Faut-il vraiment laisser ses chaussures sur le pas de la porte ?

La réponse à cette question divise encore.

De Erin Blakemore
Publication 25 janv. 2024, 17:10 CET
Plusieurs études suggèrent que laisser ses chaussures sur le pas de la porte (comme dans cette ...

Plusieurs études suggèrent que laisser ses chaussures sur le pas de la porte (comme dans cette maison, à Hawaï) permettrait de limiter l’introduction de poussières, de bactéries et de toxines chez soi.

PHOTOGRAPHIE DE Robert Madden, Nat Geo Image Collection

Il y a fort à parier que vous vous êtes déjà demandé, en vous rendant chez un ami, si vous deviez garder vos chaussures ou bien proposer de les enlever. Cet étrange cérémonial social trouve son origine dans les traditions culturelles, les préférences personnelles, mais aussi les inquiétudes relatives à l’apparence ou l’odeur des pieds. Pourtant, ôter vos chaussures pourrait être bénéfique à la santé de votre hôte. C’est pourquoi les scientifiques recommandent de plus en plus de laisser vos souliers sur le pas de la porte.

 

UNE PRATIQUE CULTURELLE

Pas étonnant qu’il soit étrange pour certains d’ôter leurs chaussures en intérieur : cette pratique qui divise est ancrée dans la culture. Elle constitue « un acte symbolique du franchissement de la limite entre le public et le privé », écrit Lucyna Aleksandrowicz-Pędich, chercheuse en communications interculturelles. Dans certains lieux, comme les mosquées, cette limite sépare le sacré du profane. Si la pratique consistant à enlever ses chaussures en intérieur est répandue dans le monde, elle revêt des formes variables selon les régions pour diverses raisons.

En Asie du Sud-Est, par exemple, les systèmes de chauffage, le mobilier et même l’architecture se prêtent volontiers au port inexistant de chaussures en intérieur. En Nouvelle-Zélande, marcher pieds nus chez soi et en extérieur est courant. Et en Allemagne, la plupart des gens portent une paire de chaussons à la maison.

La pratique est un peu plus controversée aux États-Unis. Dans un sondage CBS/YouGov réalisé en 2022, 63 % des personnes interrogées confiaient retirer leurs chaussures chez elles et 24 % demandaient à leurs invités de faire de même.

 

QUE DIT L’ÉTIQUETTE ?

Il existe autant de raisons d’enlever (ou de garder) ses chaussures que d’individus, allant du souci de propreté du logis ou du signe de respect de leur hôte. Si vous comptiez sur les spécialistes de l’étiquette pour trancher la question, c’est raté : ils sont aussi divisés sur le sujet que nous.

« Demander à vos invités de retirer leurs chaussures équivaut à dire que votre sol est plus important que leur confort », écrit l’équipe de Miss Manners. À l’inverse, Peggy Post, spécialiste de l’étiquette, estime que « l’hôte est en droit de demander à ses invités d’enlever leurs chaussures ». Le confort de ces derniers l’emportant généralement, c’est donc à la maîtresse ou au maître de maison que revient la tâche de trancher ce débat.

 

QUE DIT LA SCIENCE ?

Si les spécialistes de l’étiquette sont divisés sur la question, les scientifiques disposent eux d’une multitude de preuves étayant l’idée selon laquelle le fait de ne pas enlever ses chaussures en intérieur contribue à introduire des éléments indésirables chez soi, éléments dont la dangerosité pour la santé humaine demeure floue.

Dans une étude réalisée en 2023, des chercheurs ont ainsi découvert que plus de la moitié des particules de poussière (allant du plomb aux matières fécales) contenues dans nos intérieurs provenaient de dehors. « La poussière intérieure présentait des concentrations moyennes et médianes plus élevées de métaux à l’état de trace pour chaque élément analysé que dans la terre d’un jardin », peut-on lire dans l’étude.

Certains agents pathogènes introduits dans nos intérieurs peuvent être mortels. Dans le cadre d’une étude parue en 2017, des chercheurs ont analysé les semelles des chaussures de 280 participants et ont découvert que 26,4 % d’entre elles présentaient une bactérie appelée Clostridium difficile. Également connue sous le nom C. diff, celle-ci est très contagieuse, cause des inflammations du côlon, des diarrhées et des douleurs abdominales, et est associée à des infections à répétition. C. diff est responsable de 500 000 infections et de 29 000 morts chaque année rien qu’aux États-Unis. Dans une autre étude parue en 2022, les chercheurs se sont penchés sur la présence de C. diff sur les chaussures des professionnels de la santé et ont découvert que les souches de la bactérie retrouvées sur leurs chaussures étaient, dans 74 % des cas, les mêmes que celles dont souffraient les patients hospitalisés après avoir été infectés par la bactérie.

Les tapis et moquettes peuvent être de véritables nids à bactéries. « Ce sont des réservoirs qui agissent comme une source et un dépôt de poussière intérieure », a souligné un grand groupe d’experts environnementaux dans une étude parue en 2019 qui s’intéressait aux tapis et moquettes sous le spectre de la chimie et de la microbiologie des intérieurs. Dans leurs conclusions, les experts observaient qu’il était plus probable de contracter une maladie associée aux bactéries vivant dans ces derniers par inhalation ou ingestion que par absorption par la peau. Des études supplémentaires seront toutefois nécessaires pour examiner l’étendue du risque pour la santé humaine.

Certains scientifiques et médecins ne sont pas pour le retrait des chaussures en intérieur pour des raisons de santé ou de sécurité : le nombre de blessures au pied a ainsi bondi au début de la pandémie de COVID-19, les gens passant plus de temps chez eux, tandis que la probabilité d’attraper une maladie de peau, telle que le pied d’athlète, des verrues ou un staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) est plus élevée. À cela s’ajoutent les talons secs et crevassés, ainsi qu’un risque accru de chutes et de blessures orthopédiques.

 

LES CHAUSSURES SUR LE PAS DE LA PORTE

Agents pathogènes, blessures ou encore corps étrangers, il ne se serait pas étonnant que vous préfériez garder vos chaussures. Pourtant, de nombreux experts environnementaux affirment qu’il existe une solution pour vous protéger de ces dangers : enlever vos souliers en intérieur.

« Vous pouvez prendre des mesures toutes simples pour minimiser l’introduction de saletés dans votre maison », explique Mark Patrick Taylor, scientifique spécialiste de l’environnement en chef de l’Environment Protection Authority (Autorité de protection de l’environnement) à Victoria, en Australie, qui a pris part à l’étude parue en 2023. Selon lui, il faut d’abord s’assurer que les agents pathogènes et les contaminants n’entrent pas dans votre maison, la poussière intérieure résultant de saletés ramenées de l’extérieur parvenant à se retrouver sur les surfaces des meubles et même dans notre nourriture et nos boissons. Il vaut mieux prévenir que guérir ! « Personne ne veut ingérer quelques microgrammes des déjections du chien du voisin », souligne-t-il.

Si vous êtes prêt à laisser vos chaussures sur le pas de la porte, Mark Patrick Taylor vous recommande d’investir dans deux tapis, l’un à mettre à l’extérieur juste devant votre porte et l’autre à l’intérieur de votre domicile. Si vous n’avez pas les moyens d’en acheter des neufs, vous pouvez les remplacer par des serviettes de toilette. Un seau d’eau ou des lingettes font aussi parfaitement le travail pour nettoyer les pieds sales. Une fois à l’intérieur, enfilez une paire de chaussons et pensez à passer une lingette sur la semelle de temps en temps.

« Votre domicile, c’est votre château, » compare le chercheur. « Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’argent ou de temps pour prendre des mesures simples et efficaces. Ça ne coûte rien d’essayer ».

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.