Jérusalem : découverte controversée d'une rue construite par Ponce Pilate

Cette ancienne route ordonnée par le préfet romain Ponce Pilate était empruntée par les pèlerins pour rejoindre le temple de Jérusalem.mardi 22 octobre 2019

Pour mettre au jour une ancienne voie piétonne de Jérusalem, les archéologues et ingénieurs israéliens ont dû construire ce qui ressemble à un tunnel de métro sous un quartier palestinien.
Pour mettre au jour une ancienne voie piétonne de Jérusalem, les archéologues et ingénieurs israéliens ont dû construire ce qui ressemble à un tunnel de métro sous un quartier palestinien.
photographie de SIMON NORFOLK, NATIONAL GEOGRAPHIC

Ponce Pilate est un homme que de nombreux juifs et chrétiens aiment à détester. Pour les chrétiens, ce préfet romain de Judée a joué un rôle central dans la crucifixion de Jésus vers l'an 30 de notre ère alors que pour les juifs, c’était un homme cruel dont la gouvernance a préparé le terrain pour la révolte qui allait mener à la destruction de Jérusalem quarante ans plus tard.

Cependant, une nouvelle découverte suggère que Pilate aurait également consacré une quantité non négligeable de temps et d'argent pour embellir la célèbre ville et ainsi attirer des pèlerins de confession juive et des visiteurs en provenance du vaste Empire romain.

Grâce au tunnel qu'ils creusent sous un quartier palestinien situé au sud des remparts de Jérusalem, les archéologues sont en train de révéler une rue monumentale en escalier qui menait au pied du mont du Temple, la place sacrée où se tenait autrefois le temple de Jérusalem et qui accueille aujourd'hui certains des sites les plus sacrés de la religion musulmane.

Ce sentier piéton d'une longueur dépassant les 500 m et d'une largeur atteignant les 8 m aurait nécessité pour sa construction environ dix mille tonnes de dalles de calcaire. « Nous pensons que c'était un projet unique construit en une seule fois, » a déclaré Joe Uziel, archéologue de l'Autorité des antiquités d'Israël à la tête des fouilles. Uziel et ses collègues ont récemment publié leurs résultats dans la revue Tel Aviv: Journal of the Institute of Archaeology.

Les historiens ont longtemps supposé que le roi Hérode Ier le Grand nommé par les romains et mort vers l'an 4 avant notre ère était responsable de la majeure partie des grands projets de construction ayant contribué à transformer l'ancienne Jérusalem en un centre de tourisme et de pèlerinage. Toutefois, l'analyse de plus de 100 pièces de monnaie découvertes sous l'avenue en escalier semble plutôt indiquer que les travaux auraient débuté et se seraient achevés sous Ponce Pilate, dont la préfecture aurait duré dix ans à compter de l'an 26 ou 27.

Selon les évangiles chrétiens, le préfet romain Ponce Pilate aurait interrogé Jésus avant d'ordonner son exécution.
Selon les évangiles chrétiens, le préfet romain Ponce Pilate aurait interrogé Jésus avant d'ordonner son exécution.
photographie de Chronicle, Alamy

Les pièces de monnaie les plus récentes découvertes sous les pavés datent de l'an 31 environ. Les pièces du 1er siècle les plus courantes à Jérusalem ont été frappées vers 40, « donc le fait de ne pas les trouver sous la rue signifie que celle-ci a été construite avant leur apparition, en d'autres termes pendant la préfecture de Pilate, » explique Donald Ariel, expert en pièces de monnaie de l'Autorité des antiquités d'Israël.

Pilate a servi pendant le règne de l'empereur Tibère et plusieurs de ses contemporains mentionnent dans leurs écrits des incidents au travers desquels le préfet se serait attiré les foudres de la communauté juive en ignorant par exemple le tabou lié aux représentations figuratives ou en piochant dans les fonds du trésor du Temple pour financer la construction d'un aqueduc. (À lire : Le Jérusalem de l’époque de Jésus se dévoile dans des cartes rares.)

Les évangiles chrétiens accusent également le préfet d'avoir ordonné la crucifixion de Jésus en retenant contre lui des charges de rébellion pour s'être proclamé « roi des Juifs ». L'historiographe romain juif Flavius Josèphe soutient que Pilate aurait été démis de ses fonctions par l'empereur pour avoir ordonné une attaque sur les Samaritains au nord de la Judée et aurait regagné Rome dans la honte.

Auteur principal de l'étude et archéologue à l'université de Tel Aviv, Nahshon Szanton suggère que cet ordre de construction émanant de Pilate « aurait servi à apaiser les résidents de Jérusalem » ainsi qu'à « glorifier son nom à travers d'importants chantiers de construction. » En l'an 70, la rue fut recouverte de gravats après qu'une révolte de la communauté juive eut mené à la destruction romaine de la ville. Une grande partie des dalles de calcaire a ensuite été réutilisée pour d'autres projets.

L'eglise du saint-sépulcre à Jérusalem
L'eglise du saint-sépulcre à Jérusalem

Non impliqué dans l'étude, le directeur du W.F. Albright Institute of Archaeological Research de Jérusalem, Matthew Adams, indique que la découverte offre un aperçu de l'époque où Rome exerçait un contrôle direct sur la Judée. « Elle nous apporte également des preuves de la coopération entre les autorités romaines et celles religieuses de la communauté juive, » ajoute-t-il, en rappelant que la plupart des sources connues ont plutôt tendance à mettre l'accent sur les tensions qui existaient entre ces deux entités.

Reste que leurs résultats ne font pas l'unanimité comme en témoigne Jodi Magness, archéologue à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill : « Les matériaux qu'ils découvrent proviennent de remblais qui auraient pu être acheminés depuis n'importe où grâce à des brouettes, la datation me laisse donc perplexe. Il n'est pas impossible que Pilate soit à l'initiative de cette construction, mais ce n'est ni la seule explication ni la plus plausible. »

Magness émet également quelques réserves vis-à-vis de la méthode utilisée pour excaver la rue en escalier. Au lieu de creuser depuis la surface, les archéologues percent un tunnel où pourrait circuler un métro afin d'exposer la rue. « Il n'y aucun contexte, il est impossible de voir ce qu'il y a au-dessus ou à côté. C'est inacceptable. »

Selon Uziel, il était nécessaire de percer un tunnel étant donné la densité de population du quartier en surface. De plus, l'équipe d'archéologues est en mesure de recueillir avec soin les informations stratigraphiques.

Financés en grande partie par l'organisation juive City of David Foundation, ces travaux ont suscité de vives critiques internationales pour leur localisation et leurs méthodes. Les Palestiniens qui vivent et travaillent dans ce quartier de l'est de Jérusalem se sont plaints des dommages infligés à leurs foyers et à leurs locaux professionnels alors que d'autres reprochent à l'initiative le fait qu'elle se concentre sur une célèbre période de l'histoire juive. Les autorités palestiniennes dénoncent le tunnel comme faisant partie d'un plan de « judaïsation » de Jérusalem-Est, une partie de la ville que ces autorités et de nombreux autres pays du monde considèrent comme étant un territoire occupé.

L'ambassadeur des États-Unis à Israël David Friedman prend la parole lors d'une cérémonie tenue en juin dernier sur ce site archéologique controversé de Jérusalem-Est.
L'ambassadeur des États-Unis à Israël David Friedman prend la parole lors d'une cérémonie tenue en juin dernier sur ce site archéologique controversé de Jérusalem-Est.
photographie de Tsafrur Abayov, AFP/Getty

Au mois de juin, à l'occasion de la cérémonie d'inauguration d'une partie du tunnel, l'ambassadeur des États-Unis à Israël David Friedman a rejeté ces préoccupations. Selon lui, le projet « confirme avec des preuves, avec la science, avec des études archéologiques, ce que bon nombre d'entre nous tenaient déjà pour acquis dans leurs cœurs : le caractère central de Jérusalem pour le peuple juif. »

Et si la science dit vrai, c'est à un Romain méprisé que l'on doit la renommée de Jérusalem à travers tout l'empire pour ses sites sacrés et son architecture monumentale.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite