Comment savoir si des pierres ou des cristaux ont-été extraits de manière éthique ?

L'extraction de cristaux, de pierres précieuses et semi-précieuses est souvent synonyme d'exploitation des travailleurs et même de conflits armés. Il existe cependant des indicateurs permettant de distinguer les sources éthiques des autres.

De Maddie Stone
Publication 7 févr. 2024, 12:11 CET
Les vendeurs d’améthystes, de quartz clairs et de citrines cristal vantent généralement les propriétés curatives ou ...

Les vendeurs d’améthystes, de quartz clairs et de citrines cristal vantent généralement les propriétés curatives ou du moins apaisantes de leurs pierres. Cependant, les mines dont ils sont extraits détruisent l’environnement et les conditions de travail y sont inhumaines. 

PHOTOGRAPHIE DE Irina Marwan, Getty Images

Martina Gutfreund savait qu'il pouvait être difficile de gagner sa vie en extrayant des cristaux. Lors d'un récent voyage dans la région riche en minéraux d'Erongo en Namibie, elle a déboursé un peu plus de 10 000 dollars (soit 9 000 euros) pour 100 kilos de cristaux mélangés comprenant des quartz fumés, des fluorites et des opales hyalites. Elle a tout de même été surprise d’apprendre que cette somme représentait deux ans de salaire pour le propriétaire de la mine et ses ouvriers.

De nombreux vendeurs de cristaux achètent leurs pierres par l'intermédiaire de grossistes intégrés dans des chaînes d'approvisionnement mondiales complexes. Gutfreund est une exception à ce fonctionnement. Elle vit dans l'Alberta, au Canada, vend des cristaux sur sa boutique Etsy SpiritNectarGems et sait que si elle achète directement auprès de petits exploitants miniers, davantage d'argent restera probablement dans l'économie locale. 

« C'est mon code éthique », dit-elle, « mais les personnes qui s'approvisionnent en cristaux ne respectent pas de codes communs. C'est un peu chacun pour soi. »

Le monde des cristaux est, en effet, une zone de non-droit, sans règles qui garantisse une gestion durable et sans étiquette d’approvisionnement éthique pour aider les consommateurs à faire les bons choix. Les pratiques minières vont des petites exploitations artisanales où les travailleurs creusent les roches avec des outils simples, aux grandes mines industrielles où les cristaux constituent un sous-produit d'une autre activité. 

Les répercussions sociales de cette activité sont tout aussi variées. Dans certains cas, l’extraction peut stimuler l'économie locale tandis que dans d'autres, elle alimente l'exploitation des travailleurs et même les conflits armés. 

Toutefois, les initiés du secteur affirment que, s'ils se soucient de l'origine de leurs pierres, les amateurs de cristaux peuvent prendre certaines mesures, qu'il s'agisse de trouver des vendeurs dignes de confiance ou d'extraire eux-mêmes les cristaux du sol.

 

LES CONSÉQUENCES SUR L’ENVIRONNEMENT

Le terme « cristal » englobe les milliers de minéraux inorganiques dont les atomes se réarrangent de façon régulière et répétitive. Les répercussions environnementales et sociales qui découlent du minage varient en fonction de la région et du type de minéral déterré. 

Généralement, les experts expliquent que les mines de cristaux ne sont pas aussi nocives que les mines d’or ou de cuivre. Alors que les mines de métaux commerciales s’étendent souvent sur des centaines d’hectares et peuvent descendre sur plus de trente mètres dans le sol, celles de cristaux paraissent beaucoup plus petites. James Zigras, qui dirige Avant Mining, la plus grande entreprise productrice de quartz aux États-Unis, affirme que ses mines les plus grandes mesurent moins d’un hectare et que la plus profonde l’est « d'environ trente-cinq mètres ».  

En outre, les méthodes utilisées pour extraire les cristaux sont généralement plus douces que celles utilisées pour l'extraction des métaux car l'objectif est de récupérer des spécimens intacts. On utilise donc des pelles et des burins plutôt que de la dynamite et alors que de nombreux métaux doivent être raffinés à l'aide de produits chimiques agressifs et de processus qui polluent l'air et l'eau, les cristaux sont souvent simplement lavés à l'eau ou à l'acide oxalique

« Les effets chimiques liés à l'exploitation minière sont moins probables dans le cas des pierres précieuses », explique Estelle Levin-Nally, fondatrice et PDG de la société de conseil en minéraux durables Levin Sources.

Des gaz toxiques émanent d'une mine de diamants, en Russie. Ils s'élèvent dans les airs après que les mineurs ont fait exploser la roche supérieure pour creuser plus profondément.
PHOTOGRAPHIE DE Gerd Ludwig, National Geographic Creative

Cependant, pour extraire les cristaux, les mineurs doivent se débarrasser de la végétation, ce qui peut nuire à la biodiversité locale. 

Selon Levin-Nally, le défrichage des terres pour l'extraction des minéraux peut également générer de la pollution par les poussières et mettre en péril la santé et la sécurité des travailleurs, ainsi que polluer les cours d'eau locaux. Dans certains cas, les cristaux proviennent de formes d'exploitation minière plus toxiques. Par exemple, de grandes mines de cuivre produisent des échantillons de malachite, un minéral à bandes vertes et on peut trouver de la wulfénite, un minéral rouge-orangé brillant, lors de l'extraction du plomb.

 

DES DROITS HUMAINS BAFFOUÉS 

La plupart des conséquences sociales néfastes documentées dans les autres secteurs miniers comme celui de l’or et celui des diamants, allant de conditions de travail dangereuses à une main d’œuvre infantile, peuvent également se produire dans l’industrie du cristal, notamment dans les pays les plus pauvres où sont produites des pierres en grande quantité, destinées à la consommation de masse, comme c’est le cas à Madagascar. 

Plusieurs chaînes d'approvisionnement en minerais ont même contribué à financer des régimes militaires répressifs ou des groupes terroristes, comme le jade et le rubis de Birmanie ou le lapis-lazuli d'Afghanistan

Selon un initié de l’industrie, le problème le plus répandu est celui des communautés minières qui ne reçoivent pas toujours leur juste part des bénéfices de ce qui est devenu un secteur valant des milliards de dollars, mis en avant par des célébrités et des influenceurs bien-être qui promeuvent les bienfaits des cristaux pour la spiritualité.

Rob Lavinsky, fondateur de la boutique de minéraux fins The Arkenstone, où les pierres se vendent souvent pour des milliers de dollars, affirme que l'augmentation de la valeur des cristaux de qualité de collection contribue à « injecter beaucoup plus d'argent dans les communautés locales » qui les extraient. Cependant, les bénéfices pour ceux qui extraient les babioles en quartz rose qui se vendent sur Ebay pour quelques dollars sont probablement bien moindres. 

« Vous pouvez être certain que ceux qui se trouvent en bas de la chaîne d'approvisionnement ne gagnent presque rien », affirme Gutfreund.

Les acheteurs potentiels ne trouveront aucun vendeur de pierres ou de cristaux qui arborent un label responsable, comme pour le commerce équitable. Face à la faible pression exercée par les organismes de réglementation ou par les consommateurs, le secteur n'a tout simplement pas pris l'initiative de mettre en place de tels systèmes. En revanche, ceux qui souhaitent se procurer des cristaux de façon plus durable peuvent toujours suivre quelques règles de base.

 

POUR UNE COLLECTION DE CRISTAUX RESPONSABLE

Pour Gutfreund, la première étape est de trouver un vendeur qui soit capable de vous dire exactement où les cristaux ont été extraits. Si la personne à qui vous achetez ne peut pas vous répondre, ou vous dit simplement que ses améthystes viennent du Brésil, l’un des plus gros producteurs au monde, méfiez-vous. Levin-Nally explique qu’elle s’efforce de trouver des cristaux locaux pour que le circuit soit le plus court possible. En France, acheter localement permet également de s'assurer que les cristaux ont été extraits dans un environnement aux règles strictes. 

Pour éviter de soutenir des mines dans lesquelles les conditions de travail seraient très mauvaises, éviter d'acheter accidentellement des cristaux de contrefaçon et pour repérer les bonnes affaires louches, les acheteurs peuvent se renseigner sur les prix auxquels se vendent généralement les différents minéraux. Commencer à développer une collection de cristaux à faible impact en visitant une mine ne nécessite pas de dépenser beaucoup d’argent. Vous pouvez également vous inscrire à des activités de découverte pour apprendre les bases de la recherche de cristaux. 

À plus grande échelle, Levin-Nally estime qu'il existe des cadres éthiques que l'industrie du cristal pourrait mettre en place pour que les chaînes d'approvisionnement soient plus responsables et pour soutenir l'exploitation minière artisanale qui profite aux communautés locales. Les entreprises qui prennent les devants pourraient même trouver une nouvelle clientèle.

« De nombreuses personnes qui achètent des cristaux se soucient des énergies », explique Levin-Nally. « Elles s’intéressent au karma et aux autres. Il est donc logique qu'il existe un marché spécialisé leur permettant d'accéder à des produits éthiques qui correspondent à leurs valeurs. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.