Sciences

Le secret pour soigner le diabète pourrait être détenu par les tétras aveugles

Ce poisson sans yeux à l'insatiable appétit a un taux de sucre dans le sang particulièrement haut. Les scientifiques tentent de percer le secret de leur excellent état de santé.

De Sarah Gibbens

Pour en apprendre davantage sur le diabète, une maladie qui affecte près de 425 millions de personnes dans le monde d’après la Fédération internationale du diabète, les scientifiques tentent de percer les secrets d'un animal singulier : le tétra aveugle, un poisson vivant dans l'ombre des grottes mexicaines.

Les résultats de leurs recherches, récemment publiés dans la revue Nature, montrent que le poisson est singulièrement adapté à la régulation de sa glycémie.

« Nous ne savons pas si l'étude de ce poisson nous aidera directement, mais son évolution lui a permis de faire le tri parmi des centaines de gènes en quelques millions d'années et je pense que ce sera plus malin et plus efficace que n'importe quelle autre étude, y compris assistés par ordinateur. Ce serait stupide de ne pas étudier cette hypothèse », a déclaré l'un des auteurs de l'étude, Nicolas Rohner, par voie de communiqué de presse .

En utilisant un outil de séquençage génétique appelé CRISPR, le groupe de généticiens a constaté que ces poissons sont résistants à l'insuline.

L'insuline est une clef essentielle pour transformer la glycémie contenue dans la nourriture que nous mangeons en énergie. C'est comme un mot de passe qui aide la glycémie à se connecter à nos cellules.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, l'insuline ne fonctionne pas correctement ou n'est pas produite en assez grande quantité et le taux de glycémie dans le sang s'en retrouve trop élevé. Les poissons cavernicoles ont également une glycémie élevée, mais cela a étonnamment peu d'effets sur leur santé.

Des études antérieures de ce poisson ont révélé qu'il possède un gène qui induit un appétit insatiable. Chez les Hommes, cette maladie est dangereuse, mais paradoxalement elle aide le poisson à stocker les graisses pendant les périodes de pénurie. Un atout de taille pour survivre dans des grottes où les algues, leur principale source de nourriture, ne sont pas régulièrement renouvelées.

Les chercheurs ont ensuite comparé les poissons cavernicoles à d'autres poissons plus maigres, des poissons de rivière qui n'ont pas développé la même résistance à l'insuline. Chacune des deux espèces a la même durée de vie moyenne.

Des hybrides entre le poisson de rivière et le tétra aveugle ont été développés en laboratoire, et la progéniture résultante a montré des niveaux élevés de glucose dans le sang. Des poisson-zèbres ont ensuite reçu cette mutation insulino-résistante. Ils ont pris du poids et ont développé une résistante à l'insuline.

« Les tétras aveugles ont un taux élevé de sucre dans le sang, mais pas de protéines enrobées de sucre. Comment est-ce possible ? » se demande Misty Riddle, un auteur de l'étude, dans un communiqué.

En comprenant mieux comment les poissons parviennent à vivre longtemps avec des quantités élevées de sucre dans le sang, les chercheurs pensent qu'ils peuvent être en mesure de développer des traitements pour aider les Hommes à faire face au diabète.

Lire la suite