Découverte de 59 sarcophages parfaitement conservés dans la nécropole de Saqqarah

Cinquante-neuf sarcophages ont récemment été mis au jour dans la vaste nécropole de Saqqarah, au sud du Caire. Cette découverte exceptionnelle pourrait n'être que la première d'une longue série.

Thursday, October 8, 2020,
De Mehdi Benmakhlouf
Des ouvriers acheminent vers le site de fouilles des outils 30 mètres plus bas, là où ...

Des ouvriers acheminent vers le site de fouilles des outils 30 mètres plus bas, là où se trouvent les tombeaux et les momies. Le complexe funéraire de Djéser occupait un emplacement privilégié à Saqqarah, il est l'un des monuments les plus anciens et les plus sacrés d'Égypte.

Photographie de PIERS LEIGH, NATIONAL GEOGRAPHIC

Samedi 3 octobre 2020, sous une immense tente installée au pied du complexe funéraire de Djéser, les archéologues ouvrent un sarcophage sous les flashs de la presse internationale. Au total, 59 sarcophages remarquablement bien conservés sont alignés les uns à côté des autres, une découverte exceptionnelle.

Mi-septembre, une première exploration avait permis de sortir de terre treize d’entre eux, la semaine suivante quatorze étaient mis au jour et finalement les archéologues égyptiens en comptent désormais cinquante-neuf, une première dans l’histoire de l’archéologie moderne.

C’est dans la vaste nécropole de Saqqarah, un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et situé à 25 km au Sud du Caire, que ces cercueils de l’Égypte ancienne ont été enterrés il y a près de 2 500 ans.

Saqqarah était la nécropole officielle de la cité de Memphis. Ce vaste plateau calcaire domine la vallée du Nil sur près de vingt kilomètres carrés, ce qui en faisait la plus vaste nécropole de l'Égypte ancienne. Pas moins d’une quinzaine de sépultures de pharaons, hauts fonctionnaires et personnalités prestigieuses de différentes époques y ont été mises au jour. 

Le site de Saqqarah contient, outre les tombes de pharaons et les cimetières qui les accompagnent, quelques temples et des lieux de cultes où l’on vénérait les Dieux auxquels ils étaient consacrés. Il est possible d’observer sur le site de Saqqarah la première pyramide à degrés : la pyramide de Djéser. Construite par Imhotep, considéré comme «  le premier architecte de l’Histoire », cette pyramide met à l'honneur le pharaon Djéser (IIIe dynastie). En réalisant cet édifice, l'idée d'Imhotep était de rapprocher symboliquement le souverain du ciel.

Le complexe funéraire de Djéser, édifié sous le règne du roi Djéser, se situe à Saqqarah, en Égypte. Il a servi de modèle pour la plus petite pyramide d'Edfou.

Photographie de KENNETH GARRETT, NATIONAL GEOGRAPHIC

Les sarcophages récemment mis au jour dateraient probablement de la 26e Dynastie de l’Égypte ancienne, autour des 6e et 7e siècles avant Jésus-Christ. Les archéologues auraient trouvé les sarcophages lors de l'excavation de plusieurs puits funéraires faisant jusqu'à douze mètres de profondeur.

L’ouverture de l’un d’entre eux a révélé une momie parfaitement conservée et ornée de hiéroglyphes aux couleurs vives, avec un visage aux traits finement dessinés. D’après les premières observations, ces derniers renfermeraient les corps momifiés de prêtres et de responsables politiques de haut rang. 

« Ce n'est pas la fin de la découverte, je considère que c'est le début d'une grande découverte » a indiqué sur les lieux de la découverte Khaled el-Henani, ministre égyptien du tourisme et des antiquités. Selon lui, les archéologues ont d'ores et déjà fait la découverte de nouveaux puits qui seraient en train d'être explorés.

Ces dernières années, le site de Saqqarah n'a cessé de révéler des trésors archéologiques et de nombreux animaux momifiés dont des serpents, des oiseaux et des scarabées. 

Ces nouveaux trésors égyptiens devraient rejoindre les collections du Grand Egyptian Museum (GEM), un projet monumental dont l’inauguration prévue à la fin de cette année a été reportée à 2021. L’Égypte espère ainsi que ces nouvelles trouvailles redynamiseront les activités touristiques du pays mises à mal par l’instabilité politique du pays, aggravée par la pandémie de COVID-19.

Comprendre : l'Ancienne Égypte
Lire la suite