Environnement

Comment les termites permettent aux forêts tropicales de résister au changement climatique

Ces insectes ont mauvaise réputation mais dans une forêt tropicale de Bornéo, « ils sont une forme d'assurance écologique ».

De Alejandra Borunda
Les arbres de la forêt tropicale sont entourés de brume dans le parc national de Gunung Palung, sur l'île de Bornéo, en Indonésie.

Des arbres, comptant parmi les plus hauts du monde, dominaient Hannah Griffiths et ses collègues chaque matin lorsqu'ils pénétraient dans la forêt vierge du bassin de Maliau, à Bornéo. Les oiseaux chantaient et la faune sauvage croisait régulièrement leur chemin. Un jour, un ourson traversait devant eux. Un autre jour, c'était un cobra royal.

Mais les scientifiques passaient leur chemin, traversant des ponts suspendus et s'aventurant plus loin dans la forêt, où ils avaient mis en place un ensemble d'expériences pour examiner l'apport écologique de créatures plus discrètes : les termites.

Les termites, ils le savaient, régnaient sur le royaume sombre de la forêt en grignotant les feuilles tombées des arbres, en creusant des tunnels et aérant le sol, en somme en « manipulant » l’écosystème. Mais ils ne savaient pas à quel point ces insectes étaient indispensables au bon équilibre de la forêt - ils avaient donc décidé de préciser leur rôle en déplaçant les termites d'un endroit particulier de la forêt et en observant la réaction du dit environnement.

Le hasard voulait qu'ils commencent leur expérience alors que la forêt venait d'être frappée par une sécheresse extrême, lors du El Niño de 2015-2016. Et ce qu'ils ont découvert - et résumé dans un article publié dans le journal Science - était inattendu : les termites étaient partout - presque deux fois plus nombreux que pendant une année normale en termes de précipitations. Et ces termites ont aidé la forêt à résister à la sécheresse et à s'en sortir intacte : dans les zones riches en termites, le sol est resté humide, davantage de plants d'arbres ont germé et l'écosystème a continué à vibrer avec force malgré la longue période sèche.

« C’est comme une assurance écologique », explique Hannah Griffiths, entomologiste à l’Université de York, au Royaume-Uni. Les termites, indique-t-elle, ont maintenant pour rôle de protéger la forêt du stress occasionné par le changement climatique.

 

LES TERMITES À LA RESCOUSSE

Les termites ont mauvaise réputation. ils sont responsables d'environ 2% des émissions carbone de la planète, du simple fait de leur population nombreuse et de leur penchant pour la mastication de matériaux riches en carbone. Toute une industrie est destinée à les tuer.

Pourtant, ils jouent un rôle clef dans de nombreux écosystèmes naturels. Les scientifiques savent depuis des années que dans les forêts tropicales les termites mâchent les feuilles et le bois mort, gardent le matériau tombé sous contrôle et réintroduisent dans l'écosystème les nutriments contenus dans les matériaux qu'ils grignotent, qui servent ensuite à nourrir d'autres plantes, insectes et animaux.

lancer le diaporama

Il a été très difficile de déterminer le rôle exact des termites dans les nombreux écosystèmes dans lesquels ils vivent : est-ce que ce sont eux qui ont en grande partie nettoyé le sol de la forêt, ou était-ce les microbes présents dans le sol, ou les fourmis, ou tout cela à la fois ? Mais l'équipe de recherche a trouvé un moyen de se débarrasser des termites dans certaines zones de la forêt en déposant de petites piles de cellulose empoisonnée que les termites (et aucun autre insecte) ne pouvaient digérer. L'écosystème presque dépourvu de termites leur permettait par comparaison de déterminer le rôle exact joué par les insectes.

Ils ont constaté que pendant les années sans sécheresse, il n'y avait pas beaucoup de différence entre les parcelles normales et celles où ils avaient éliminé les termites. Mais pendant les épisodes de sécheresse, les effets de leur présence étaient beaucoup plus notables. Là où des termites grignotaient les feuilles mortes, le sol restait humide et les semis poussaient, aidant la côte forestière à traverser la pire sécheresse de ces 20 dernières années.

« Les termites peuvent efficacement atténuer les effets du changement climatique », déclare Rob Pringle, écologiste à l'Université de Princeton, qui n'a pas participé à l'étude. « Plus nous pourrons préserver l'intégrité des assemblages naturels, plus ils seront résistants aux défis à venir, comme le changement climatique. »

 

UN FUTUR PLUS SEC

Les scientifiques prédisent que, à mesure que le changement climatique progressera, les sécheresses dans la région pourraient s’aggraver, ce qui entraînerait un stress supplémentaire pour les dernières parcelles de forêt vierge de Bornéo, déclare Jane Hill, entomologiste à l’Université de York, qui travaille dans la forêt de Maliau depuis des années. Mais pour elle, le message est clair : les termites sont la clef du maintien de l’intégrité de la forêt face aux changements climatiques.

Mais la plupart des forêts tropicales qui subsistent dans le monde - à Bornéo et ailleurs - ne sont pas dans une forme aussi parfaite et vierge, et dans beaucoup d’entre elles, les populations de termites se sont effondrées. 

Dans un avenir soumis aux aléas du climat, même le coup de pouce que les termites peuvent donner à la forêt pourrait ne pas suffire. « Il est clair que les termites peuvent être vraiment bénéfiques », déclare Carina Tarnita, écologiste à l'Université de Princeton, qui n'a pas pris part à cette l'étude. « Mais que leur arrive-t-il sous l'effet du changement climatique ? Quel est leur point de rupture ? »

Pour Griffiths, sa propre étude lui a montré combien il restait à apprendre sur l’interdépendance des écosystèmes dans les forêts tropicales du monde. C’est uniquement parce qu’ils ont étudié la sécheresse qu’ils ont pu cerner l’importance réelle des termites dans ce type d'écosystèmes, souligne-t-elle. Et cela « tire une sonnette d’alarme », dit-elle, « parce que cela me fait penser "que savons-nous de plus ?" Si nous commençons à endommager des communautés biologiques, nous ne savons pas quels effets cela peut avoir. »

Lire la suite