La NASA pense que ce cratère est le meilleur endroit pour trouver la vie sur Mars

Après plus de quatre ans de débats, cet ancien lac a été déterminé comme le premier point d'atterrissage du rover Mars2020.

La NASA a choisi le cratère de Jezero, représenté ici sur une image de l'orbiteur de reconnaissance Mars, comme site d'atterrissage du rover Mars2020.
La NASA a choisi le cratère de Jezero, représenté ici sur une image de l'orbiteur de reconnaissance Mars, comme site d'atterrissage du rover Mars2020.
photographie de NASA/JPL-Caltech/Université de l'Arizona

Lorsque la NASA enverra son prochain rover sur Mars en 2020, elle visera un petit coin de paysage extraterrestre près du cratère de Jezero. Le site d'atterrissage, sélectionné par l'administrateur associé de la NASA pour la Direction de la mission scientifique, Thomas Zurbuchen, abrite le delta d'une ancienne rivière fossilisée qui s'est formée lorsque l'eau s'est infiltrée dans un ancien lac.

Le site « offre un terrain géologiquement riche avec des reliefs remontant à plus de 3,6 milliards d'années et pourrait potentiellement répondre à des questions importantes de l'évolution planétaire et de l'astrobiologie », a déclaré Zurbuchen au cours d'une conférence de presse.

« Obtenir des échantillons de cette région unique va révolutionner notre façon de penser à Mars et à sa capacité à abriter la vie. »

Contrairement à la plupart des rovers envoyés sur Mars les décennies précédentes, la mission du robot 2020 sera de rechercher des traces passées de chaleur et de plans d'eau sur la planète rouge, mais aussi rechercher la vie elle-même. Pour ce faire, le rover collectera et mettra en mémoire des échantillons de roches martiennes afin de les récupérer et de les rapporter sur Terre. Il flairera les signatures biologiques distinctives dans les roches rencontrées.

« Nous voulons rechercher des potentielles preuves de vie sur Mars et, deuxièmement, nous voulons rechercher une diversité de types de roches pour nous permettre d'explorer l'histoire et l'évolution de Mars », explique Ken Farley, scientifique du projet Mars2020.

 

IMAGINER LE PASSÉ

L'annonce faite en début de semaine l'a été quelques jours avant que la NASA ne tente d'installer un autre engin spatial sur la planète rouge. Appelée InSight, cette mission utilisera un atterrisseur fixe pour reconstruire une image de l'intérieur martien à l'aide d'ondes sismiques, ce qui devrait aider les scientifiques à comprendre la formation de la planète depuis ses débuts.

Des scientifiques travaillent sur le rover Mars2020 dans l'enceinte de la Spacecraft Assembly Facility du laboratoire Jet Propulsion Laboratory de la NASA, en Californie.
Des scientifiques travaillent sur le rover Mars2020 dans l'enceinte de la Spacecraft Assembly Facility du laboratoire Jet Propulsion Laboratory de la NASA, en Californie.
photographie de Cassandra Klos

Bien que Mars soit aujourd'hui un désert aride et toxique, la planète était autrefois beaucoup plus chaude et sans doute recouvertes de mers. Pendant près d’un milliard d’années, alors que son noyau produisait un champ magnétique protecteur, Mars était peut-être l’un des endroits les plus propices à la vie telle que nous la connaissons.

Le problème est que trouver des preuves de la vie passée dans un monde extraterrestre, en particulier si cette vie éteinte est microscopique, n’est pas chose facile. C'est là tout l'enjeu de la mission du rover 2020, dont la conception et la réalisation ont coûté 2,4 milliards de dollars (2,06 milliards d'euros).

De conception similaire au rover Curiosity, qui s’est posé dans le cratère Gale en 2012, Mars2020 sera un véhicule à six roues à propulsion nucléaire capable de traverser une myriade de terrains. Comme Curiosity, le rover devra survivre à la brutalité de l'atterrissage, ce qui impliquera à nouveau l'utilisation d'un appareil appelé « sky crane », mais l'atterrissage devrait être un peu plus facile que pour Curiosity en raison des mises à jour technologiques. Si tout se passe comme prévu, le rover atterrira à Jezero le 18 février 2021.

Mars 101
Mars 101

 

LES RAISONS DE CE CHOIX

Les scientifiques ont débattu du lieu d'atterrissage du prochain rover martien pendant plus de quatre ans, considérant d'abord soixante-quatre sites pour finalement les réduire à trois : le cratère de Jezero, où les rivières coulaient dans un lac il y a très longtemps ; Northeast Syrtis, où des systèmes hydrothermaux enfouis ont propulsé des roches anciennes à la surface ; et Columbia Hills, un terrain façonné par des sources chaudes que le rover Spirit a exploré entre 2004 et 2010.

Pendant un certain temps, Jezero et Northeast Syrtis ont aiguisé la curiosité et l'intérêt scientifiques - les deux sites fournissent les types de roches anciennes à collectionner pour la recherche de preuves de vie passée. Mais plus tôt cette année, alors que les scientifiques entraient dans le processus de sélection finale, une quatrième possibilité s'est présentée.

Situé à mi-chemin entre ses deux principaux concurrents, le site présentait certaines des caractéristiques hydrothermales anciennes qui rendaient Northeast Syrtis attrayant, et il était assez proche du cratère de Jezero, à environ vingt-quatre kilomètres, pour qu'un rover puisse visiter les deux. Les scientifiques l'ont nommé, sans grande inspiration, Midway (à mi-chemin en anglais).

Fin octobre, lors de la dernière réunion pour débattre des sites d'atterrissage, Jezero, Northeast Syrtis et Midway étaient au coude à coude lors d'un vote consultatif. La décision a finalement été prise par Zurbuchen, qui a fait son choix en se basant uniquement sur la mission principale, et personne n’en est vraiment surpris.

« Je pense qu'il y a moins de désaccords sur le potentiel de ces sites par rapport à ce que nous avons connu par le passé, comme le choix du site pour Curiosity », indique Joe Michalski de l'Université de Hong Kong.

Mais cela ne signifie pas pour autant que cette décision convainc tout le monde.

« Le magnifique delta de Jezero offre une chance de chercher la vie telle que nous la connaissons sur Terre. En dehors du cratère, c'est l'occasion de chercher ce qui se passe sous terre sur Mars », déclare Bethany Ehlmann, de Caltech, également exploratrice émergente chez National Geographic. « Ce qui sera vraiment important, c’est que Mars2020 fonctionne efficacement pour collecter des échantillons de Jezero, puis se déplace du cratère à la source de ces sédiments. »

 

UN SEMBLANT DE VIE MARTIENNE

S'étendant sur 48 kilomètres de large et 487 mètres de profondeur, Jezero est le site d'un ancien lac de cratère (son nom signifie lac en serbe).

Les scientifiques émettent l'hypothèse que l’eau a rempli le bassin pendant près d’un demi-milliard d’années, d’après des observations en orbite révélant une variété de minéraux qui ne se forment qu’en présence d’eau. En outre, il existe d'autres matériaux associés à la vie tels que le carbonate et des argiles appelées smectites qui pourraient s'accrocher et retenir des composés organiques.

« Les lacs terrestres sont à la fois très habitables et inévitablement habités », déclare Farley. « Un delta est extrêmement efficace pour préserver les biosignatures, toute trace de vie qui aurait pu exister dans l’eau du lac ou à l’interface entre les sédiments et l’eau du lac, voire des choses qui vivaient dans les cours d'eau supérieurs et qui ont été emportées par la rivière. »

Mars2020 est le premier projet dans le cadre duquel la NASA envisage sérieusement le fait de rapporter des échantillons de roches martiennes. Et bien que ce plan implique à terme des milliards de dollars de coûts supplémentaires et au moins un autre vaisseau spatial, les scientifiques prennent le défi au sérieux. Après tout, personne ne veut envoyer un robot dans un voyage interplanétaire simplement pour collecter des déchets inutiles.

Le rover transportera plus de trois douzaines de tubes qu'il utilisera pour collecter des échantillons de roches ; cinq d'entre eux seront des pièces de rechange et les trente-sept autres seront prêtes pour la collecte d'échantillons. Si tout se passe comme prévu, le rover 2020 mettra ces tubes en cache, qu'un futur vaisseau spatial localisera et viendra récupérer, ce qui, selon Zurbuchen, pourrait se produire dès la fin des années 2020.

Et ensuite, une fois que les morceaux de roches seront de retour sur Terre, les scientifiques pourront commencer à les analyser, à la recherche d'indices de vie extraterrestre - à la fois telle que nous la connaissons et sous d'autres formes.

« Nous sommes concentrés sur la recherche d'une vie martienne semblable à celle que nous connaissons sur Terre », explique Michalski, « mais Mars n'est pas semblable à la Terre sur des points essentiels. »

Lire la suite