Sciences

Exclusif : Découverte d'un oiseau du Crétacé fossilisé dans l'ambre

Ce fossile d'oiseau vieux de 99 millions d'années est le plus complet jamais découvert dans les gisements ambrifères de Birmanie.

De John Pickrell
L'ambre contenant l'oiseau préhistorique a été partiellement poli, permettant aux chercheurs d'avoir un aperçu de son squelette, de sa cage thoracique et certains tissus mous.

Les restes aplatis d'un petit oiseau vivant il y a 99 millions d'années ont été découverts dans un bloc d'ambre obscur venu de Birmanie. Si d'autres oiseaux trouvés précédemment dans de l'ambre birmane étaient plus impressionnants, aucun fossile ne présentait jusqu'ici de squelette à l'échelle de celui-ci, qui inclut l'arrière du crâne, une grande partie de la colonne vertébrale, les hanches ainsi que les fragments d'une aile et d'une patte.

Selon Ryan McKellar, co-auteur de l'étude et conservateur du musée royal Saskatchewan de Regina, au Canada, ce jeune oiseau préhistorique doit également sa particularité à la nette visibilité de ses entrailles.

« L'ambre est trouble et présente de nombreuses particules de bois. Il semble s'être formé à même ou à proximité du sol de la forêt », explique le conservateur. Si l'aspect extérieur de l'oiseau ne paie pas de mine, l'intérieur de son corps est bien plus prometteur.

« Lors de sa préparation en Birmanie, la partie avant du spécimen a été polie, offrant ainsi une vue dégagée sur la cage thoracique et le crâne de l'animal », ajoute McKellar.

Un gros plan montre la tête et la cage thoracique de l'oiseau, certains os et tissus mous.

Cette découverte vient s'ajouter à une incroyable collection de fossiles datant du Crétacé et issus des gisements ambrifères de la vallée de Hukawng, au nord de la Birmanie. Plusieurs superbes ailes d'oiseaux, l'impressionnante queue plumée d'un petit dinosaure carnivore ainsi que la silhouette d'un oisillon ont également été découvertes dans la région au cours des dernières années.

« Ce gisement fossilifère birman change la donne. Il s'agit de l'avancée la plus importante en matière de connaissances sur l'évolution des oiseaux », affirme Julia Clarke, spécialiste de l'évolution des oiseaux à l'université du Texas d'Austin.

« Nous pensions qu'il était impossible de mettre la main sur le fossile complet d'un oiseau dans de l'ambre datant du Crétacé. Or, nous en avons désormais de nombreux exemples. »

 

ÉCUMEUX ET APLATI

Lida Xing, auteur principal d'un article détaillant le spécimen dans la revue Science Bulletinexplique que son cœur s'est mis à battre très vite lorsqu'il a aperçu pour la première fois l'oiseau, alors vendu contre des bijoux en Birmanie, en 2015.

L'équipe a eu la chance d'acquérir l'oiseau pour l'Institut de paléontologie Dexu de Chaozhou, en Chine. D'après Lida Xing, également paléontologue à l'université des sciences de la terre de Pékin, les oiseaux fossilisés dans de l'ambre peuvent parfois coûter jusqu'à 500 000 $ (environ 402 600 €), somme empêchant bien souvent les scientifiques de se les procurer.

Selon lui, il s'agit seulement du deuxième oiseau fossilisé dans de l'ambre birman dont la description par des scientifiques a été publiée dans une revue. Il estime cependant que six fossiles de ce type ont été jusqu'ici découverts, dont la moitié ont disparu entre les mains de collectionneurs privés.

D'après les recherches de l'équipe de scientifiques, financées en partie par National Geographic, le jeune oiseau serait tombé, mort ou vivant, dans la résine de l'arbre du Crétacé. L'humidité serait à l'origine de la mousse qui s'y est déposée, ayant donné à l'ambre cet aspect trouble. Une partie des os et des tissus mous se sont érodés tandis que des sédiments se sont fixés entre les interstices.

Cette illustration représente le jeune oiseau du Crétacé pris au piège dans de la résine d'arbre, qui finira par se fossiliser sous forme d'ambre.

« Un flux de résine est ensuite venu sceller les restes, les protégeant ainsi des intempéries et de la dissolution, mais l'ambre a par la suite été écrasé, morcelant une grande partie des os », raconte McKellar. « Les restes sont désormais figés dans une plaquette d'ambre pas plus grande qu'une boucle de ceinture. »

L'oiseau mesure environ 6 centimètres de long et pourrait être légèrement plus âgé que l'oisillon de 4,5 centimètres décrit l'année dernière. Si l'on en croit la constitution de ses plumes et de son squelette, il s'agirait d'un oiseau du groupe des Enantiornithes, un oiseau primitif ayant disparu aux côtés des dinosaures non aviaires il y a 66 millions d'années.

« Ils ont beau n'être que des oisillons, ils possèdent déjà des plumes servant au vol », explique le co-auteur de l'étude. « Leur rachis peu développé laisse à penser qu'ils n'étaient pas de très bons voleurs. »

Vivant, l'oiseau aurait été doté de dents, d'un plumage marron foncé et de plumes ébouriffées sur sa tête et son cou.

 

COLOCATAIRES DE NID

« La découverte d'un vertébré fossilisé dans de l'ambre, notamment dans de l'ambre du Crétacé, est toujours un événement passionnant », reconnaît George Poinar, paléobiologiste à l'université d'État de l'Oregon à Corvallis, dont les recherches sur les insectes fossilisés dans de l'ambre ont inspiré Jurassic Park.

Selon lui, l'attribuer aux oiseaux du groupe Enantiornithes est logique puisqu'ils étaient fréquents à cette période. Il déplore toutefois que « les deux caractéristiques de cette famille n'apparaissent pas, notamment le bec à dents et les ailes dotées de griffes ».

Cette reconstruction tomodensitométrique présente le squelette de l'oiseau, les tiges des plumes de l'aile vues de face ainsi que le crâne pointant vers le haut.

Le paléobiologiste émet l'hypothèse selon laquelle l'oisillon aurait été attaqué par un prédateur qui l'aurait fait tomber de son nid. Il aurait alors atterri dans de la résine s'écoulant de l'arbre ; certains fragments de végétaux ainsi qu'un cafard retenus dans le morceau d'ambre pourraient provenir du nid.

« Les cafards sont des détritivores qu'il ne serait pas surprenant de trouver dans un nid », indique-t-il.

Avec un peu de patience et de chance, l'équipe espère constituer une série complète d'oiseaux du groupe Enantiornithes fossilisés dans de l'ambre de Birmanie. Les matières premières à passer au peigne fin ne manquent pas : en 2015, environ 10 tonnes d'ambre ont été extraites dans la vallée de Hukawng.

Lire la suite