June Almeida, la chercheuse qui a découvert les coronavirus

June Almeida est enfin reconnue pour les percées scientifiques qu'elle a faites il y a de cela un demi-siècle.

lundi, 20 avril 2020,
De Sydney Combs
La scientifique June Almeida devant un microscope électronique en 1963, à l'Institut ontarien de recherche sur ...

La scientifique June Almeida devant un microscope électronique en 1963, à l'Institut ontarien de recherche sur le cancer de Toronto, au Canada. Un an plus tard, Almeida sera la première personne à observer un coronavirus en utilisant les techniques de microscope qu'elle avait développées.

Photographie de NORMAN JAMES, TORONTO STAR / GETTY

1964 - Alors que June Almeida observait un échantillon au microscope électronique, elle a vu un point rond et gris couvert de minuscules rayons. Elle et ses collègues ont noté une sorte de halo autour du virus, formant comme une couronne.

Ce qu'elle venait d'observer allait porter la dénomination désormais bien connue de coronavirus ; Almeida joua un rôle central dans son identification. Cet exploit était d'autant plus remarquable que la scientifique âgée alors de 34 ans n'a jamais terminé ses études.

La jeune June Hart a passé son enfance à Glasgow, en Écosse, où son père travaillait comme chauffeur de bus. June était une étudiante brillante qui avait l'ambition d'aller à l'université, mais sa famille était trop pauvre pour le lui permettre. À 16 ans, elle a abandonné l'école et a commencé à travailler comme technicienne de laboratoire à la Glasgow Royal Infirmary, où elle analysait des échantillons de tissus au microscope.

Quatre coronavirus vus au microscope électronique. Les rayons autour du bord rappelaient aux chercheurs un halo, qui a inspiré le nom corona, qui signifie couronne en latin.

Photographie de BSIP, UIG/Getty

Elle a ensuite occupé un poste similaire à l'hôpital St Bartholomew, à Londres, où elle a rencontré l'homme qui allait devenir son mari, l'artiste vénézuélien Enriques Almeida. Le couple a immigré au Canada et June a commencé à travailler à l'Institut ontarien de recherche sur le cancer. Là, elle a développé de nouvelles techniques et publié plusieurs articles décrivant les structures de virus jusque-là non documentés.

 

UNE NOUVELLE FAÇON DE VOIR L'INFINIMENT PETIT

La technique de microscopie développée par June Almeida était simple, mais révolutionnaire pour le domaine de la virologie.

Lorsque vous travaillez avec des particules microscopiques, il est difficile de savoir exactement quoi rechercher. Le défi consiste à discerner si un petit point est un virus, une cellule ou tout à fait autre chose.

Pour résoudre ce problème, June Almeida a réalisé qu'elle pouvait utiliser des anticorps prélevés sur des personnes précédemment infectées pour localiser le virus. Les anticorps sont attirés par les antigènes, par conséquent quand la chercheuse introduisait de minuscules particules recouvertes d'anticorps, ceux-ci se rassemblaient autour du virus, signalant sa présence. Cette technique a permis aux cliniciens d'utiliser la microscopie électronique pour diagnostiquer des infections virales.

June Almeida a ensuite identifié une multitude de virus, dont la rubéole. Les scientifiques étudient la rubéole depuis des décennies, mais June Almeida a été la première à l'observer et la documenter.

 

DÉCOUVERTE DES CORONAVIRUS

Alors que ses compétences étaient de plus en plus reconnues, June Almeida est retournée à Londres où l'attendait un poste à la faculté de médecine de l'hôpital St. Thomas. Là, en 1964, elle a été contactée par le Dr David Tyrrell, qui supervisait une recherche au Common Cold Unit à Salisbury, Wiltshire. Son équipe avait collecté des échantillons d'un virus pseudo-grippal qu'ils avaient étiqueté « B814 » chez un écolier malade dans le comté de Surrey, mais avait eu beaucoup de difficultés à le cultiver en laboratoire. Les méthodes traditionnelles ayant échoué, les chercheurs ont commencé à soupçonner que le B814 pouvait être un nouveau type de virus. (A lire : Il y a plus de virus que d'étoiles... et pourtant seulement quelques-uns nous affectent)

À court d'options, David Tyrrell a envoyé des échantillons à June Almeida, espérant que sa technique d'observation microscopique pourrait permettre d'identifier le virus. « Nous n'avions pas beaucoup d'espoirs, mais nous pensions que cela valait la peine d'essayer », a écrit Tyrrell dans son livre Cold Wars: la lutte contre le rhume.

June Almeida avait beau n'avoir qu'un matériel limité, ses découvertes ont dépassé les espoirs les plus fous de David Tyrrell. Non seulement June Almeida a trouvé et produit des images claires du virus, mais elle s'est souvenue avoir par le passé observé deux virus similaires : l'un en observant une bronchite chez le poulet et l'autre en étudiant une inflammation hépatique chez la souris. Elle avait écrit un article sur les deux cas, mais il avait été rejeté. Les examinateurs pensaient que les images n'étaient que des images de mauvaise qualité du virus de la grippe. Avec l'échantillon de Tyrrell, Almeida savait qu'elle avait identifié un nouveau groupe de virus.

Pendant une des réunions qu'Almeida, Tyrrell et le superviseur d'Almeida organisaient pour discuter de leurs conclusions, ils se demandèrent comment appeler le nouveau groupe de virus. Après avoir revu les images, ils se sont inspirées de la structure en halo du virus et ont choisi le mot latin corona qui signifie couronne. Les coronavirus étaient nés.

 

ÉLARGIR SON CHAMP DE VISION

June Almeida s'est retirée de la virologie en 1985 mais est restée active et curieuse. Elle est devenue professeur de yoga, a appris à restaurer la porcelaine fine et a développé son sens aiguisé pour les antiquités, qu'elle aimait à chiner avec son deuxième mari, Phillip Gardner, également virologue à la retraite.

Avant sa mort en 2007 à l'âge de 77 ans, June Almeida est retournée à Saint-Thomas en tant que consultante et a participé à la production de certaines des premières images de haute qualité du VIH, le virus du sida.

Hugh Pennington, professeur émérite en bactériologie à l'Université d'Aberdeen, a travaillé avec June Almeida à St. Thomas et la décrit comme son mentor. « Sans aucun doute, elle est l'une des scientifiques écossaises émérites de sa génération, mais malheureusement largement oubliée », a-t-il déclaré Pennington à nos confrères de The Herald. « Bien qu'ironiquement, cette épidémie de COVID-19 a de nouveau mis en lumière son travail. »

Aujourd'hui, les chercheurs utilisent toujours ses techniques pour identifier rapidement et avec précision les virus. Cinquante-six ans après avoir observé un coronavirus pour la première fois au microscope, le travail d'Almeida est plus pertinent que jamais.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite