Le jeûne peut-il nous aider à vivre plus longtemps ?

Alors que les études attestent des bienfaits de cette pratique populaire sur la santé, un nouveau régime offrirait des effets similaires sans avoir à se priver totalement de nourriture.

De Fran Smith
Publication 20 janv. 2023, 19:44 CET
Cet exemple de régime alimentaire de cinq jours imitant les effets du jeûne pourrait être suivi ...

Cet exemple de régime alimentaire de cinq jours imitant les effets du jeûne pourrait être suivi quatre fois par an au plus. Établi par le biochimiste Valter Longo de l'université de Californie du Sud, il se compose d'une combinaison de barres aux noix ou au chocolat ; de thé à la menthe ou à l'hibiscus ; d'une gélule contenant de l'huile d'algue ; de soupe aux légumes ; de complément minéral et multivitaminé ; de biscuits aux amandes et au chou kale ; d'olives et d'une boisson au glycérol.

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

Enfant, Valter Longo passait les étés à Molochio, le village de Calabre où ses parents ont grandi dans le sud de l'Italie. Il s'avère que ce village possède une forte concentration de centenaires. Quelques années plus tard, Longo a décroché un doctorat en biochimie et s'est intéressé à l'influence de l'alimentation sur l'espérance de vie. Même s'il vit aujourd'hui entre Los Angeles et Milan, il retourne souvent à Molochio, dans l'espoir de percer le secret du régime qui offre aux locaux cette longévité tant convoitée. Sans surprise, les anciens du village confessent une nourriture simple et frugale : légumes, haricots, fruits, huile d'olive, pâtes et un minimum de viande.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là.

« En parlant avec les centenaires, ils me disent souvent avoir traversé “traversé des moments, des périodes où il n'y avait pas du tout de nourriture", » témoigne-t-il.

« Ne mangez pas trop, » déclare Grazia Cosmano, 102 ans, et préférez les fruits et les légumes. « Il faut rester simple. » C'est ainsi que Grazia est devenue l'une des nombreux centenaires de la région de Calabre en Italie, explique le biochimiste Valter Longo. 

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

Au menu ce midi chez Grazia, un simple plat de pâtes. Toute sa vie, elle s'est nourrie quasi exclusivement des légumes de son jardin et ne mange jamais de viande rouge.

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

Durant ses premières années en laboratoire, Longo affamait des levures pour étudier l'influence de la privation de nutriments sur l'expression des gènes et d'autres processus biologiques associés à la longévité. Il a peu à peu acquis la conviction que le jeûne pouvait retarder le vieillissement, protéger contre diverses maladies associées à la vieillesse et nous aider à augmenter le nombre de centenaires en réinitialisant notre métabolisme et en éliminant les débris cellulaires. Cependant, un jeûne de plusieurs jours n'est pas à la portée de tous. Qui plus est, le jeûne prolongé peut entraîner une perte de masse musculaire et d'autres problèmes. 

Afin de surmonter ces obstacles, Longo a passé plusieurs années à développer, tester et peaufiner un régime qui incite notre organisme à réagir comme si nous n'avions rien avalé du tout. C'est un régime faible en calories, en sucres et en protéine, mais riche en acides gras insaturés.

À travers les expériences menées sur des souris d'âge moyen, Longo a démontré que son Fasting Mimicking Diet (FMD, régime imitant le jeûne, NDLR) allonge la durée de vie, revitalise le système immunitaire et réduit le risque de cancer. Le régime a également permis d'améliorer les capacités d'apprentissage et de mémoire des souris plus âgées, de retarder le déclin cognitif chez les souris élevées pour développer la maladie d'Alzheimer et d'améliorer l'efficacité des traitements contre les cancers.

À 59 ans, Domenico Calisti rend visite à la nutritionniste Antonella Pellegrino et se prête à un examen médical dans le cadre de l'essai clinique sur le FMD conduit par Valter Longo à Varapodio.

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

Longo a conditionné le FMD sous la forme d'un kit alimentaire, composé de biscuits riches en nutriments, d'olives, de soupe, de tisanes et de compléments. L'étude a porté sur 71 adultes en bonne santé ayant suivi le régime pendant trois cycles de cinq jours consécutifs, avec un seul cycle autorisé au cours d'un même mois. Les résultats démontrent une réduction de la masse graisseuse, de la masse corporelle, des taux de glucose et de protéine C réactive, autant d'atouts pour se tenir à distance des maladies cardiaques, du diabète de type 2 et d'autres affections chroniques. Les sujets les plus exposés à ces risques ont affiché la plus nette amélioration. 

En 2022, Longo et ses collègues ont annoncé que ce régime améliorait la santé métabolique des patients atteints de cancer de la prostate, ouvrant la voie à son éventuelle utilisation en complément des traitements traditionnels.

À présent, Longo réserve une nouvelle épreuve de taille à son régime. Il recrute actuellement 500 sujets, âgés de 30 à 65 ans, issus des environs de Molochio et de Varapodio pour une comparaison directe entre le régime normal et le régime imitant le jeûne. À travers cette étude, il entend démontrer, de façon convaincante, que le jeûne peut améliorer la santé de nombreux adultes en inversant les dommages moléculaires et cellulaires liés à l'âge, responsables des maladies qui nous compliquent la vie à partir d'un certain âge.

 

LA MODE DU JEÛNE 

Le village de Stilo, en Calabre. L'Italie compte environ 20 000 centenaires et cette région présente la plus forte concentration.

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

En 2022, 10 % des Américains interrogés par l'International Food Information Council (IFIC) ont déclaré jeûner par intermittence. À titre de comparaison, 2 % ont déclaré suivre un régime végan, 3 % un régime végétarien et 5 % un régime méditerranéen. Cependant, la définition de « jeûne intermittent » variait fortement : 12 heures par jour, 16 heures, un jour sur deux, un jour par semaine. 

Les régimes à la mode vont et viennent avec une telle régularité qu'il serait facile de mettre l'actuelle frénésie pour le jeûne intermittent sur le compte de la folie passagère. Néanmoins, au cours de cette année de reportage sur la science de la longévité pour National Geographic, j'ai été saisie par le nombre de chercheurs qui prennent régulièrement leurs distances avec la nourriture, confortés par les preuves attestant des bénéfices de la pratique pour la santé.

« C'est réellement prouvé, le jeûne est bon pour la santé, » déclare Tzipi Strauss, médecin fondateur d'une clinique pour la longévité en bonne santé au sein du Sheba Medical Center en Israël. « Nous n'avons pas besoin de manger trois fois par jour ou toutes les trois heures. Nous ne sommes pas des bébés, nous n'avons plus besoin de grandir. »

Médecin-chef adjointe du service de médecine interne et d'oncologie du Renji Hospital de l'université Jiao-tong de Shanghai, Evelyne Yehudit Bischof ne mange rien avant 10 h et après 16 h. Après avoir reçu plusieurs mails de sa part vers minuit, je m'étais demandée comment elle pouvait travailler si tard sans tomber de fatigue, affamée. « Je mange beaucoup entre 10 et 16 h, » explique-t-elle.

Chercheur au Salk Institute for Biological Studies en Californie, Satchidananda Panda est un spécialiste de l'horloge circadienne, le système interne qui dicte le rythme de notre organisme, et pratique lui aussi le jeûne intermittent. Selon ses études, le fait de limiter le temps consacré à l'alimentation favorise le fonctionnement synchronisé des cellules et des organes, y compris le cerveau. À en croire ses résultats, lui et sa famille devraient idéalement jeûner 16 heures par jour, mais sa femme et sa fille n'auraient jamais accepté de jeûner plus de 12 heures.

Face à ce monde de variation et d'improvisation, Longo compte bien répondre à certaines questions fondamentales. « "Jeûner" n'est qu'un mot, comme "manger", » dit-il. « Il faut trouver le type précis de jeûne qui fonctionne et la raison. »

Maria Rosa Tranquilla, 93 ans, pose pour un portrait avec son arrière-petite-fille de six mois, Kiara. Dans de nombreux pays, les enfants nés de nos jours ont de grandes chances de dépasser le cap des 90 ans.

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

Aldo Calabrese, 83 ans, secoue la branche d'un arbre pour faire tomber ses fruits dans le tablier tendu par sa femme, Nazzarena Murace, 75 ans. L'alimentation des locaux est en grande partie issue de leur propre production.

PHOTOGRAPHIE DE Jasper Doest

RÊVE OU RÉVOLUTION ?

L'engouement actuel pour le jeûne est le fruit de plus d'un siècle de recherches démontrant que la réduction extrême des calories (entre 20% et 40 %) prolonge significativement la durée de vie des animaux, notamment les vers, les mouches, les souris mais aussi les rats et les macaques rhésus, du moment qu'ils reçoivent les nutriments dont ils ont besoin. Les résultats dépassent de loin ceux des autres tentatives de retard du vieillissement. D'après ces études, les régimes extrêmement faibles en calories réduiraient le risque de maladies liées à l'âge, notamment le cancer.

En général, les animaux de laboratoire sont nourris une à deux fois par jour, ils ne sont pas du genre à regarder Netflix en dévorant du popcorn à toute heure. Pendant des dizaines d'années, les scientifiques ont négligé la possibilité que ces heures passées sans nourriture puissent contribuer à la bonne santé et aux gains de longévité des animaux suivant un régime hypocalorique. À présent, il semblerait que le moment auquel nous mangeons aurait plus d'importance que la quantité en matière de longévité.

En 2022, les scientifiques de l'École médicale du Sud-Ouest de l'université du Texas ont publié les résultats d'une expérience de quatre ans portant sur des centaines de souris suivies tout au long de leur vie. Grâce à des mangeoires automatiques, certaines souris pouvaient manger au gré de leurs envies, alors que d'autres étaient soumises à un régime radicalement hypocalorique avec différents horaires d'accès à la nourriture : fenêtres de 2 ou 12 heures, 24 heures sur 24, le jour ou la nuit uniquement. À elle seule, la réduction des calories augmentait la durée de vie des souris de 10 %. Associé à une restriction de l'accès à deux heures la nuit, période d'activité de la souris, le régime augmentait de 35 % leur durée de vie. Chez l'Homme, cela se traduirait par un supplément de 25 années, en moyenne.

Il faudrait des dizaines d'années et des milliers de volontaires armés d'une discipline de fer pour déterminer si le fait de limiter strictement les horaires de notre alimentation aboutirait bel et bien à une telle extension de notre espérance de vie. Quoi qu'il en soit, la pratique présente clairement des bénéfices. Une étude parue en 2019 sur un échantillon de 2 001 patients cardiaques a constaté que les sujets qui jeûnaient régulièrement avaient plus de chances d'être en vie quatre ans après une procédure commune, un cathétérisme cardiaque, par rapport aux sujets qui n'avaient jamais jeûné, avaient jeûné brièvement ou avaient arrêté des années plus tôt. 

Après avoir analysé plusieurs années d'essais cliniques sur le jeûne intermittent, les chercheurs Rafael de Cabo du National Institute on Aging et Mark P. Mattson de l'École médicale de l'université Johns Hopkins ont conclu que les preuves des bienfaits pour la santé étaient suffisantes pour former les médecins sur le sujet et ainsi être en mesure de guider les patients.

Bien entendu, le contenu de notre assiette a également son importance. D'après les estimations récentes des chercheurs de l'université de Bergen, en Norvège, en supprimant de son alimentation les hamburgers, les hot dogs, le pain blanc et autres monuments du régime occidental pour les remplacer par les haricots, les lentilles, les céréales complètes, les noix, les fruits et les légumes, un individu âgé de 20 ans pourrait allonger de 13 ans sa durée de vie. Tout comme pour l'exercice, il n'est jamais trop tard pour prendre de bonnes habitudes et en tirer des résultats. 

D'après les scientifiques, un soixantenaire pourrait gagner plus de huit ans et un octogénaire plus de trois ans. Ils n'ont pas évalué l'impact du jeûne sur l'espérance de vie mais selon Satchidananda Panda, outre les changements physiologiques induits par le jeûne, la discipline inciterait à faire de meilleurs choix alimentaires et à réduire le grignotage.

Il ne semble pas y avoir d'inconvénient à s'imposer 12 à 16 heures de jeûne la nuit. En 2022, Panda et ses collègues ont publié une étude portant sur 137 pompiers de San Diego, dont la moitié avaient accepté de restreindre leur alimentation à une fenêtre quotidienne de dix heures sur une période de douze semaines. Dans une région rongée par les incendies, le chercheur était inquiet au départ. Et si ces 14 heures sans nourriture affectaient la réactivité et la clarté d'esprit des pompiers lors d'une intervention ?

« C'était la partie la plus angoissante pour nous, » confie-t-il. « Si des participants se sentent faibles, s'ils ne répondent pas à un appel, s'ils n'arrivent pas à rejoindre leur camion en moins de 60 secondes, tout cela aurait mis fin à l'étude. » Fort heureusement, leur performance n'a pas été affectée. Dans l'ensemble, le groupe affecté au jeûne présentait une amélioration du cholestérol et de la santé mentale, ainsi qu'une réduction de la consommation d'alcool. Les sujets dont la pression artérielle et la glycémie étaient élevées au début de l'étude ont constaté une diminution de ces variables.

« On peut donc conclure que la plupart des protocoles de jeûne auront un impact plus bénéfique que le fait de ne pas jeûner du tout, » résume Panda.

 

LES MÉCANISMES DU JEÛNE

Valter Longo dirige l'Institut de la longévité de l'université de Californie du Sud ainsi que le programme Longévité et cancer de l'Institut d'oncologie moléculaire (IFOM) de Milan. Comme il nous l'explique, le régime imitant le jeûne repose essentiellement sur l'activation des cellules souches du sang, ce qui renforce la capacité de l'organisme à produire les globules blancs qui combattent les infections. Cela ne se produit pas pendant un cycle de FMD, mais lors de la reprise d'un régime normal. Le FMD favorise également l'autophagie, un processus de nettoyage cellulaire au cours duquel les cellules dévorent leurs propres constituants défectueux, remplacés par des éléments fonctionnels.  

Lors des essais cliniques, Longo a découvert que le FMD incitait l'organisme à brûler les graisses au lieu de brûler du sucre, reprogrammant ainsi le métabolisme que le régime occidental moderne s'applique à détraquer. Les études portant sur le jeûne intermittent suggèrent un effet similaire, ce qui expliquerait pourquoi les personnes présentant des facteurs de risque métabolique, comme le prédiabète, semblent en bénéficier le plus.

À travers le monde, une trentaine d'essais cliniques s'intéressent aux effets du FMD sur les sujets atteints de diverses affections : cancer, sclérose en plaques, Alzheimer, troubles rénaux, hypertension artérielle, syndrome de l'intestin irritable « et presque toutes les maladies auxquelles vous pourriez penser, » indique Longo.

Un kit pour le programme de cinq jours mis au point par Longo est disponible dans le commerce au tarif de 200 $ (185 €). Le chercheur indique que l'intégralité des bénéfices est reversée à sa fondation milanaise dans le but de financer ses recherches. À un tel tarif, le kit n'en est pas moins inaccessible pour bon nombre de citoyens américains, notamment les personnes à faible revenu et les personnes de couleur, deux catégories particulièrement touchées par les maladies cardiaques, les cancers et les diabètes.

« Ce n'est pas extensible, » déclare Panda. « Cette solution ne permettra pas d'aider la moitié de la population qui en a besoin aux États-Unis. Elle est inaccessible. Le simple fait d'acheter des aliments sains est déjà inaccessible. »

Je me demande pourquoi Valter Longo a choisi d'instaurer de nouvelles habitudes alimentaires dans une région italienne célèbre pour ses centenaires et l'équilibre de sa tradition culinaire. « De nos jours, peu de personnes suivent cette tradition, » indique Romina Cervigni, scientifique au sein de la fondation de Longo. Environ un tiers des enfants et des adolescents calabrais sont en surpoids, soit un des taux les plus élevés en Italie. L'hypertension artérielle touche 66 % des résidents de 65 ans et plus, 29 % souffrent de maladies cardiaques et 24 % de diabète, avec une forte augmentation de ces taux à l'approche et au-delà des 80 ans, selon le système de surveillance des maladies chroniques mis en place pour le ministère italien de la Santé.

« Nous espérons que l'étude permettra d'améliorer la vie des nouvelles générations, » déclare Orlando Fazzolari, maire de Varapodio.

Longo et son équipe recrutent actuellement des volontaires en surpoids présentant des niveaux élevés de pression artérielle, de cholestérol et de glycémie ou d'autres facteurs de risque métabolique. Les chercheurs procéderont à la randomisation des sujets en trois groupes. Un groupe mangera normalement avant de passer au régime imitant le jeûne à trois reprises pendant cinq jours : au début de l'étude, trois mois plus tard et à nouveau trois mois plus tard. 

Le second groupe se soumettra au même calendrier FMD, mais suivra le reste du temps ce que Longo appelle « le régime longévité. » Il se rapproche du régime végan à l'exception d'une petite quantité de poisson et doit être idéalement consommé sur une fenêtre quotidienne de 12 heures. Le dernier groupe servira de témoin et ne modifiera pas ses habitudes. L'étude mesurera l'évolution de l'indice de masse corporelle, de nombreux marqueurs biologiques ainsi que le vieillissement biologique.

Au bout de six mois, Longo invitera le groupe témoin à basculer sur le régime de longévité. Ses années d'expérience dans la recherche lui ont appris que lorsque des sujets s'inscrivent à une étude sans constater de bienfait pour leur santé en retour, ils se sentent souvent lésés. L'étude se déroulera dans des villages comptant quelques milliers d'habitants, au plus, et tout le monde se connaît. Il ne voudrait pas que les individus du groupe témoin soient frustrés en pensant par exemple : pourquoi mon cousin a-t-il eu le régime, et pas moi ?

 

RÉGIME EN COMPRIMÉ

Aucune intervention antivieillissement testée par des scientifiques n'a eu d'effet aussi solide et régulier que la restriction de calorie et pourtant, plusieurs centaines ont été mises sur le banc d'essai. La pratique prolonge la durée de vie des rongeurs de 50 %. Les macaques rhésus, génétiquement plus proches de notre espèce que les souris, en tirent également des profits. Dans une étude, les chercheurs ont réduit de 30 % l'apport en calories des macaques rhésus tout au long de leur vie adulte, sans toucher aux nutriments. Ces animaux ont vécu plus longtemps que les singes ayant suivi un régime normal, tout en présentant un risque réduit de diabète, de maladie cardiaque, de cancer et d'atrophie du cerveau souvent induite par l'âge.

Chez l'Homme, le fait de limiter son alimentation au strict minimum pour survivre pourrait éventuellement empêcher ou retarder certaines affections, mais à long terme la pratique entraînerait d'autres problèmes, comme une perte osseuse. Même en l'absence de danger, beaucoup ne seraient pas prêts à vivre plus longtemps si cela signifie être affamé en permanence. Cet avis est notamment celui de João Pedro de Magalhães, professeur de biogérontologie à l'université de Birmingham en Angleterre.

« Je suis horrible quand j'ai faim, » dit-il. « Je suis très grognon. Mais alors, est-il possible d'obtenir les bienfaits pour la santé et la longévité de la restriction de calorie sans avoir à suivre un régime ? Voilà l'objet de nombreux rêves depuis des décennies. »

Récemment, son laboratoire a fait un pas vers la réponse. À travers une série d'expériences, le professeur et ses collègues ont démontré qu'un médicament prescrit contre l'hypertension artérielle, le rilménidine, prolonge la durée de vie du vers C. elegans  d'environ 20 %, et ce, en imitant les effets biologiques protecteurs de la réduction de la restriction calorique. Le médicament active les mêmes mécanismes génétiques qu'un régime hypocalorique. Il déclenche également une autophagie, le nettoyage des cellules, un processus critique pour la santé qui perd en efficacité avec l'âge. La durée de vie des vers s'est allongée, même en commençant le traitement à un âge avancé.

Les scientifiques ont étudié d'autres substances qui reproduisent l'action moléculaire et génétique d'un régime extrême. Deux des médicaments les plus prometteurs pour le retard du vieillissement, la rapamycine et la metformine, agissent également sur les mécanismes qui confèrent à la restriction calorique son pouvoir de longévité. Cependant, certaines substances expérimentales prometteuses se sont révélées toxiques chez les animaux.

De Magalhães utilise des modèles informatiques pour identifier une potentielle substance imitant la restriction calorique dans les vastes répertoires de médicaments couramment utilisés, dont l'innocuité a déjà été démontrée chez l'Homme. Il a ainsi découvert que le rilménidine déclenchait également chez la souris les effets moléculaires protecteurs observés chez les vers et prévoit d'étudier l'influence du médicament sur la durée de vie des souris. 

Il aimerait également étudier les effets du médicament en matière d'antivieillissement et de longévité chez les sujets humains souffrant d'hypertension. Le rilménidine réduit-il leur âge biologique ? Est-ce qu'il réduit le risque d'autres affections liées à l'âge ?

Bien entendu, du ver à l'Homme, le chemin est encore long. Quand disposerons-nous d'un médicament efficace et sans danger qui pousse notre organisme à croire que nous suivons le plus strict des régimes, alors que nous mangeons comme bon nous semble ?

« C'est la question à un million de dollars, » répond de Magalhães. « D'un côté, je reste optimiste. De l'autre, je suis également réaliste : les bienfaits observés sur les animaux ne seront pas entièrement transmis aux êtres humains. En matière de longévité, les 20 % observés chez les vers seront nettement plus modestes chez l'Homme. Quoi qu'il en soit, une simple augmentation de l'espérance de vie… Même sans aller jusque-là, la simple amélioration de la qualité de vie des plus âgés grâce à cette mesure de prévention représenterait déjà une fantastique prouesse en soi. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Sciences
Les effets du sucre et du gras sur notre cerveau : ce que dit la science
Sciences
Santé : les bienfaits d'une activité physique brève et intensive
Sciences
À quelles heures devrions-nous prendre nos repas ? Ce qu'en dit la science
Sciences
Les phtalates favoriseraient le développement des fibromes utérins
Sciences
Maladie d'Alzheimer : pourquoi ce nouveau traitement suscite autant d'inquiétude que d'espoir

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.