Santé des femmes : la vingtaine, la décennie pour adopter de bonnes habitudes

Les médecins affirment qu'il est crucial d'établir des bases saines au cours de la vingtaine pour le reste de la vie d'une femme. Voici comment vous y prendre.

De Tara Haelle
Publication 20 juin 2024, 14:50 CEST

Selon un expert, si vous ne consultez qu'un seul médecin dans la vingtaine, ce devrait être un gynécologue-obstétricien. En effet, de nombreux problèmes de santé qui surviennent des décennies plus tard sont liés à la santé sexuelle et reproductive.

PHOTOGRAPHIE DE Hannah Whitaker, National Geographic

La plupart d'entre nous connaissent les principes de base d'une vie saine : bien manger et bien dormir, faire de l'exercice, prévoir un bilan de santé annuel et faire des rappels vaccinaux. Mais prendre soin de soi tout en se soumettant à des examens de dépistage du cancer et d'autres maladies peut s'avérer décourageant. La notion de « santé » varie également selon les femmes à différents stades de leur vie. C'est pourquoi nous vous proposons une série d'articles sur la santé des femmes qui couvre les questions de santé les plus importantes pour les femmes de chaque décennie. Voici le troisième volet de cette série, qui passe en revue les points sur lesquels les femmes de vingt ans devraient se concentrer pour vivre au mieux et en bonne santé.

Les habitudes que les femmes développent pendant la vingtaine posent les bases pour le reste de leur vie. Il s'agit notamment d'établir un suivi avec les personnels soignants, de se renseigner sur les antécédents familiaux et les facteurs de risque, et de devenir responsable de son dossier médical. Mais cela signifie aussi qu'il faut adopter des habitudes saines en matière de sommeil, d'alimentation et d'exercice physique et faire attention à la consommation d'alcool, de tabac et d'autres substances.

 

TROUVER UN MÉDECIN GÉNÉRALISTE

La plupart des pédiatres cessent de recevoir leurs patients à l'âge de dix-huit ans, de sorte que la plupart des femmes dans la vingtaine doivent trouver un nouveau médecin généraliste.

« Il n'existe pas de relation plus importante, mise à part celle que vous entretenez avec vos proches, que celle que vous développez avec votre médecin », explique Stacey Rosen, cardiologue à Northwell Health, à New York. « Établir cette relation lorsque vous êtes jeune et présumé en bonne santé est la chose la plus importante à faire lors de vos jeunes années. »

Le médecin traitant d'une femme peut être un médecin interne, une infirmière praticienne ou un gynécologue-obstétricien. Dans le dernier cas, elle est en droit d'attendre plus qu'un simple examen pelvien lors de ses visites, explique Rosen. « Choisissez un médecin en qui vous avez confiance et qui sait que toutes les parties de votre corps sont reliées entre elles. »

Compte tenu de la pénurie actuelle de médecins généralistes, il peut être décourageant de trouver un médecin de confiance après avoir quitté son pédiatre, explique Yul Ejnes, médecin interne à Cranston, à Rhode Island. « Faire cette transition peut être difficile », dit-il, mais il recommande de commencer par demander des recommandations à ses amis et à sa famille. Ensuite, attendez-vous à consacrer une partie de la première visite à l'établissement d'un historique familial et personnel, au partage de vos préoccupations actuelles en matière de santé et à l'échange d'informations sur vos passe-temps et vos habitudes.

Si vous n'avez pas encore de dentiste et d'ophtamologue, c'est aussi le moment de trouver un dentiste pour des contrôles et des nettoyages réguliers et pour obtenir une évaluation de base de la santé des yeux.

 

PRENDRE DES HABITUDES SAINES

Les deux habitudes de santé les plus importantes sont la nutrition et l'activité physique.

Les habitudes alimentaires saines consistent à consommer beaucoup de fruits, de légumes et de protéines maigres dans votre alimentation quotidienne et à réduire la quantité d'aliments hautement transformés que vous consommez.

Les recommandations en matière d'activité physique pour les adultes comprennent au moins 150 minutes d'activité d'intensité modérée ou 75 minutes d'activité intense chaque semaine, ainsi qu'un entraînement de résistance ou une autre activité de renforcement musculaire deux fois par semaine.

« Il y a une activité cardiovasculaire et une activité pour la santé des os et des articulations, et il faut faire les deux, elles ne sont pas interchangeables », déclare Tosen. Une demi-heure chaque jour de la semaine vous permet d'atteindre 150 minutes, mais vous n'êtes pas obligée de commencer par là si vous faites très peu d'activité. Une moindre activité est préférable à une absence d'activité.

Ensuite, assurez-vous de dormir suffisamment.

« Les jeunes dans la vingtaine ont tendance à penser qu'ils n'ont pas besoin de sommeil du tout », affirme Rosen, mais ce n'est pas le cas. Des habitudes de sommeil saines dans la vingtaine deviennent des habitudes pour la vie, et un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité est un « risque cardiovasculaire discret et inexprimé », dit-elle.

Enfin, n'oubliez pas les soins de la peau, notamment les protections solaires pour réduire le risque de cancer de la peau. Selon Michael Cameron, dermatologue au Mount Sinai Medical Center, tout le monde devrait appliquer un écran solaire SFP 30 au minimum à chaque fois qu'il est exposé à la lumière directe du soleil, même dans une voiture, dans les transports en commun ou dans un bureau où la lumière directe du soleil passe à travers les fenêtres.

La protection contre les rayons UV du soleil ralentit également le vieillissement de la peau. Vous pouvez atténuer les dommages causés par le soleil en appliquant une crème au rétinol (vitamine A) en vente libre chaque soir après avoir utilisé un nettoyant doux, et un sérum à la vitamine C chaque matin.

 

ANTÉCÉDENTS FAMILIAUX

Une grande partie de vos risques de santé futurs dépendra des variations génétiques inscrites dans votre ADN. La vingtaine est le bon moment de le découvrir.

« Il est important de rassembler ses antécédents familiaux pour savoir si le risque de contracter différentes maladies est élevé, faible ou moyen à l'approche de la vingtaine », surtout lorsque les parents, voire les grands-parents ou arrière-grands-parents, sont encore en vie, explique Rosen.

Beaucoup de cancers, comme le mélanome, le cancer du côlon, le cancer des ovaires, ou encore le cancer du pancréas, se transmettent. Les années de la vingtaine peuvent vous permettre d'en savoir plus sur votre risque de développer des cancers, ainsi que du diabète, des maladies cardiaques, des maladies mentales ou la maladie d'Alzheimer. 

En fonction de ce que vous apprendrez sur vos antécédents familiaux, vous souhaiterez peut-être rencontrer un conseiller en génétique pour discuter de l'opportunité de vous soumettre à un test de dépistage des variantes génétiques susceptibles d'accroître le risque de certains cancers. Même si vous n'optez pas pour un test génétique, c'est à partir de la vingtaine qu'il faut commencer à comprendre votre risque de développer un cancer du sein. Il s'agit du cancer le plus fréquent chez les femmes, hormis le cancer de la peau, mais le risque varie considérablement en fonction de la génétique, du mode de vie et de l'environnement direct.

 

SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE

Si vous ne consultez régulièrement qu'un seul médecin dans la vingtaine, ce devrait être un gynécologue-obstétricien, car de nombreux problèmes de santé qui surviennent des décennies plus tard sont liés à la santé sexuelle et génésique.

« Même si cela concerne vos organes reproducteurs, cela peut avoir un impact sur la santé de votre cœur et de votre cerveau à l'avenir », explique Rosen.

les plus populaires

    voir plus
    Comprendre : La grossesse

    Des règles irrégulières, par exemple, peuvent nécessiter un dépistage du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), qui prédit un risque plus élevé de maladies cardiaques précoces. L'âge de l'arrivée des premières règles, et l'utilisation de contraceptifs hormonaux peuvent également influer sur le risque cardiovasculaire futur. En outre, tout ce qui se passe pendant la grossesse, qu'il s'agisse de diabète gestationnel, d'hypertension, de pré-éclampsie, de fausse couche ou d'accouchement prématuré, est lié à un risque ultérieur de maladie cardiaque.

    Le dépistage du cancer du col de l'utérus commence dès la vingtaine, avec un frottis, ou cytologie cervicale, tous les trois ans. Mais les examens effectués au cours de ces autres années sont également l'occasion d'effectuer des examens pelviens, des examens de santé mentale, des conseils en matière de contraception, des discussions sur le planning familial et le risque de cancer du sein, d'éventuels examens physiques des seins et des dépistages d'infections sexuellement transmissibles.

    Le dépistage des IST « doit être individualisé en fonction des facteurs de risque et du nombre de partenaires sexuels avec lesquels une personne a des rapports sexuels non protégés », explique Sarah Pachtman, gynécologue-obstétricienne et spécialiste de la médecine fœto-maternelle à l'hôpital universitaire North Shore et HealthyMamaDoc sur Instagram. Un dépistage annuel des IST est judicieux, mais un dépistage plus fréquent peut s'avérer judicieux pour certaines personnes.

    Si vous ne voulez pas tomber enceinte, discutez de vos options contraceptives avec votre médecin,conseille Sarah Pachtman. Plus le contraceptif est efficace et facile à utiliser, plus il est probable que vous l'utilisiez régulièrement et correctement.

    « La contraception ne fonctionne que si vous l'utilisez correctement à chaque fois », dit-elle. La contraception la plus efficace est celle à longue durée d'action, comme le stérilet. Sarah Pachtman recommande aux femmes de demander un contrôle de la douleur lors de la pose du stérilet. 

    Si vous souhaitez tomber enceinte, consultez votre gynécologue-obstétricien pour discuter de la manière d'optimiser votre santé avant la grossesse, ajoute Pachtman.

    « Un mode de vie sain avant la grossesse est le meilleur moyen de vivre une grossesse sereine et en bonne santé », dit-elle. « Tout le monde a quelque chose à améliorer ». Il est également important de commencer à prendre des vitamines prénatales, ou au moins un supplément en acide folique, bien avant d'essayer de concevoir. « Il faut que les niveaux d'acide folique dans le sang soient corrects avant l'absence de règles pour que l'acide folique contribue à prévenir les anomalies du tube neural », explique Sarah Pachtman.

    Si votre grossesse n'est pas planifiée et que vous avez l'intention de la mener à terme, votre première visite devrait avoir lieu entre la huitième et la dixième semaine de grossesse pour un examen du fœtus. Veillez également à recevoir les vaccins recommandés pendant la grossesse, notamment les vaccins contre la grippe, le COVID et le dcaT, un vaccin contre la coqueluche pour protéger votre nouveau-né dans les premières semaines de vie, ainsi que le nouveau vaccin contre le VRS pour prévenir le virus respiratoire syncytial chez votre bébé.

    Votre gynécologue ou médecin généraliste devrait également vous poser des questions sur votre santé mentale et votre niveau de stress. Bien que les recommandations en matière de dépistage de la dépression et de l'anxiété varient d'une société à l'autre, Sarah Pachtman estime qu'elles ne sont pas suffisantes. À chaque visite, elle interroge ses patientes sur les symptômes de dépression et d'anxiété, le risque de violence conjugale et la consommation de substances psychoactives.

     

    BIEN-ÊTRE GÉNÉRAL ET VACCINATIONS

    Enfin, il y a tout le reste, dont une grande partie est liée à la santé générale du métabolisme et du cœur.

    « Toutes les choses que nous faisons pour optimiser la santé du cœur fonctionnent également pour la santé du cerveau, et tout commence à l'adolescence et à la vingtaine », explique Rosen.

    Cela signifie qu'il faut s'occuper de sa santé mentale, gérer son stress et rechercher des soins pour les symptômes de dépression ou d'anxiété. Il faut également donner la priorité à la santé bucco-dentaire. Beaucoup de gens ne réalisent pas que les maladies parodontales peuvent augmenter le risque cardiovasculaire ; les détartrages deux fois par an sont aussi l'occasion de procéder à de brefs dépistages. Environ 75 % des cancers du cou et de la tête se développent dans la bouche, mais il suffit de quelques minutes au dentiste pour détecter toute lésion suspecte.

    La tension artérielle doit être contrôlée tous les deux ans, sauf si elle n'est pas normale, c'est-à-dire moins de 120/80 mmHg, auquel cas, elle doit être contrôlée tous les ans. Le taux de cholestérol, ou lipides, des femmes doit être contrôlé à l'âge de vingt ans, puis tous les cinq ans, mais s'il n'est pas normal ou s'il existe des antécédents familiaux d'hypercholestérolémie, le dépistage doit être individualisé.

    Bien qu'il soit généralement recommandé de commencer le dépistage du diabète vers la trentaine, un dépistage précoce est une bonne idée pour les personnes présentant des facteurs de risque comme l'obésité ou des antécédents familiaux de diabète.

    Le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV) prévient les infections par le virus à l'origine de cinq types de cancers chez les femmes, comme le cancer du col de l'utérus, de la bouche, du vagin, de la vulve et de l'anus. Ce vaccin est recommandé pour toutes jusqu'à l'âge de vingt-six ans, mais vous pouvez également l'obtenir après vingt-six ans.

    Si vous n'avez pas reçu tous les vaccins recommandés pendant votre enfance, la vingtaine est l'occasion de vous rattraper, notamment en vous faisant vacciner contre l'hépatite B et en vous faisant vacciner chaque année contre la grippe et le COVID.

    « La grippe peut toujours avoir des effets graves, même chez les jeunes », explique Erica Johnson, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Johns Hopkins, mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle il faut se faire vacciner chaque année contre la grippe. « Le fait de se faire vacciner chaque année contre la grippe permet en partie de renforcer l'immunité contre la grippe qui évolue au fil du temps », car le virus évolue régulièrement d'une année à l'autre.

    Selon Rajeev Jain, gastro-entérologue au Texas Digestive Disease Consultants, la raison la plus fréquente pour laquelle les gastro-entérologues consultent les femmes dans la vingtaine est le syndrome de l'intestin irritable. Des saignements rectaux ou du sang dans les selles, ou des changements dans les habitudes intestinales, comme une diarrhée ou une constipation chronique ou des changements dans la forme des selles, signifient qu'il faut consulter un médecin, explique Rajeev Jain. « Tout comme les femmes doivent se sentir à l'aise pour parler de problèmes gynécologiques, elles doivent se sentir à l'aise pour parler de problèmes intestinaux avec leur médecin », ajoute-t-il.

    Cet article a paru initialement sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

    les plus populaires

      voir plus
      loading

      Découvrez National Geographic

      • Animaux
      • Environnement
      • Histoire
      • Sciences
      • Voyage® & Adventure
      • Photographie
      • Espace
      • Vidéos

      À propos de National Geographic

      S'Abonner

      • Magazines
      • Livres
      • Disney+

      Nous suivre

      Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.