Pour s'accoupler, ce crapaud doit trouver le bassin « idéal »

Le crapaud Yosemite s'accouple et pond des œufs uniquement dans certains types de bassins, ce qui à mesure que la Terre se réchauffe menace chaque jour un peu plus l'espèce.

Publication 1 déc. 2020, 11:22 CET
Ce crapaud a été photographié au Museum of Vertebrate Zoology de l'Université de Californie, à Berkeley

Ce crapaud a été photographié au Museum of Vertebrate Zoology de l'Université de Californie, à Berkeley

Photographie de Joel Sartore, National geographic Photo Ark

Le crapaud Yosemite mâle (Anaxyrus canorus) peut s'accoupler frénétiquement chaque année pendant environ deux semaines. Seulement à la fin du printemps. Et seulement dans les prairies humides, à des altitudes supérieures à 1 450 mètres, dans la Sierra Nevada, en Californie. 

Le mâle attend dans un bassin, fébrile. Une femelle attirée par son cri d'accouplement (canorus signifie « mélodieux ») entre dans l'eau et accepte ses avances - si le bassin lui convient. Le lieu de reproduction et de ponte des crapauds doit réunir des conditions très précises, explique l'écologiste Christina Liang.

Pendant six ans, Liang et ses collègues ont observé 143 bassins à travers 19 prairies dans l'aire de répartition des crapauds. Les crapauds recherchent des bassins capables d'abriter la vie du printemps - quand les œufs sont pondus - jusqu'à la fin de l'été - lorsque les crapauds émergent. En étudiant les bassins occupés et non occupés, les chercheurs ont constaté que les différences étaient parfois très faibles. Les crapauds choisissaient des bassins plus larges avec plus de surface ; des bassins avec de l'eau plus chaude (une température moyenne de 25°C contre 22°C pour les bassins les plus froids) ; enfin des bassins un peu plus profonds.

Pour s'accoupler, dit Liang, le mâle « s'accroche » au dos de la femelle - mais « elle a le dernier mot » puisque c'est elle qui choisit où libérer les œufs. La femelle peut ainsi se déplacer avec son partenaire collé sur son dos jusqu'à ce qu'elle choisisse l'endroit « parfait ». Une fois qu'elle a libéré ses œufs et qu'il les féconde, elle part. Le mâle resté seul dans son bassin recommence alors à coasser en quête de nouvelle partenaires.

Le crapaud de Yosemite est considéré comme une espèce en voie de disparition et le nombre de spécimens recensés à l'état sauvage diminue. Le champignon chytride, ou Batrachochytrium dendrobatidis, a longtemps été identifié comme une cause du déclin et de l'extinction des espèces de grenouilles, de crapauds, de tritons et d'autres amphibiens à travers plusieurs continents. Ce pourrait donc être une raison du déclin de cette espèce, mais le changement climatique peut également contribuer à l'assèchement de certaines mares avant la maturation des têtards. 

L'espèce « est sur le fil du rasoir », dit Liang, « là où ces très petits changements des conditions environnementales peuvent avoir des effets potentiellement dévastateurs ».

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Pour le roi des oiseaux, la reproduction est avant tout une question de style
Animaux
Cette espèce de tortue a une touffe d'algues en guise de cheveux
Animaux
Cet octopode est prêt à tous les sacrifices pour se reproduire
Animaux
Comment les porcs-épics font-ils pour s'accoupler sans se piquer ?
Animaux
L'æschne des joncs fait la morte pour éviter de s'accoupler

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.