Voici ce qui se passe dans votre corps quand vous arrêtez de fumer

Les risques liés à la cigarette ne sont pas un secret. Qu’en est-il des bienfaits sur la santé, immédiats et à long terme, lorsque l'on arrête de fumer ?

De Rachel Fairbank
Publication 28 déc. 2023, 18:30 CET
GettyImages-145164034

Arrêter de fumer améliore la santé de nombreux organes du corps.

PHOTOGRAPHIE DE icefront, Getty Images

Même si vous fumez depuis très longtemps, vous obtiendrez, en arrêtant, des bienfaits surprenants, parfois immédiats. 

Le tabac est, en France, la première cause de mortalité évitable et représentait 13 % de la mortalité du pays en 2022. Pourtant, plus de quinze millions de Français sont fumeurs et s’exposent à des risques de maladies chroniques liées au tabagisme, telles que la broncho-pneumopathie chronique obstructive, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires ou le cancer. Même en ayant conscience de ces risques, il reste incroyablement difficile d'arrêter de fumer, ce qui conduit de nombreuses personnes à abandonner, pensant que le mal est fait. Cependant, comme le montrent de plus en plus de recherches, fumer depuis longtemps n’empêche pas les bienfaits significatifs liés à l’abstinence au tabac.

Afin de se faire une idée de ces avantages à court et à long terme pour la santé, National Geographic s'est entretenu avec des experts sur ce qui se passe dans votre corps dans les heures, les jours, les semaines, les mois et les années suivant l'arrêt de la cigarette.

AMÉLIORATION DE LA FRÉQUENCE CARDIAQUE ET DE LA RESPIRATION

Les personnes qui arrêtent de fumer peuvent s’attendre à une amélioration de leur rythme cardiaque et de leur respiration. 

Selon Humberto Choi, pneumologue à la clinique de Cleveland, le premier changement, qui peut déjà survenir dans les heures qui suivent l'arrêt du tabac, est une diminution du rythme cardiaque. Les niveaux, environ trois fois plus élevés que la moyenne, de monoxyde de carbone dans le sang des fumeurs reviennent également à la normale en quelques jours. 

Au fil des semaines, d'autres changements interviennent. L'un des principaux est l'amélioration de la fonction pulmonaire et la diminution de la toux, qui peuvent contribuer à une plus grande capacité d'exercice. Ces changements aident les nouveaux non-fumeurs à respirer un peu plus facilement, tout en rendant un peu moins difficile de développer et de maintenir une habitude d'exercice, comme marcher régulièrement ou intégrer une routine matinale d'entraînement musculaire. « En général, ceux qui arrêtent ont tendance à rapidement se sentir mieux », déclare Choi.

L'exercice physique constitue aussi une alternative au fait de fumer. « On ne se débarrasse pas de l'habitude facilement », explique Choi. « Il peut être bon de la remplacer par autre chose. »

De nombreuses personnes rapportent également que leurs sens de l’odorat et du goût s’est amélioré dans les semaines et les mois suivant l'arrêt du tabac. 

« Elles ne s’étaient parfois même pas rendu compte qu'elles avaient perdu l'odorat et le goût », dit Choi.

FORTE RÉDUCTION DES RISQUES DE CRISE CARDIQUE OU D’AVC

Avec les mois et les années, l'arrêt du tabac peut entraîner une réduction considérable du risque de développement de maladies cardiovasculaires, telle qu'une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. 

« Au cours des deux premières années suivant l'arrêt du tabac, vous perdez une grande partie de l'excès de risque », explique Marie Robertson, cardiologue et directrice scientifique de l'American Heart Association. 

Comme elle le fait remarquer, plus la personne est abstinente depuis longtemps, plus le risque continue de diminuer. En dix ans, le risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire diminue de 63 % par rapport aux fumeurs. 

Au bout de 20 à 30 ans, ce risque est descendu à des niveaux similaires à ceux d'une personne qui n'a jamais fumé.

DIMINUTION DU RISQUE DE CANCER AU BOUT DE DIX ANS

Au fil du temps, le risque de développer certains types de cancer diminue également. C'est aux alentours de dix ans que ce risque diminue de manière substantielle.

« Après 10 ans, le risque de décès [par] cancer du poumon est deux fois moins élevé que chez ceux qui fument encore », explique Farhad Islami, directeur scientifique principal de l'American Cancer Society et chercheur qui étudie les risques de cancer dans diverses populations. On observe une réduction similaire du risque d'autres types de cancers liés au tabagisme, comme les cancers de la tête, du cou ou de l'œsophage, précise Islami.

Récemment, dans un article qu'il a cosigné, Islami et ses collègues ont écrit avoir constaté que le risque de mourir d'un cancer diminuait d'environ 90 % après vingt à vingt-neuf ans sans fumer. Pour les personnes qui ont pu arrêter avant l'âge de trente-cinq ans, cette réduction est encore plus importante, au point que sur une période de deux à trois décennies, leur risque de mourir d'un cancer lié au tabagisme devient presque équivalent à celui d'une personne n’ayant jamais fumé. 

« Il est préférable d'arrêter de fumer le plus tôt possible », explique Islami. Il ajoute cependant que même pour ceux qui ne sont pas en mesure d'arrêter de fumer avant d'être plus âgés, « les avantages restent très, très importants ».

RALENTISSEMENT DES MALADIES LIÉES AU TABAGISME

Chez les personnes atteintes de maladies chroniques liées au tabagisme comme le cancer, les maladies cardiaques ou la BPCO, arrêter de fumer peut ralentir la progression de la maladie et augmenter les chances de survie. 

« Le risque de récidive d'un cancer est plus faible si l'on arrête le tabac », explique Humberto Choi. 

En arrêtant la cigarette, les personnes ayant déjà souffert d’une crise cardiaque peuvent réduire le risque d'en avoir une deuxième et diminuer la probabilité d'aggravation de la BPCO. 

« Il est préférable d’arrêter de fumer avant de développer ces maladies », déclare Luba Yammine, chercheuse à l'université du Texas Health Science Center à Houston, dont les recherches portent sur les troubles liés à l'utilisation de drogues. Elle ajoute que même « si cette maladie s’est déjà déclarée, il sera toujours très bénéfique d'arrêter. » 

LA COMPLEXITÉ DE L’ADDICTION 

Le tabagisme est l'une des dépendances dont il est le plus difficile de se sortir, en raison d'un certain nombre de facteurs. 

« La nicotine est la substance la plus addictive qui soit », affirme Yammine. « La dépendance survient facilement et il est très compliqué d'arrêter ». Les difficultés à arrêter de fumer sont dues à un mélange de facteurs physiques et comportementaux. 

Le premier obstacle est la dépendance physique à la nicotine, qui peut entraîner une combinaison de fringales et de symptômes de sevrage après l'arrêt du tabac.

« Ce mélange est particulièrement désagréable », note Yammine. De nombreuses personnes déclarent souffrir d'une faim excessive après avoir arrêté de fumer, ainsi que d'un sentiment général d'irritabilité. Un certain nombre d'outils permettant d’apaiser ces symptômes sont disponibles, notamment les patchs et les chewing-gums à la nicotine, ou des médicaments tels que le bupropion. 

Le deuxième facteur majeur qui rend l'arrêt du tabac si difficile est d'ordre comportemental. 

« La cigarette fait partie intégrante des fumeurs », explique Yammine. Pour un fumeur de longue date, la journée est souvent structurée en fonction du moment et de l'endroit où il fume, qu'il s'agisse de prendre une cigarette avec son café du matin, de faire des pauses cigarettes tout au long de la journée ou d’en allumer seulement pour des occasions spécifiques. Ces comportements peuvent devenir tellement ancrés qu'il devient très difficile de s’en défaire, même s’il existe des moyens de contrôler efficacement les symptômes physiques du sevrage.

IL FAUT SOUVENT S’Y PRENDRE À PLUSIEURS REPRISES POUR ARRÊTER

En raison de leur dépendance à la nicotine, les fumeurs font état de nombreuses tentatives d'arrêt avant de trouver une stratégie efficace. En outre, ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. 

Si arrêter brutalement est une solution pour certains, d'autres ont besoin de l'aide de médicaments pour réduire leurs envies de fumer. Certaines personnes sont contraintes de modifier radicalement leurs habitudes quotidiennes pour arrêter de fumer, tandis que d'autres y parviennent avec de légères adaptations. Certains arrêtent après les premières tentatives, d'autres ont besoin de plusieurs essais. « De chaque tentative, on peut tirer une leçon sur la façon de s’y prendre pour faire mieux la fois suivante », dit Robertson.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.