Sciences

De nouveaux protocoles pour lutter contre le cancer

Les cellules T qui pourraient aider notre système immunitaire à lutter contre le cancer sont mises en avant par des recherches pionnières.

Les lymphocites T du système immunitaire (en rose) sont utilisés pour tuer les cellules cancéreuses (en jaune).
Les lymphocites T du système immunitaire (en rose) sont utilisés pour tuer les cellules cancéreuses (en jaune).
Cet article figure dans le magazine National Geographic du mois de mars 2018.

Les traitements anticancéreux actuels se fondent sur une idée vieille d'un siècle : réorienter le système immunitaire pour qu'il combatte les tumeurs. En 1891, William Coley, un chirurgien new-yorkais, a remarqué que certains cancers semblaient disparaître après une infection. Il a injecté des bactéries à un patient souffrant d'un cancer du cou, et la tumeur s'est mise à rétrécir.

L'immunothérapie est la discipline la plus prometteuse dans la recherche anti-cancer. On sait maintenant qu'une infection peut stimuler le système immunitaire. Celui-ci libère alors des lymphocytes T (type de globule blanc), qui traquent et tuent les hôtes indésirables, dont les cellules cancéreuses.

La recherche apporte de nouvelles méthodes pour stimuler de telles offensives immunitaires. Par exemple, des médicaments privent les cellules cancéreuses du camouflage qu'elles utilisent pour se cacher des lymphocytes T.

D'autres approches consistent à neutraliser les freins au système immunitaire, ou à accélérer ce dernier, ou encore à supprimer les barrages moléculaires et cellulaires qu'il rencontre, précise Elfriede Noessner, chercheuse au Centre de recherche allemand pour la santé environnementale, à Munich. Elle a pourvu des lymphocytes T d'une molécule qui renforce leur réaction face aux cellules cancéreuses et qui est programmée pour se déclencher une fois à l'intérieur des tumeurs.

Tous les cancers ne répondent pas à l'immunothérapie. Mais on commence à saisir les caractéristiques génétiques qui rendent certaines tumeurs sensibles à une attaque immunitaire.

Lire la suite