Quelle est la différence entre Carnaval et mardi gras ?

L’un peut durer plusieurs jours, voire des semaines. Tandis que l’autre condense tout le plaisir en une seule journée.

De Will Sutton
Publication 1 févr. 2024, 18:17 CET
En 2010, quelques jours avant mardi gras, on profitait de la vie dans les rues bondées ...

En 2010, quelques jours avant mardi gras, on profitait de la vie dans les rues bondées de la Nouvelle-Orléans à l’occasion du carnaval.

PHOTOGRAPHIE DE Chris Bickford, Nat Geo Image Collection

Les carnavals de Venise et de Rio de Janeiro sont si célèbres et si populaires qu’on ne les présente plus. Moins connus sont le Karneval de Cologne, le carnaval de Nice, celui d’Oruro, en Bolivie, de Binche, en Belgique, de Tenerife, aux Îles Canaries, et les festivités qui ont lieu dans toutes les Antilles, de Cuba à Trinité-et-Tobago.

Mais seul un endroit est connu dans le monde entier pour mardi gras : la Nouvelle-Orléans, où se tient la plus longue de toutes les saisons de réjouissances, qui débute avec le carnaval et prend fin lors du légendaire mardi gras. La différence entre les célébrations se cache dans les détails.

« Les plus importants carnavals du monde sont ceux de la Nouvelle-Orléans, de Rio et de Venise », déclare Errol Laborde, historien spécialiste de la saison des carnavals et de mardi gras vivant à la Nouvelle-Orléans. « À Rio, on a un carnaval plus porté sur la danse et sur la parade. À Venise, c’est plus visuel, on est davantage dans le costume. À Rio, on ne lance rien comme nous le faisons à la Nouvelle-Orléans. »

Des spectateurs lèvent les mains pour attraper des perles jetées d’un char lors du passage du Zulu Social Aid and Pleasure Club.

PHOTOGRAPHIE DE Chandan Khanna, AFP, Getty Images

Si tous ces événements se distinguent par des caractéristiques qui leur sont propres, au cœur de ces traditions se trouve la célébration de la vie, des réjouissances avant la saison de pénitence qu’est le Carême.

« Le carnaval au Brésil et mardi gras à la Nouvelle-Orléans sont très différents, mais au fond ils partagent la même essence », explique par e-mail Andreza Trivillaan, blogueuse voyages brésilienne qui a déjà assisté au carnaval de la capitale louisianaise. « On ne jette pas d’accessoires à la foule. Il n’y a pas de nourriture et de boissons typiques du carnaval au Brésil, à l’inverse de ce qui se produit avec le king cake à la Nouvelle-Orléans. »

Arthur Hardy, créateur du Arthur Hardy’s Mardi Gras Guide, sait deux ou trois choses concernant le carnaval et mardi gras. Cela le contrarie lorsque l’on confond les deux (ce qui arrive parfois même à des habitants de la Nouvelle-Orléans). « Le carnaval, c’est une saison. Mardi gras, c’est un jour », indique-t-il. Ce guide aux pages brillantes, véritable mine de connaissances, est publié depuis quarante-huit ans et propose une multitude d’anecdotes et d’informations concernant les bals, les rois, les reines et les autres traditions de Louisiane.

 

LE RÔLE DES KREWES

À la Nouvelle-Orléans, il existe des organisations liées au carnaval, les krewes, qui organisent des bals formels, des bals costumés, des fêtes, des réceptions et des parades. Certains sont des « super krewes ». D’autres des krewes de taille moyenne. D’autres des sous-krewes. Puis, il y a des micro-krewes. Certains défilés incluent des chars à thème construits pour l’occasion. Beaucoup d’entre eux incorporent des « jetés » qui voient les personnes présentes sur les chars jeter des objets aux spectateurs qui aiment récupérer tout ce qui leur tombe sous la main, en particulier des perles en plastique et des objets propres au défilé. Le Krewe des Muses distribue des talons hauts décorés individuellement. Le Krewe des Zulu ne jette plus son objet caractéristique afin d’éviter les blessures : désormais, celles et ceux qui participent à la parade de ce krewe en majorité noirs déposent des noix de coco peintes à la main directement dans les mains des noceurs.

À la Nouvelle-Orléans et ailleurs en Louisiane, la saison du carnaval est plus longue que celle d’autres endroits, car elle est strictement liée à la saison du Carême. Elle débute le 6 janvier, jour de l’Épiphanie, qui commémore le jour où les trois rois mages rendirent visite au petit Jésus à Bethléem pour lui offrir or, encens et myrrhe. Cette année, les célébrations prendront fin le 13 février, jour de mardi gras et veille du mercredi des Cendres, qui marque le début du Carême, dont la date de début change d’année en année. L’an dernier, le carnaval de la Nouvelle-Orléans a duré quarante-huit jours. Cette année il en durera trente-huit.

Un homme en costume joue de la trompette lors de la parade de Sainte-Anne dans les rues de la Nouvelle-Orléans.

PHOTOGRAPHIE DE Krista Rossow, Nat Geo Image Collection

Entreprises, artistes de rue et vendeurs, qui ont besoin du carnaval pour gagner leur vie, n’aiment pas les saisons brèves, car ils ont alors moins de temps pour gagner de l’argent. Les boulangeries de la Nouvelle-Orléans préparent de succulents king cakes, des galettes des rois bien différentes de celles que l’on consomme en France, proposées avec ou sans garniture et couvertes des couleurs traditionnelles de mardi gras (violet, vert et or). Une boulangerie peut en préparer jusqu’à 500 par jour. Cinq cents galettes par jour pendant deux semaines ne représentent absolument pas le même chiffre d’affaires que la même quantité produite sur un mois tout entier.

« Si vous cherchez un responsable, accusez le pape », plaisante Arthur Hardy.

 

PLAISIR CONCENTRÉ SUR UNE SEULE JOURNÉE

Ainsi que le rapelle Arthur Hardy, le mardi gras ne dure qu’une seule journée. Il a systématiquement lieu quarante-sept jours avant Pâques et sa date varie donc selon le calendrier de l’Église. Le jour précédent est l’avant-dernier jour du carnaval : lundi gras. D’ailleurs, les anglophones emploient le terme tel quel lorsqu’ils ne disent pas « Shrove Tuesday ». Mais si ces appellations sont communes, la plupart parlent toutefois de « Plus grande fête sur Terre » ou de « Plus grand spectacle gratuit sur Terre ». Le Conseil consultatif du mardi gras du maire prévoit une « saison de parade » officielle, dont la loi prévoit qu’elle se déroule lors des douze jours qui précèdent mardi gras.

Chaque année, les spectateurs attendent avec impatience de connaître les thèmes des krewes qui défilent. Certains thèmes sont systématiquement axés sur l’imaginaire. « Iris Travels the World » (« Iris fait le tour du monde »). Les rois et reines de certains krewes sont parfois des célébrités. L’acteur Kevin Dillon, qu’on a pu voir dans le film Platoon ou dans la série Entourage, est cette année le roi du Krewe de Bacchus. Le Krewe de Néfertiti, nommé en l’honneur de la célèbre déesse égyptienne, défile quant à lui en famille avec pour reine la chanteuse Tarriona Tank Ball du groupe Tank and the Bangas. C’est elle qui mènera donc leur parade intitulée « Bloom Where You Are Planted » (« Fleuris là où tu es planté »). Les musiciens Flo Rida et Sting ne sont pas les rois du Krewe d’Endymion, mais ils joueront lors de l’extravagante fête d’Endymion à laquelle participeront des milliers de personnes.

Le défilé de la Société secrète de Sainte-Anne lors du mardi gras à la Nouvelle-Orléans.

PHOTOGRAPHIE DE Krista Rossow, Nat Geo Image Collection

Des activités ont lieu partout en Louisiane. Le Krewe des Hyacinthiens défile à Houma. La région de Baton Rouge a ses propres défilés qu’animent la Mardi Paws Dog Parade, le Krewe de Spanish Town et le Krewe d’Orion. À Monroe et à West Monroe, les spectateurs peuvent acclamer le Krewe de Riviere et le Krewe de Janus, originaires de ces deux villes jumelles. À Lafayette, on rend hommage aux carnavals d’ailleurs avec le Krewe du Carnaval de Rio et le Krewe des Canailles (en français dans le texte), qui accueillent populace, masses, n’importe qui et tout le monde.

À la Nouvelle-Orléans, le carnaval et mardi gras sont synonymes de bon temps. Les habitants et les personnes de passage ont tout le loisir de choisir la signification qu’ils donneront à ce « bon temps ». On peut se rendre à des endroits où tout peut arriver, et où l’on peut tout voir. Mais certains évitent les défilés et leur préfèrent les bals et les fêtes. On peut également retrouver les différents défilés sur la WWL Louisiana Parade Tracker App ; sur le WDSU Parade Tracker ; et sur NOLA.COM.

Chacun sait qu’il s’agit d’une composante culturelle importante, mais il s’agit également d’un commerce juteux.

 

IMPACT ÉCONOMIQUE

Une récente étude d’impact économique préparée par New Orleans and Company, par le conseil consultatif du maire et par l’Université Tulane, met en évidence un effet phénoménal sur la ville de la Nouvelle-Orléans et sur l’État de Louisiane. Concernant la ville, cet effet se quantifie à hauteur de 823 761 010 euros, pour un bénéfice de 26 millions d’euros nets d’impôt. L’État perçoit quant à lui 13 millions d’euros d’impôts environ.

« Quand on compare à n’importe quel autre événement, que ce soit ici ou ailleurs, il n’y a pas d’autre événement comme le carnaval », affirme Kelly Schulz, vice-présidente senior de la communication et des relations publiques chez New Orleans and Company. « C’est incroyable que nous puissions faire cela chaque année. C’est une exécution tout en maîtrise […] C’est l’événement le meilleur et le plus complexe que nous ayons. »

Comme le dit un proverbe néo-orléanais qui saisit bien, en français dans le texte, l’esprit de cette saison : Laissez les bons temps rouler !

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.