Comment bien nettoyer votre masque de protection ?

Masque en tissu ou chirurgical, voici comment utiliser à bon escient votre de protection contre le coronavirus.

Friday, May 29, 2020,
De Sarah Gibbens
Si vous vous aventurez au-dehors en portant masques et gants, voici comment les nettoyer et quand ...

Si vous vous aventurez au-dehors en portant masques et gants, voici comment les nettoyer et quand les jeter.

Photographie de Bobby Doherty, National Geographic

Il n'y a pas si longtemps, porter un masque en public était pour bon nombre d'entre nous synonyme d'une soirée déguisée. Pourtant, il n'aura fallu que quelques mois au coronavirus pour faire entrer cet accessoire dans notre tenue quotidienne.

L'Organisation mondiale de la santé recommande de porter un masque chirurgical à toute personne malade ou s'occupant d'un malade. En France, le ministère de la Santé préconise le port d'un masque dans les transports en commun, les supermarchés, les écoles et plus généralement lorsqu'il n'est pas possible de respecter une distanciation physique. Certaines personnes vont plus loin en portant également des gants jetables ou réutilisables lors de leurs sorties.

Cependant, les experts mettent en garde contre ces équipements de protection qui, mal utilisés, pourraient exposer à la même charge virale qu'en leur absence ; tout d'abord parce que ces masques et gants collectent eux-mêmes des particules virales s'ils ne sont pas nettoyés ou changés fréquemment et ensuite parce qu'ils pourraient contaminer vos mains ou des objets que vous serez amenés à toucher plus tard sans protection.

« Quand je vois quelqu'un portant des gants toucher un comptoir puis fouiller dans son portefeuille, je me dis que cette personne vient de créer une contamination croisée en annulant de surcroît les effets bénéfiques de la protection, » témoigne Jade Flinn, infirmière formatrice de l'unité de confinement biologique de l'université Johns Hopkins à Baltimore, dans le Maryland.

D'après les experts, la distanciation et le lavage fréquent des mains restent les deux méthodes les plus efficaces pour limiter la propagation ou la contamination du SARS-CoV-2, le virus à l'origine de la pandémie.

Aux États-Unis, des instructions ont été publiées pour le retrait des gants, il est conseillé de se laver les mains une fois les gants retirés. L'OMS préfère toutefois le lavage des mains au port des gants qui représentent un risque de contamination supplémentaire.

Photographie de Photo Illustration by Bobby Doherty, National Geographic

Quoi qu'il en soit, s'il vous arrive de mettre le pied dehors équipé d'un masque et de gants, voici comment les nettoyer, quand les jeter et pourquoi vous ne devriez pas avoir peur de transporter le virus sur le reste de vos vêtements.

 

NETTOYAGE D'UN MASQUE GRAND PUBLIC

En France, le gouvernement préconise un lavage à 60°C en machine pendant au moins 30 minutes, suivi d'un séchage à l'aide d'un sèche-linge, d'un sèche-cheveux ou même à l'air libre sur une surface désinfectée. De leur côté, l'OMS et les CDC affirment qu'un cycle normal suffira à venir à bout du coronavirus.

« Comme c'est un virus enveloppé, il est très vulnérable aux lessives, » indique Rachel Graham, virologiste au sein de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill. L'enveloppe qui entoure les virus comme la grippe et le SARS-CoV-2 est une délicate membrane de protéines et lipides huileux, maintenus par tension de surface.

Les savons et lessives contiennent des tensioactifs, ou agents de surface, des produits chimiques qui brisent facilement cette enveloppe en réduisant la tension de surface, explique Joshua Santarpia, pathologiste au centre médical de l'université du Nebraska à Omaha. Une molécule tensioactive est attirée d'un côté par les corps gras et huileux et de l'autre par l'eau. La première extrémité, dite lipophile, pénètre l'enveloppe du coronavirus et la détruit. Le reste du virus est capturé par des capsules circulaires de tensioactif appelées micelles avant d'être évacué dans les eaux de vidange.

« L'action de ce tensioactif sur l'enveloppe virale anéantit rapidement la capacité du virus à se montrer infectieux, » poursuit Santarpia. La plupart des produits ménagers contiennent de puissants tensioactifs.

Si vous utilisez de la lessive, la température de lavage importe peu. « Les masques en coton supportent très bien les hautes températures, donc si cela vous rassure, n'hésitez pas, » ajoute Graham. La chaleur brutale et concentrée produite par un sèche-linge offre une protection supplémentaire, suffisante pour tuer n'importe quel micro-organisme.

 

À PROPOS DES MASQUES CHIRURGICAUX ET N95

Contrairement aux protections en tissu, les masques médicaux à usage unique sont conçus en matière synthétique non tissée et ne supporteraient pas un passage en machine.

« Si vous les lavez, leur capacité de filtration sera fortement endommagée, » indique Santarpia. Aux États-Unis, le personnel soignant a pu être amené, par nécessité, à réutiliser des masques N95, l'équivalent de nos masques FFP2, les plus efficaces pour filtrer de petites particules comme les virus. Les établissements de Flinn et Santarpia utilisent des désinfectants de qualité hospitalière qui préservent l'intégrité du masque pendant le processus de nettoyage.

Par ailleurs, l'hôpital du Nebraska où travaille Santarpia utilise également le rayonnement UV-C pour désinfecter les masques, un type de lumière ultraviolette à haute énergie. Les UV-C étant considérés comme plus intenses et plus susceptibles de provoquer un cancer que les UV-A et les UV-B, cette forme de stérilisation ne doit être pratiquée que sous la supervision d'experts formés à l'utilisation de la lumière UV-C, d'après les CDC.

Il est conseillé au grand public de ne porter ces masques médicaux qu'une seule fois et dans l'éventualité où ils devraient être réutilisés, il est préférable d'espacer suffisamment les utilisations pour laisser le temps au virus de se désagréger.

Et quelle est cette durée ? Les scientifiques cherchent toujours à déterminer avec précision la durée de vie du SARS-CoV-2 sur diverses surfaces, dans l'air et sur les masques. D'après une étude préliminaire publiée le mois dernier sans évaluation par des pairs, le coronavirus persisterait pendant une assez longue période sur les masques N95.

« Le message à retenir est la capacité du virus à rester infectieux pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours, sur différentes surfaces, y compris les masques, » déclare Amandine Gamble, coauteure de l'étude et spécialiste des maladies infectieuses au sein de l'université de Californie à Los Angeles. Elle soupçonne que le coronavirus resterait piégé dans les fibres du masque, ce qui représente un danger tant que le germe ne s'est pas spontanément dégradé avec le temps. Pour cette raison, les CDC déconseillent de porter un masque N95 pendant plus de huit heures au total et, sauf mention contraire par le fabricant, ces masques devraient être mis au rebut après cinq réutilisations.

Cependant, en dehors des hôpitaux, les masques utilisés à plusieurs reprises en public peuvent collecter des particules virales au fil du temps en augmentant le risque d'exposition accidentelle du porteur.

« Ce qu'il faut absolument garder à l'esprit, c'est que la probabilité d'être infecté augmente avec le nombre de particules virales rencontrées, » poursuit-elle. « Ce n'est pas un processus binaire, mais graduel. »

 

LES GANTS SONT-ILS LAVABLES ET RÉUTILISABLES ?

Aucune agence de santé publique ne recommande le port de gants pour lutter contre une infection au coronavirus.

« Tant que votre peau est intacte, c'est une barrière immunitaire très efficace, » indique Graham. De plus, ajoute-t-elle, aucune preuve à ce jour ne montre que le coronavirus est capable de s'introduire à travers une coupure et quand bien même il y parviendrait, il ne circule pas très bien dans le système sanguin.

Cela dit, si vos inquiétudes l'emportent sur votre envie de suivre les directives sanitaires et que vous ressentez le besoin d'une couche supplémentaire de protection, soyez aussi prudents que vous le seriez sans gants. Limitez le nombre d'objets que vous touchez et, comme toujours, ne touchez pas votre visage.

« Ce qui m'inquiète, c'est que certaines personnes puissent penser que les gants les protègent, » déclare Jane Greatorex, virologiste à l'université de Cambridge au Royaume-Uni. Les gants « nécessitent des précautions et un lavage au même titre que vos mains. »

Aux États-Unis, les CDC ont mis en ligne des instructions pour le retrait des gants et conseillent de se laver les mains une fois les gants retirés. L'OMS préfère toutefois le lavage des mains au port de gants qui constitue un risque de contamination supplémentaire.

« Les gants à usage unique ne sont pas vraiment conçus pour être lavés et vous avez plus de chance de les percer en essayant, » reprend Santarpia. « Le public devrait se concentrer davantage sur l'hygiène des mains que sur le port de gants. »

 

QU'EN EST-IL DE MES VÊTEMENTS ?

Aller au supermarché ne signifie pas devoir jeter ses vêtements après coup, tout simplement parce que les virus enveloppés comme le coronavirus ne survivent pas facilement sur des surfaces poreuses comme les t-shirts en coton, les vestes en polyester et les jeans.

Les coronavirus se propagent principalement par les gouttelettes respiratoires ; l'eau contenue dans ces gouttelettes permet au virus de rester humide jusqu'à ce qu'il atteigne un nouveau corps. Avec le temps, de quelques jours à une semaine, les virus finissent simplement par se dessécher, explique Gerardo Lopez, microbiologiste de l'environnement auteur d'une étude sur la transmission des virus depuis différentes surfaces.

Avec un germe à la propagation aussi efficace que le SARS-CoV-2, poursuit-il, il est primordial de procéder fréquemment au nettoyage de tout ce qui entre en contact régulier avec l'Homme : mains, masques, poignées de porte et téléphones. « Ne sous-estimez pas la capacité du virus à rester actif sur une surface, » ajoute Lopez.

Cela dit, vos vêtements ne doivent pas être au centre de vos inquiétudes. Lorsqu'une gouttelette respiratoire atterrit sur un textile comme du coton, une partie de l'humidité est immédiatement absorbée et les gouttelettes s'assèchent, ce qui expose à l'air les particules du virus et leur enveloppe fragile.

« La couche de lipide extérieure va s'assécher et la protéine dont le virus a besoin pour se fixer sur les récepteurs sera inutilisable, » explique Lopez. Il est possible que le matériel génétique du virus soit encore présent, « mais il n'est plus utilisable, » ajoute-t-il. Et votre machine se chargera de l'éliminer.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite