Césarion, fruit de l'alliance de César et Cléopâtre

Césarion incarnait l'alliance de sa mère avec Rome et le rêve d'un pharaon romain-égyptien. L'ancien royaume ptolémaïque d'Égypte disparut avec lui, lorsqu'il fut assassiné au jeune âge de 17 ans en 30 avant J.-C.

Friday, October 16, 2020,
De Juan Pablo Sánchez
Césarion porte la coiffe rayée (nemes) des pharaons - statue de granit rose du premier siècle ...

Césarion porte la coiffe rayée (nemes) des pharaons - statue de granit rose du premier siècle avant J.-C., Musée National Romain, Rome

Photographie de AKG/ALBUM

Ptolémée XV Philopator Philometor Caesar devint roi d'Égypte à l'âge de trois ans. Après l'assassinat de son père présumé, Jules César, quelques mois plus tôt, sa mère, la reine Cléopâtre VII, le plaça sur le trône d'Égypte pour solidifier son pouvoir et assurer la pérennité de sa dynastie.

Mieux connu sous son surnom grec « Césarion » ou « petit César », le fils de Cléopâtre ne régna que peu de temps ; son règne prit fin avec son assassinat, peu de temps après le suicide de Cléopâtre en 30 avant J.-C. Les morts de Cléopâtre et de Césarion mirent fin à la ligne ptolémaïque qui contrôlait l'Égypte depuis l'époque d'Alexandre le Grand.

 

QUERELLES FAMILIALES 

Un buste de la mère de Césarion, Cléopâtre, au Neues Museum de Berlin

Photographie de ALAMY/ ACI

Pour comprendre l'histoire de Césarion, il faut remonter à son grand-père maternel, Ptolémée XII, qui fit de ses deux enfants aînés, Cléopâtre, alors âgée de 18 ans, et Ptolémée XIII, alors âgé de 10 ans, ses co-héritiers. Il avait pour dessein que ses deux enfants règnent ensemble sur l'Égypte sous la tutelle de Rome. L'Égypte étant alors un protectorat romain, Rome avait évidemment son mot à dire sur la personne qui devait la diriger.

Après la mort de leur père en 51 av. J.-C., Ptolémée et sa sœur se marièrent symboliquement, bien qu'il n'y eut entre eux aucune forme d'amour, pas même fraternel. Les rois et reines ptolémaïques avaient pour longue tradition familiale de se disputer la réalité du pouvoir : frères et sœurs ou parents et enfants avaient pour habitude de s'affronter. Deux ans après leur union, les conseillers de Ptolémée tentèrent ainsi de s'opposer à Cléopâtre pour faire du jeune garçon le seul dirigeant de l'Égypte.

Alors que les frère et sœur égyptiens se disputaient le trône, Rome était en prise avec une autre lutte de pouvoir. Deux de ses grands héros militaires, Jules César et Pompée le Grand, étaient engagés dans une guerre civile et cherchaient à nouer des alliances. Pompée comptait sur l'Égypte pour asseoir sa légitimité et décida de soutenir Ptolémée XIII contre sa sœur, qui fut forcée de s'exiler. Loin de la capitale, Cléopâtre établit sa propre base d'opérations d'où elle leva une armée et attendit son heure.

À l'issue de la bataille de Pharsale en 48 avant J.-C., César vainquit Pompée, qui fuit à Alexandrie. Se retournant contre son ancien allié, le jeune Ptolémée fit exécuter Pompée et présenta sa tête à Jules César lorsqu'il entra en Égypte quelques temps plus tard. César en fut attristé et dégoûté : Plutarque décrivit au premier siècle après notre ère comment César s'était « détourné avec horreur [quand] on lui avait présenté la tête de Pompée, mais il accepta l'anneau du sceau de Pompée et versa des larmes dessus. »

Cléopâtre se prépare à quitter l'île de Philae dans ce tableau de l'artiste du XIXe siècle Frederick Arthur Bridgman.

Photographie de DEA/ALBUM

Cette grave erreur de calcul de la part du jeune pharaon était une opportunité de premier ordre pour Cléopâtre et ses alliés. Elle s'introduisit clandestinement à Alexandrie pour rencontrer César et le gagna à sa cause. César soutint sa revendication au trône, déclenchant un soulèvement des partisans de Ptolémée, qui furent vaincus. Le jeune roi fut tué et César plaça Cléopâtre VII, alors âgée de 21 ans, sur le trône d'Égypte. Elle co-gouvernerait, avec son autre jeune frère, Ptolémée XIV. Pour consolider l'alliance, Cléopâtre invita César, de 30 ans son aîné, à rester en Égypte avec elle.

 

FILS DE ROME ET DU ROYAUME D'ÉGYPTE

Pendant deux mois, Cléopâtre divertit César, lui révélant ce que la vallée du Nil et elle-même avaient comme charmes à offrir. Plutarque écrivit : « [César] restait souvent avec elle jusqu'à l'aube ; et ils auraient navigué ensemble... jusqu'en Éthiopie. » Au moment où César quitta l'Égypte, Cléopâtre était enceinte. Elle donna naissance à un garçon en 47 avant J.-C. et proclama ouvertement que Jules César était le père de cet enfant. Les prêtres égyptiens commencèrent à enseigner que le dieu Amon s'était incarné en la personne de César, l'homme le plus puissant du monde à l'époque, pour engendrer ce jeune prince. 

À la fin de l'année 46 avant J.-C., Cléopâtre visita Rome sur l'invitation de César, emmenant avec elle Césarion et tout l'apparat royal de sa cour égyptienne. Plutarque écrivit que César « ne la laissa pas retourner à Alexandrie sans titres élevés et riches offrandes. Il lui permit même d'appeler le fils qu'elle lui avait donné par son propre nom. César accueillit Cléopâtre et sa famille dans l'une de ses villas, la Horti Caesaris, la comblant d'honneurs officiels. »

Jules César rend à Cléopâtre le trône égyptien dans cette peinture à l'huile de 1637 de Pietro da Cortona. Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Photographie de NICO TONDINI/GETTY IMAGES

De nombreux Romains s'accordaient à dire que l'enfant ressemblait à Jules César. Marc Antoine, lieutenant de César, dit au Sénat que César avait révélé à ses amis les plus proches que Césarion était bien son fils. Si l'on se fie aux affirmations de Cléopâtre, Césarion était alors le seul enfant survivant de César. Sa fille, Julia, qui avait été mariée à Pompée, était morte en couches en 54 av. J.-C.

Malgré l'accueil peu chaleureux du peuple romain, Jules César plaçait beaucoup d'espoirs dans les relations entre Rome et la province d'Égypte. Il érigea une statue de Cléopâtre dans le temple de Vénus Genetrix. Cette époque marqua ce que César voyait comme le début d'un ambitieux projet impérial. Le bruit courait alors qu'il envisageait même un transfert de la capitale impériale à Alexandrie.

Ses plans, quels qu'ils fussent, ne furent pas appliqués, car César fut assassiné le jour de l'Ides de mars en 44 avant J.-C. Il ne reconnut jamais Césarion comme son héritier ; il avait par écrit désigné dans son testament son petit-neveu, Caius Octavius ​​(Auguste), comme son héritier. Cléopâtre et Césarion étaient à Rome lorsque César fut tué. Réalisant que leurs vies étaient en danger, Cléopâtre décida de retourner immédiatement en Égypte.

Les figures de Césarion (à gauche) et de Cléopâtre (à droite) ont été gravées sur des inscriptions antérieures sur cette stèle de granit de Karnak, qui date à l'origine du huitième siècle avant notre ère. Les nouveaux textes et images, sculptés dans la 13e année du règne de Cléopâtre, rendent hommage à l'un des généraux de Cléopâtre. Musée égyptien de Turin

Photographie de DEA/ALBUM

 

LA VIE APRÈS CÉSAR

Dès son retour à Alexandrie, la reine entreprit de consolider son pouvoir. Selon certaines sources, elle fit empoisonner son frère et co-dirigeant, Ptolémée XIV. Après quoi Césarion fut officiellement reconnu comme Ptolémée XV César, co-régent égyptien.

À Rome, Auguste refusa de reconnaître la lignée du jeune co-régent. Non sans calcul, le bras droit et confident de feu Jules César, Gaius Oppius, publia alors un ouvrage dans lequel il affirmait que Césarion n'était pas du tout le fils de César. C'était un avertissement à Cléopâtre de s'adresser avec prudence aux nouveaux maîtres de Rome.

La chance sourit à nouveau à Césarion en 42 avant J.-C. lorsque Marc Antoine arriva en Égypte en tant que triumvir romain en charge des provinces orientales. Il cherchait un moyen de faire tomber son compatriote triumvir Auguste, et en 41 avant J.-C., il convoqua Cléopâtre à Tarse. La reine fit preuve lors de cette entrevue d'autant de finesse que lors de sa première rencontre avec Jules César.

Amant de Cléopâtre et père de trois de ses enfants, Marc Antoine a affronté Auguste, l'héritier de Jules César, pour diriger Rome. Marbre jaune, buste du Ier siècle après J.-C. Musées du Vatican, Rome

Photographie de ORONOZ/ALBUM

Pour le bien de son royaume et de son fils Césarion, elle emmena Marc Antoine dans une somptueuse croisière et bientôt leur relation s'intensifia. Cette relation a longtemps été considérée comme l'une des plus passionnées de l'histoire, mais l'historienne Mary Beard y voit un aspect plus pragmatique : « La passion en a peut-être été un élément. Mais leur alliance reposait sur quelque chose de plus prosaïque : des besoins militaires, politiques et financiers. » (À lire : Marc Antoine et Cléopâtre, une passion politique)

Marc Antoine passa l'hiver 41-40 avant J.-C. en Égypte avec Cléopâtre. De leur union naquirent des jumeaux, nommés d'après des divinités astrales : Alexandre Hélios (Soleil) et Cléopâtre Sélène (Lune). Plus tard, ils eurent un autre fils nommé Ptolémée Philadelphus. Pendant ce temps, Cléopâtre étendait également son empire, conquérant de nouvelles terres pour Césarion dans le sud de la Syrie, à Chypre et en Afrique du Nord.

L'un des plus grands moments de gloire de Cléopâtre eut lieu lors d'une cérémonie tenue au gymnase d'Alexandrie, centre administratif de la province, en 34 avant J.-C. Marc Antoine la reconnut officiellement comme reine d'Egypte et accorda à Césarion le titre de « roi des rois ». Marc Antoine reconnut également officiellement Césarion comme le fils légitime de Jules César. Enfin, Marc Antoine accorda à ses trois enfants avec Cléopâtre le titre d'altesses royales et promit à son fils Alexandre Hélios des terres et des royaumes.

Cléopâtre VII a commandé cette représentation d'elle-même et de son héritier, Césarion, sculptée sur les murs du complexe du temple de Dendera.

Photographie de SCIENCE SOURCE/AGE FOTOSTOCK

C'en était trop pour Auguste qui déclara la guerre à Cléopâtre et Marc Antoine. Le 2 septembre 31 avant J.-C., il vainquit leurs forces à la bataille d'Actium. Le couple vaincu se retira à Alexandrie. 

Cléopâtre décida qu'il était plus sûr d'envoyer Césarion hors de la ville. Il se dirigea vers le sud en compagnie de son précepteur, qui l'emmena sur le Nil jusqu'au village de Copt (Qift), non loin de Thèbes. De là, des caravanes traversèrent le désert oriental jusqu'au port de commerce de Bérénice, au bord de la mer Rouge. Le seul moyen de s'enfuir pour Césarion était de traverser ces terres inhospitalières. S'il parvenait à atteindre Bérénice, il aurait une chance de quitter l'Égypte et de mettre le cap sur l'Arabie ou même sur l'Inde.

Une pièce en argent pour commémorer la conquête de l'Égypte par Auguste porte un crocodile et l'inscription aegypto capta, qui signifie « Égypte captive ». Musées d'État de Berlin

Photographie de BPK/SCALA, FLORENCE

En se dirigeant vers le port qui aurait pu lui permettre de prendre la route de l'exil, Césarion apprit que les troupes romaines étaient entrées à Alexandrie et que sa mère et Marc Antoine étaient tous les deux morts. S'il avait poursuivi son plan d'évasion, Césarion aurait peut-être survécu, mais son tuteur finit par le convaincre qu'Auguste aurait sans doute pitié de l'orphelin. 

Et en effet, Auguste envisageait d'épargner la vie du jeune homme. L'un de ses confidents l'en dissuada ; il était déconseillé, lui dit-il, qu'il y ait « trop de Césars ». Ainsi, lorsque Césarion arriva à Alexandrie pour rencontrer Auguste en août 30 avant J.-C., il fut immédiatement exécuté.

Le rêve d'un pharaon romain-égyptien et l'ancien royaume ptolémaïque d'Égypte disparurent avec Césarion.

 

Juan Pablo Sánchez est un spécialiste de l'histoire et de la littérature classiques, et un traducteur des Vies parallèles de Plutarque.
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite