Ozempic : les risques du médicament préféré de TikTok

D'après les scientifiques, l'innocuité et l'efficacité du médicament contre le diabète pour la perte de poids n'ont pas été établies. Les influenceurs en ont décidé autrement.

De Allie Yang
Publication 4 nov. 2022, 17:50 CET
GettyImages-1393991918

Depuis son gain de popularité sur les réseaux sociaux, le médicament contre le diabète Ozempic (sémaglutide) a été de plus en plus utilisé hors indication pour contrôler son poids. À présent, une pénurie affecte les patients atteints de diabète de type 2.

PHOTOGRAPHIE DE imyskin, Getty Images

Le milliardaire Elon Musk l'avait crédité pour sa perte de poids radicale. Les sites spécialisés dans l'actualité des célébrités assurent que bon nombre de leurs idoles l'utilisent pour rester en forme. Tik Tok regorge d'influenceurs affichant leurs photos avant-après leur perte de poids en l’utilisant.

Qu'est-ce que c'est ? Un médicament appelé sémaglutide et vendu sous différentes marques, notamment Ozempic et Wegovy.

L'effervescence autour de ces médicaments a entraîné une pénurie pour les deux marques, d'après la Food and Drug Administration des États-Unis, une pénurie qui devrait durer plusieurs mois et qui inquiète les patients diabétiques dont le traitement repose sur l'Ozempic pour contrôler leur glycémie. Comme le rappellent les experts, il est primordial de comprendre qu'il n'existe pas de médicament miracle et que l'usage hors indication de ces substances présente des risques.

Voici ce que vous devez savoir à propos du sémaglutide, de son fonctionnement et des risques associés.

 

QUE DIT LA SCIENCE ?

Le sémaglutide permet de réduire le taux de sucre dans le sang en imitant une hormone naturellement sécrétée lors de l'ingestion de nourriture, indique Ariana Chao, directrice médicale du Center for Weight and Eating Disorders de l'université de Pennsylvanie. Ce médicament, administré en injection, aide à prolonger l'état de satiété, à réguler l'appétit et à réduire la faim et les fringales.

Il existe une forte demande pour ce médicament. En 2019, plus de 11 % de la population était diabétique, alors que quatre adultes sur dix étaient considérés comme obèses en 2020.

En 2017, la Food and Drug Administration a autorisé l'Ozempic pour une utilisation chez les patients atteints d'un diabète de type 2. Ces patients présentent souvent un taux d'insuline faible, cette hormone qui aide à décomposer les aliments en carburant utilisable par notre organisme, résume Chao. L'Ozempic indique au pancréas de créer plus d'insuline, ce qui aide à contrôler la glycémie mais aussi à diminuer le glucagon, une hormone qui augmente le taux de sucre. Cela entraîne une perte de poids, mais les experts précisent que l'Ozempic n'a pas été approuvé pour cet usage.

Le Wegovy a été autorisé l'année dernière aux États-Unis pour les patients obèses et en surpoids, c'est le premier médicament à être autorisé pour la gestion chronique du poids depuis 2014. La différence entre les deux médicaments est que Wegovy est administré à une dose supérieure de sémaglutide par rapport à l'Ozempic ; les essais cliniques suggèrent une perte de poids supérieure à cette dose plus élevée, mais une modeste amélioration du contrôle de la glycémie, indique Chao.

 

QUELS SONT LES RISQUES ?

Comme pour tous les médicaments, il peut y avoir des effets négatifs.

Les effets indésirables les plus fréquents sont les problèmes gastro-intestinaux, comme la nausée, la constipation et la diarrhée, indique Chao, et plus rarement une pancréatite, des troubles de la vésicule biliaire et une rétinopathie diabétique.

Ces médicaments ont été étudiés en profondeur, mais compte tenu de leur autorisation relativement récente, les chercheurs ne connaissent toujours pas les effets de leur utilisation sur le long terme. Il y a également très peu de données sur les effets de l'arrêt du traitement, une situation qui pourrait concerner un grand nombre de patients en raison des pénuries.

Les études suggèrent que l'arrêt du traitement pourrait entraîner une reprise de poids, surtout si les patients n'ont pas modifié leur mode de vie.

« Dans la quasi-totalité des études sur la perte de poids, tout dépend de vos habitudes, » indique Sun Kim, endocrinologue à l'université de Stanford. « Les efforts sur votre mode de vie détermineront votre perte de poids. Si vous avez de bonnes habitudes d'alimentation, d'exercice et de sommeil, tout ira bien. » Sinon, vous pourriez reprendre jusqu'à 20 % du poids perdu par an.

Ces médicaments peuvent également être très onéreux, surtout sans assurance. D'après Kim, un stylo injecteur coûterait plus de 1 000 dollars (1 000 €) aux États-Unis.

 

QU'ENTEND-ON PAR USAGE HORS INDICATION ?

L'usage hors indication d'un médicament signifie utiliser ce médicament pour des motifs différents de ceux autorisés par la FDA, ce qui peut être à la fois risqué et inefficace. L'Ozempic a été autorisé pour les diabétiques de type 2 et le Wegovy pour les patients dont l'IMC est supérieur à 30, ou 27 s'ils souffrent d'une comorbidité liée à leur poids, comme une hypertension artérielle.

« Aucune preuve scientifique ne montre que ce médicament sera efficace ou bénéfique pour ceux qui ne répondent pas aux critères de l'étiquette autorisée par la FDA » indique Chao. « De même, nous ne connaissons pas les effets secondaires ou les risques pour ces populations ; il pourrait y avoir des réactions inconnues au médicament. L'obésité est une maladie chronique. Ces médicaments ne sont pas un remède miracle. »

Même si vous remplissez ces critères, les experts mettent en garde contre les tentatives d'obtention du médicament sans ordonnance en se tournant vers des pays où elles ne sont pas requises.

« Lorsque le médicament n'est pas utilisé sous la surveillance d'un professionnel de la santé, il peut être mal utilisé » déclare Chao. « Cela peut entraîner des effets indésirables plus graves. »

Pour les experts, face à la pénurie d'Ozempic, les patients diabétiques devraient être prioritaires.

« Ce qui m'inquiète, et j'espère que ce ne sera que temporaire, c'est le problème d'approvisionnement » indique Kim. « Si je devais trier et établir une priorité, je favoriserais sûrement les personnes qui l'utilisent pour contrôler leur diabète. Je préférerais qu'il soit disponible pour ceux qui en ont besoin. »

Directeur scientifique de l'Association américaine du diabète, Robert Gabbay indique que l'organisation est « très préoccupée » par la pénurie d'Ozempic.

« Le médicament est un outil important pour les diabétiques » déclare-t-il. « Il permet non seulement de diminuer le taux de glucose dans le sang et le poids, mais il contribue également à réduire les risques d'événements cardiovasculaires (crise cardiaque), l'une des premières causes de décès chez les diabétiques. »

 

UN DERNIER RECOURS ?

Néanmoins, comme en témoigne Kim, le fait de prescrire des médicaments comme l'Ozempic et le Wegovy aux patients désespérément à la recherche d'une nouvelle approche de la perte de poids lui donne parfois l'impression d'être « un super-héros ». Lorsque les patients se présentent à elle, ils ont souvent essayé des méthodes comme Weight Watchers ou les régimes proposés par des diététiciens. Dans ce cas, dit-elle, les médicaments comme Ozempic et Wegovy peuvent être une bonne option.

« D'après mon expérience, lorsque les patients réussissent à perdre du poids, cela influe sur leur mode de vie également et ils peuvent être plus actifs » explique Kim. « C'est difficile de perdre du poids. Aux États-Unis, 75 % de la population est en surpoids ou obèse. Je pense que nous ne devrions pas freiner ce médicament s'il peut aider. »

Chao reconnaît que ces médicaments offrent une bonne alternative à ceux qui ne parviennent pas à perdre 5 % de leur masse corporelle après trois mois de modification du mode de vie. Néanmoins, elle recommande d'utiliser ces approches avant de se tourner vers la médication.

Les patients devraient « s'assurer qu'ils se concentrent sur des habitudes alimentaires saines, réduire les calories tout en augmentant l'activité physique, en premier lieu » conclut-elle. « Ils doivent avoir conscience que même en présence du médicament, il n'y aura pas de miracle : ils devront toujours opérer des changements dans leur mode de vie. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Sciences
Pourquoi les placebos peuvent fonctionner
Sciences
Comment les noms des médicaments sont-ils choisis ?
Sciences
Vous pouvez littéralement "sentir" si quelqu'un est malade
Sciences
Les scientifiques élucident les mystères de la douleur
Sciences
Que se passe-t-il si vous contractez simultanément la grippe et le coronavirus ?

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.