COVID-19 : nouveaux éléments sur le syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant

Cette grave maladie touchant les enfants pourrait être liée à la présence du coronavirus dans l’intestin ; et pourrait également expliquer la durabilité des symptômes.

Monday, October 19, 2020,
De Lois Parshley
Micrographie électronique à transmission de particules du virus SARS-CoV-2, isolées chez un patient. Un nouveau rapport ...

Micrographie électronique à transmission de particules du virus SARS-CoV-2, isolées chez un patient. Un nouveau rapport des CDC s’est intéressé aux décès liés à la COVID-19 chez des personnes âgées de moins de 21 ans, dus pour la plupart à une maladie appelée syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant ou MIS-C. Image prise et couleurs améliorées au NIAID Integrated Research Facility (Centre de recherche intégré au NIAID), situé à Fort Detrick, dans le Maryland.

Photographie de NIAID

La plupart des cas confirmés ou probables d'enfants ayant contracté la COVID-19 présentaient des syndromes légers et on estime qu'entre 16 % et 45 % des enfants en question étaient asymptomatiques. Cependant, certains patients de ce groupe, cliniquement défini comme celui des moins de 21 ans, ont développé une maladie grave, appelée syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant ou MIS-C.

Grâce à des mois de recherche dans l’urgence, ce qui était un spectre mystérieux de symptômes s’est transformé en une maladie définissable, dont les symptômes avant-coureurs incluent la fièvre, les éruptions cutanées, les douleurs abdominales, la diarrhée et les vomissements. Bien que rare, le MIS-C peut devenir une grave inflammation en l’espace de quelques heures, nécessitant souvent de placer le patient en soins intensifs et pouvant parfois être fatal. Dans un récent rapport, les CDC (U.S. Centers for Disease Control and Prevention, ou Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis) ont analysé des décès liés au coronavirus chez les moins de 21 ans et ont découvert que le MIS-C en était responsable dans la majorité des cas.

« Tout se passe très vite, les enfants sont si malades que 70 % d’entre eux doivent être placés en soins intensifs », explique Alvaro Moreira, médecin-chercheur à l’université du Texas, qui a récemment publié une analyse des résultats de diverses études scientifiques dans EClinicalMedicine portant sur 662 cas de MIS-C.

Si les scientifiques acquièrent des connaissances sur le stade précoce du syndrome, les questions s’accumulent au sujet de sa véritable prévalence et de ses conséquences à long terme. Le MIS-C se développe généralement plusieurs semaines après l’apparition des symptômes classiques du coronavirus chez les enfants, comme la toux, les courbatures et le nez qui coule. Selon certaines études, la maladie peut se déclarer après une infection asymptomatique par le virus.

« C’est ce qui est inquiétant », poursuit Alvaro Moreira. « Il peut se développer alors même que les parents ignorent que leur enfant a la COVID-19 ».

Les conséquences prolongées font également l’objet d’une surveillance, après la parution de quelques études révélant que le coronavirus pouvait continuer de se répliquer dans le système digestif, en particulier chez les enfants, même lorsqu’il n’est plus présent dans les voies respiratoires. Cette découverte a des conséquences qui ne se limitent pas aux rares cas pédiatriques.

« Les données révèlent que le virus peut être présent dans les selles jusqu’à un mois après », déclare Siew Ng, directrice adjointe du centre de recherche sur la flore intestinale de l’université chinoise de Hong Kong. Une autre étude récente s’intéressant à la structure virale pourrait fournir des éléments au sujet de l’impact gastro-intestinal de la maladie et expliquer pourquoi le système immunitaire de certains patients se détraque. « Cela signifie que la COVID-19 n’est pas uniquement une maladie respiratoire ».

 

LES SUPER ANTIGÈNES DU CORONAVIRUS

Lorsque les médecins ont été confrontés pour la première fois à des enfants présentant ces étranges symptômes, d’abord en Italie, puis au Royaume-Uni, ils pensaient qu’il s’agissait de la maladie de Kawasaki, une autre affection grave touchant les jeunes enfants et responsable d’inflammations des vaisseaux sanguins. Si certains symptômes cliniques se ressemblent, il existe de nettes différences entre les deux maladies, explique Moshe Arditi, spécialiste de la maladie de Kawasaki et professeur de pédiatrie et de sciences biomédicales à Cedars-Sinai, un centre médical de Los Angeles.

Tout d’abord, la plupart des patients atteints du MIS-C sont plus âgés : l’âge médian des personnes touchées est de 9 ans, contre moins de 2 ans en général chez les patients souffrant de la maladie de Kawasaki. Ils présentent également des niveaux de biomarqueurs (protéines que l’on trouve dans les analyses de sang) qui prédisent les niveaux d’inflammation, et souffrent souvent d’importantes douleurs abdominales, « au point que l’on confond les [cas] avec l’appendicite », ajoute Moshe Arditi.

Avec sa collaboratrice, Ivet Bahar, professeure émérite en biologie computationnelle et des systèmes à l’université de Pittsburgh, Moshe Arditi a recherché des indices sur la manière dont le virus pourrait causer ces réactions. Le coronavirus SARS-CoV-2 a une forme sphérique et est recouvert de spicules, des pics qui se fixent aux protéines de la surface des cellules humaines appelées ACE2 : il ressemble à une version microscopique des fruits de bardane qui s’accrochent à vos chaussettes lorsque vous faites une randonnée.

Contrairement à d’autres coronavirus connus, Ivet Bahar et Moshe Arditi ont découvert que le SARS-CoV-2 présente une caractéristique unique dans une partie de ses spicules. Ce fragment de spicule ressemble aux toxines bactériennes connues sous le nom de superantigènes, des protéines qui provoquent une réaction excessive des cellules T, essentielles au système immunitaire. Selon une autre étude, les cas graves de COVID-19 s’expliquent par la réaction trop forte du système immunitaire face au coronavirus, ce qui cause des cascades d’inflammations excessives, responsables de lésions permanentes dans de nombreuses parties du corps. Selon Moshe Arditi, le fragment de spicule pourrait expliquer pourquoi les symptômes du MIS-C sont semblables à ceux d’infections sanguines, comme la septicémie ou le syndrome de choc toxique.

« Nous nous attendions à ce que la zone [des spicules] provoque le même type de réaction forte [que d’autres superantigènes] », explique Ivet Bahar. Cette découverte pourrait permettre de savoir comment et pourquoi le coronavirus cause d’autres types d’hyperinflammations. « Nous avons finalement trouvé le segment de spicule viral qui pourrait provoquer toutes ces réactions immunitaires », confie Moshe Arditi. Cela est valable pour les cas de MIS-CI, mais aussi pour ceux de COVID-19 chez l’adulte.

Une nouvelle étude des CDC, qui a largement passé inaperçue en raison de sa publication la même semaine que l’annonce du diagnostic positif à la COVID-19 du président Trump, montre que même les adultes touchés par le virus peuvent développer une maladie similaire au MIS-C. L’étude décrit 27 patients présentant « des symptômes cardiovasculaires, gastro-intestinaux, dermatologiques et neurologiques sans maladie respiratoire grave » et a nommé la maladie MIS-A (ou syndrome inflammatoire multisystémique chez l’adulte).

 

UN VIRUS QUI PERSISTE DANS L'INTESTIN

Le syndrome de choc toxique ayant également été associé pendant longtemps au dysfonctionnement mental à court et long terme, Ivet Bahar se demandait si la qualité du superantigène des spicules du SARS-CoV-2 pouvait expliquer le pourcentage élevé de symptômes neurologiques chez les patients adultes atteints de la COVID-19. Selon une étude, près d’un tiers des patients COVID-19 hospitalisés ont souffert de troubles de la fonction cognitive longtemps après être rentrés chez eux.

Les symptômes gastro-intestinaux sont l’élément distinctif du MIS-C et du MIS-A. Selon Moshe Arditi, cela pourrait encore une fois être expliqué par la région superantigénique des spicules du virus.

Comme ces symptômes peuvent se manifester jusqu’à plusieurs semaines après l’infection initiale, les prélèvements nasaux et les tests génétiques pour le virus, méthodes actuelles de confirmation de sa présence, sont souvent négatifs. Certains chercheurs suspectent désormais que le virus se cache toujours dans le corps, dans le tube digestif vraisemblablement, lorsqu’apparaît le syndrome MIS-C.

« Notre tube digestif contient le plus grand organe immunitaire : l’intestin », explique Siew Ng, car il regorge d’une variété de cellules immunitaires. « Nous ne devrions pas l’ignorer ».

D’un point de vue structurel, la protéine spicule du SARS-CoV-2 est similaire à l’entérotoxine B staphylococcique (SEB), qui est produite par des bactéries et est l’une des toxines gastro-intestinales les plus résistantes connues en médecine. « Une très petite quantité de celle-ci dans la nourriture peut vous rendre très malade, avec d’importantes douleurs abdominales et des vomissements », explique Moshe Arditi. Les coronavirus respiratoires chez l’Homme ont évolué à partir d’ancêtres connus pour être présents dans le tube digestif des chauves-souris et le virus à l’origine de la première épidémie de SARS, en 2002-2003, avait causé une grave maladie gastro-intestinale.

Cette hypothèse est soutenue par une nouvelle étude publiée dans la revue médicale Gut. Elle révèle que le virus persiste longtemps dans le tube digestif après avoir disparu du nez, de la bouche et des poumons. Siew Ng, auteure de l’étude, a même mis au point un test de dépistage du coronavirus dans les selles : selon elle, il s’agit de la meilleure façon de dépister les enfants et d’identifier les éventuelles sources de propagation silencieuse.

« La méthode est sûre et il est facile de collecter des échantillons », explique-t-elle. « Ils font tout le temps leurs besoins ». Hong Kong utilise ces tests pour dépister les voyageurs à risque depuis mars.

En juin dernier, une autre étude révélait que le virus était toujours présent dans les selles de deux enfants alors que les prélèvements de gorge étaient négatifs. Une étude similaire menée par le groupe de Siew Ng a permis de découvrir que certains patients atteints de la COVID-19, y compris des enfants, continuaient de souffrir de dysbiose intestinale, terme désignant un déséquilibre du microbiote, et ce même après la disparition des symptômes initiaux.

« Nous étions surpris de constater à quel point cette dysbiose est grave, même chez les cas bénins ou modérés », remarque Siew Ng. Son équipe mène actuellement un essai clinique pour tenter de déterminer si l’altération de la composition des microbes présents dans l’intestin pourrait atténuer la gravité de la COVID-19.

Votre microbiome évolue sans cesse en fonction de votre environnement, de votre régime alimentaire et de votre âge. D’après Siew Ng, le microbiome équilibré et pouvant évoluer des enfants en bonne santé connaît en général un « âge d’or » entre 2 et 12 ans, soit l’âge à partir duquel les adolescents commencent à réagir comme les adultes à la COVID-19. En analysant les microbiomes des patients dans le cadre d’une autre étude publiée en septembre, l’équipe de Siew Ng a identifié l’absence de 23 types de bactéries intestinales, qui est corrélée à la gravité accrue de la COVID-19.

« Nous connaissons bien la plupart des fonctions de ces bactéries. Elles nous aident à produire des acides gras à chaîne courte », souligne la scientifique.

 

DES CONSÉQUENCES À LONG TERME ENCORE INCONNUES

Alors que l’on commence à démêler le vrai du faux sur ces questions, on ignore toujours comment les enfants souffrant du MIS-C vont s’en sortir. La plupart d’entre eux guériront si le traitement adéquat leur est administré, mais Alvaro Moreira a découvert que leurs séjours à l’hôpital étaient longs, huit jours en moyenne. Il prévient également que les conséquences à long terme sont inconnues.

« Nous savons que des patients atteints de la maladie de Kawasaki peuvent développer par la suite des anévrismes, des thromboses, des caillots de sang et présentent un risque accru d’hypertension artérielle et de crises cardiaques à un plus jeune âge », annonce-t-il.

Les conséquences durables de la maladie pourraient affecter de façon inégale les noirs, les indigènes et les autres personnes de couleur. L’examen d’Alvaro Moreira et le rapport des CDC sur le MIS-C ont tous deux constaté que, comme chez les adultes atteints du virus, les inégalités raciales étaient évidentes. Sur les 20 enfants qui sont décédés du MIS-C aux États-Unis, 45 % d’entre eux étaient des Hispaniques, 29 % des Noirs et 4 % des Amérindiens.

Parmi les autres facteurs de risque figurent les maladies sous-jacentes, telles que l’obésité, qui peut affaiblir le système cardiovasculaire. Il semble que des lésions cardiaques se produisent chez de nombreux cas de MIS-C, ce qui soulève des inquiétudes quant aux effets à long terme, explique Joseph Abrams, épidémiologiste aux CDC et auteur d’une étude récente sur le MIS-C.

D’après lui, même si la maladie est rare, elle pourrait toucher de nombreux enfants, en raison de l’étendue de la pandémie, avant d’ajouter que « la mort de n’importe quel enfant est terrible et tragique ».

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite