Espace

Exclusif : Dans les coulisses du lancement de la Falcon Heavy avec Elon Musk

Ces images exclusives montrent le PDG de SpaceX et son équipe dans la tour de contrôle au moment du lancement historique de la Falcon Heavy. Lundi, 12 février

De Michael Greshko

Le 6 février dernier, SpaceX a marqué l'histoire de l'aérospatial avec le lancement réussi de la fusée Falcon Heavy. Et National Geographic était aux côtés d'Elon Musk, PDG de SpaceX, pour ce moment historique.

Dans le cadre du tournage de la saison 2 de MARS, la série docu-fiction événement de National Geographic sur la conquête de la planète rouge, nos caméras ont suivi Elon Musk et son équipe le jour du lancement, capturant ses réactions au moment ou la fusée s'élevait dans le ciel.

« Oh p*****, ça y est elle a décollé, » s'est exclamé Musk. À 15h45 heure locale (21h45 heure de Paris), les 27 moteurs Merlin de la Falcon Heavy ont rugi si fort que l'on pouvait entendre ce cri triomphant à des kilomètres à la ronde. Quelques instants plus tard, plusieurs employés de SpaceX ont couru hors du centre de contrôle pour tourner leurs regards vers le ciel bleu de Cap Canaveral, en Floride.

« Regardez ça ! C'est irréel ! » criait Musk.

Le premier lancement dans l'orbite de la Terre de la fusée Falcon Heavy, la plus puissante au monde, capable de transporter 70 tonnes de chargement, était très attendu. Seule la fusée Saturn V qui avait abrité les missions lunaires de 1969 et 1972 était jusqu'alors capable de transporter une telle charge.

Mais comme Musk l'a maintes fois rappelé avant et après le lancement, le succès n'était pas garanti.

SpaceX avait annoncé son intention de construire la Falcon Heavy en 2011, le présentant sommairement comme une combinaison de trois Falcon 9, la fusée la plus populaire de la société d'astronautique. À l'époque, Musk estimait que la Falcon Heavy pourrait s'élevait vers notre stratosphère en 2013, mais le développement s'est avéré beaucoup plus long et laborieux que prévu.

Pour faire fonctionner la Falcon Heavy de façon optimale, SpaceX a dû complètement re-concevoir l'engin central, retravailler le système de contrôle et les ailettes de refroidissement des premiers étages de la fusées, réutilisables, indispensables pour le retour sur Terre.

« Nous avons essayé d'annuler le programme Falcon Heavy trois fois, parce que cette mission était bien plus difficile que nous ne l'avions anticipé, » explique Musk dans un communiqué de presse après le lancement.

La Falcon Heavy est le puissant symbole de la course des entreprises spatiales privées à l'assaut de l'univers, notamment par le recyclage des engins spatiaux.

La plupart des fusées sont pensées en plusieurs parties, ou étages, qui aident à propulser les charges utiles - les satellites et les capsules habitées - dans l'espace. Les étages se détachent en vol et retombent sur Terre. Dans bien des cas, ces éléments ne sont pas réutilisés.

Mais depuis 2008, SpaceX a signé plusieurs premières aérospatiales historiques, d'abord avec la fusée Falcon 9, un lanceur qui avait déjà été envoyé dans l’espace et a voyagé une seconde fois avant de regagner la Terre, constituant une avancée importante pour des voyages spatiaux moins coûteux. 

Mais il est peu probable que la Falcon Heavy transporte un jour des hommes dans l'espace. Musk indique qu'elle ne passera probablement pas les tests de certification très exigeants auxquels les missions habitées doivent se conformer. Au lieu de cela, SpaceX développera son Big Falcon Rocket, ou BFR, un vaisseau spatial gigantesque doté d'un propulseur de 31 moteurs, qui s'inscrirait dans la vision qu'a Musk d'un avenir humain interplanétaire.

Par dessus tout, Musk retient de la réussite de ce lancement l'extraordinaire accomplissement des 7 000 employés SpaceX.

« Les projets les plus fous peuvent devenir réalité, » dit-il. « Quand j'assiste au lancement d'un engin spatial, j'imagine les milliers de choses qui pourraient ne pas fonctionner. Et c'est extraordinaire quand elles fonctionnent. »

Lire la suite