée de l’opération.

Au même moment, une société minière locale a envoyé un bulldozer avec l’équipe afin de dégager les routes des débris emportés par les pluies. Une escorte policière a également veillé à ce que des spectateurs curieux ou d’autres obstacles ne viennent pas bloquer ou conduire le convoi à s'embourber.

Mardi matin, alors que le soleil commençait à se lever, les 150 km qui séparaient West Kutai du centre de réadaptation le plus proche, situé à Kelian avaient été avalés. Et Pahu avait supporté le voyage avec brio.

« Elle est heureuse. Elle est en bonne santé. Elle mange. Elle dort. Elle fait toutes ces choses merveilleuses que nous voulons qu’elle fasse, tout simplement », déclare Margaret Kinnaird, qui coordonne depuis deux ans les efforts menés par WWF International pour la sauvegarde du rhinocéros de Sumatra. (Le WWF fait également partie de la coalition Sumatran Rhino Rescue.)

« Et vous savez quoi, c'est arrivé le jour de mon anniversaire ! » s’exclame-t-elle. « J’ai ouvert ma boîte mail et je me suis dit « Oh mon dieu, quel cadeau ! » »

 

UN PEU DE PATIENCE

Vous ne le croirez peut-être pas, mais le WWF-Indonésie et son équipe d'ONG locales essayaient de capturer Pahu depuis avril 2018.

« La période d'attente était épuisante », confie Margaret Kinnaird. « Mais j’applaudis bien fort les personnes présentes sur le terrain, car elles ont tenu le coup pendant huit mois et attendu que le rhinocéros tombe dans le piège. »

Désormais, c’est un autre jeu d’attente qui a commencé.

Si nous savons que Pahu est une femelle, il est pour l’instant impossible de dire si elle est suffisamment âgée pour se reproduire, ou pire, si elle n'est pas déjà stérile.

« Si elles ne se reproduisent pas, les femelles rhinocéros de Sumatra développent des tumeurs de l’utérus », a indiqué Susie Ellis.

C'est l'une des raisons pour lesquelles les défenseurs de l’espèce veulent tant capturer les individus appartenant aux populations fragmentées restantes, pour les rapprocher avec d’autres populations. À Sumatra par exemple, il resterait environ 75 rhinocéros à l’état sauvage, mais ils appartiendraient à 10 sous-populations différentes. Et à Bornéo, où Pahu a été capturée, les rhinocéros seraient moins de 10.

Afin de déterminer si Pahu est apte à la reproduction, les vétérinaires doivent d’abord habituer le rhinocéros à leur présence. Un bon examen dentaire de l’animal suffirait à fournir des informations importantes sur son âge.

« Elle a besoin d’être dressée pour entrer dans l’infirmerie et pour se laisser manipuler et examiner par les vétérinaires d’une façon que n’apprécieraient pas la majorité des rhinocéros », a précisé Margaret Kinnaird.

« Cela pourrait prendre quelques jours, ou bien quelques semaines. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite