Îles Malouines : plus de 400 ans de conflit irrésolu

Situé dans une zone stratégique de l’Atlantique Sud, l’archipel est depuis sa découverte au XVIe siècle le théâtre de nombreux conflits impliquant d’abord les grandes puissances européennes, dont la France, puis l’Argentine.

Un fratercula semble surplomber les étendues sauvages des Malouines.
Un fratercula semble surplomber les étendues sauvages des Malouines.
photographie de Jim Richardson, National Geographic

700 îles et îlots rocheux, voilà ce que sont les Malouines. Parmi eux, deux îles principales de plusieurs milliers de kilomètres carrés : la Grande Malouine et la Malouine orientale. 700 possibilités de s’y établir et pourtant, hormis les milliers d’oiseaux, les otaries et les mammifères marins, l’archipel demeura inhabité jusqu’à l’arrivée des premiers explorateurs espagnols au XVIe siècle. C’est à Amerigo Vespucci, navigateur espagnol qui a donné son nom au nouveau continent, que l’on doit sa découverte. L’archipel a alors été observé depuis les navires espagnols mais n'a pas été exploré.

Les îles Malouines aiguisèrent, plus tard, la curiosité de nombreux explorateurs espagnols, anglais et néerlandais. Chacun souhaite laisser son empreinte sur le territoire, rebaptisé au gré des mouillages. En 1592, l’Anglais John Davis les nomme « îles méridionales de Davis » ; deux ans plus tard, son compatriote Richard Hawkins, le célèbre corsaire anglais, les appelle « Hawkins maiden-land » ; en 1600, le Hollandais Sebald Van Weert y accoste à son tour : elles deviennent les « îles Sebald ».

Cette guerre d'ego présageait-elle des revendications territoriales à venir ? Parce que ces îles sont placées sur un point de passage stratégique des flottes, elles offrent une zone d’escale idéale pour les longues traversées vers les mers du Sud.

Finalement, en 1690, John Strong, un marin écossais, les nomme « Falkand Islands », en hommage à son seigneur, le cinquième vicomte de Falkland. Ce nom est toujours utilisé à ce jour par les Anglo-Saxons. Mais dans les langues latines, on lui préfère le terme d’îles Malouines (Malavinas en espagnol), en hommage aux phoquiers, baleiniers et commerçants originaires de Saint-Malo qui, au 18e siècle, ont pris l’habitude d’y faire escale

C’est Louis-Antoine de Bougainville, premier navigateur français à avoir fait le tour du monde, qui installa, en 1764, la première colonie de l’archipel, à Port-Louis, dans le nord-est de l’île Malouine orientale. Mais les Anglais ont également des vues sur le territoire et s’établissent en 1766 à Port-Egmont, sur la petite île Saunders, dans le nord-ouest de l’archipel. Finalement, en 1767, le Royaume de France, allié au Royaume d'Espagne par « le Pacte de famille », leur cèdent le territoire, proche des colonies hispaniques, contre 603 000 livres. Une somme énorme contre un guêpier, où les Espagnols doivent cohabiter avec l’ennemi anglais.

 

LA CRISE DES MALOUINES

En 1770, les intimidations perpétuelles entre Espagnols et Anglais débouchent sur la crise des Malouines, une querelle diplomatique entre les deux nations au sujet de la souveraineté des îles.

Portrait de Louis-Antoine Bougainville (1729-1811) par Jean-Pierre Franque. L'un des premiers colons à s'établir en 1764 sur les Îles Malouines.
Portrait de Louis-Antoine Bougainville (1729-1811) par Jean-Pierre Franque. L'un des premiers colons à s'établir en 1764 sur les Îles Malouines.
photographie de Wikimédia commons

Le conflit est rapidement désamorcé grâce à un accord qui officialise la présence des deux pays sur l’archipel. Pour autant ils ne renoncent pas à leur souveraineté respective. Par la suite, les îles restent quasi inhabitées. Après la déclaration d’indépendance de l’Argentine en 1810, les autorités du pays reprennent à leur compte les revendications espagnoles et installent, en 1832, une colonie pénitentiaire. L’Angleterre parviendra pourtant à y maintenir sa domination, intimidant les Argentins grâce à sa puissante flotte et envoyant progressivement des colons pour s'y installer.

En 1982, le conflit reprend : l’Argentine envahit l’île Malouine orientale. S’ensuit le célèbre tour de force de la Dame de fer anglaise, Margaret Thatcher, qui envoie d’urgence une flotte pour reprendre le pouvoir de sa colonie, sans tentative de conciliation.

La guerre des Malouines dure trois mois et s’achève par la victoire des Britanniques, au prix d’un grand nombre de victimes : 255 Britanniques et 635 Argentins.

De nos jours, les tensions entre les deux pays sont toujours aussi vives, l'Argentine n'ayant jamais renoncé à ce territoire. D’autant plus que des forages réalisés en 1998 ont montré que la zone était riche en pétrole. En 2010, 350 millions de barils ont été détectés dans des fonds relativement peu profonds. Pour empêcher l’extraction du pétrole par les Anglais, le gouvernement argentin a lancé en 2015 des procédures judiciaires à l’encontre de cinq compagnies britanniques.

Guerre de territoires sur fond d’intérêts économiques et d’enjeux écologiques… Ces îles isolées de l’Atlantique Sud, autrefois inhabitées et paisibles, semblent être devenues une source intarissable de conflits.

Lire la suite