De plus en plus de jeunes adultes font des crises cardiaques

Diverses études montrent que les crises cardiaques se font de plus en plus fréquentes chez les adultes de moins de 50 ans, avec une sévérité plus importante chez les femmes. La bonne nouvelle ? Nous savons comment les prévenir.

De Katie Camero
Publication 8 août 2023, 16:21 CEST
Heart Attack

La crise cardiaque, ou plus précisément l'infarctus du myocarde, se produit lorsque l'afflux de sang vers le cœur est partiellement ou totalement bloqué. L'angiographie ci-dessus montre la destruction d'une partie du muscle cardiaque à la suite d'un infarctus. Alors que les maladies cardiovasculaires touchent de plus en plus de jeunes adultes, ce risque n'est pas toujours pris au sérieux par les concernés.

PHOTOGRAPHIE DE Science Source

L'accumulation de données sur le sujet nous montre que les jeunes adultes souffrent davantage de problèmes cardiaques par rapport aux décennies précédentes. Ce phénomène inquiétant s'expliquerait par la dégradation des habitudes de vie, notamment le manque d'exercice et une mauvaise alimentation. En outre, certaines études suggèrent que les infections COVID auraient contribué à l'aggravation de la situation.

Plus alarmant encore, la proportion de crises cardiaques chez les jeunes adultes (20 à 50 ans) connaît une croissance mondiale, et ce malgré le recul constaté chez les tranches plus âgées. De nombreux médecins ont fait part de leurs inquiétudes à National Geographic face à ce qu'ils considèrent comme une urgence de santé publique.

De récents événements ont accentué ces préoccupations. En juillet dernier, Bronny James, le plus jeune fils du joueur phare de la NBA LeBron James, à peine âgé de 18 ans, s'est effondré suite à un arrêt cardiaque au cours d'un entraînement de basketball à l'université de Californie du Sud. Il est depuis sorti indemne de l'hôpital après un court séjour.

L'arrêt cardiaque est différent de la crise cardiaque, mais cet événement et de nombreux cas similaires soulèvent des questions d'ordre plus général quant au lien entre jeunesse et santé cardiovasculaire.

« Les jeunes ne sont pas à l'abri des arrêts ou des crises cardiaques, pourtant bon nombre d'entre eux pensent que ces affections ne touchent que les personnes âgées, » déclare Ron Blankstein, spécialiste en cardiologie préventive au Brigham and Women's Hospital et professeur de médecine au sein de la Harvard Medical School de Boston, aux États-Unis. « Le plus important à retenir pour les jeunes individus, c'est la possibilité de prévenir la plupart des maladies cardiovasculaires simplement en prenant les bonnes habitudes. »

 

CRISES CARDIAQUES EN HAUSSE CHEZ LES PLUS JEUNES

L'arrêt cardiaque dont a été victime Bronny James se produit lorsque le cœur subit une défaillance électrique et arrête soudainement de battre. Le problème est différent de la crise cardiaque qui survient lorsque l'afflux de sang vers le cœur est partiellement ou totalement bloqué.

Puisque l'arrêt cardiaque peut être causé par diverses maladies, comme la cardiomyopathie (épaississement du muscle cardiaque), l'insuffisance cardiaque, l'arythmie (fréquence cardiaque irrégulière) et, bien entendu, les crises cardiaques, il est difficile pour les médecins de l'étudier et de déterminer s'il devient plus fréquent chez les jeunes adultes.

En revanche, les études montrent bien que les crises cardiaques, également appelées infarctus du myocarde, sont à la hausse chez les jeunes. Parmi les symptômes les plus répandus figurent les douleurs ou l'inconfort à la poitrine, la douleur irradiée dans la mâchoire, la nuque, le dos ou les bras, l'essoufflement, les étourdissements ou les faiblesses.

D'après une étude menée sur plus de 2 000 jeunes adultes hospitalisés pour une crise cardiaque entre 2000 et 2016 dans deux hôpitaux des États-Unis, 1 patient sur 5 était âgé de 40 ans ou moins et la proportion de ce groupe a augmenté de 2 % par an au cours des dix dernières années.

Publiée en 2019 dans la revue American Journal of Medicine, l'étude en question montre également que pour les sujets âgés de 40 ans ou moins ayant déjà subi une crise cardiaque, le risque de mourir d'une autre crise cardiaque, d'un AVC ou de toute autre maladie est aussi élevé que pour les adultes plus âgés.

D'ailleurs, l'augmentation des cas de maladie cardiovasculaire chez les jeunes adultes en 2020 et 2021 contribue à hauteur de plus de 4 % au dernier recul de l'espérance de vie aux États-Unis, selon un éditorial publié en mars dernier sur le site de la revue médicale JAMA Network. 

 

QUI SONT LES PLUS VULNÉRABLES ?

Le problème ne concerne pas uniquement les Américains. Au Pakistan et en Inde par exemple, les études montrent que les adultes souffrent de crises cardiaques à un âge plus précoce. « Les maladies cardiovasculaires ne connaissent aucune frontière internationale, » résume Blankstein, « tout comme les facteurs de risque. »

Alors que les hommes sont généralement plus touchés que les femmes par les crises cardiaques, de récentes études suggèrent que le nombre de jeunes femmes victimes d'une crise cardiaque est supérieur au nombre de jeunes hommes. De plus, les conséquences de la crise cardiaque sont plus graves chez les jeunes femmes.

D'après un sondage réalisé en 2018 et publié dans la revue Circulation, sur l'ensemble des hospitalisations pour un infarctus du myocarde recensées entre 1995 et 2014 chez les individus âgés de 35 à 74 ans, la part des 35-54 ans représentait 27 % entre 1995 et 1999, contre 32 % entre 2010 et 2014. L'augmentation est plus importante chez les jeunes femmes (21 % à 31 %) par rapport aux jeunes hommes (30 % à 33 %).

Les jeunes femmes composant l'échantillon de l'étude étaient plus souvent noires, avec des antécédents d'hypertension artérielle, de diabète, de maladie rénale chronique et d'AVC.

Des études montrent que les médecins sont plus susceptibles de passer à côté des symptômes et de sous-diagnostiquer certains facteurs de risque chez les femmes, tout en étant moins susceptibles de leur prescrire les médicaments qui pourraient les aider à atténuer ces risques.

 

QUELS SONT LES PLUS GRANDS FACTEURS DE RISQUE ?

La majorité des travaux atteste d'une augmentation du nombre de personnes développant des facteurs de risque de maladie cardiaque à un âge précoce, plus particulièrement chez les individus issus de divers groupes ethniques. Autre constat fréquent, la plupart des jeunes individus apparemment en bonne santé qui subissent une crise cardiaque ont toujours au moins une affection sous-jacente.

Parmi les facteurs de risque majeurs figurent la pression artérielle, le diabète, l'hypercholestérolémie et l'obésité, soit autant de pathologies risquant de boucher et d'endommager les artères ou les vaisseaux sanguins qui transportent le sang riche en oxygène vers le cœur.

Si certaines de ces prédispositions peuvent être d'ordre génétique, elles sont le plus souvent acquises par des années de mauvaises habitudes liées à l'alimentation et à un mode de vie sédentaire qui trouvent généralement leurs origines dans l'enfance, indique Eugene Yang, spécialiste en cardiologie préventive et membre de l'American College of Cardiology Prevention of Cardiovascular Diseases Council.

D'un autre côté, la COVID semble avoir un impact plus immédiat sur la santé cardiovasculaire. Une étude publiée en 2022 dans la revue Journal of Medical Virology montre que les décès dus à une crise cardiaque ont augmenté de 14 % dès la première année de la pandémie. La hausse la plus importante concernait les adultes âgés de 25 à 44 ans.

Comme nous l'explique Yang, la COVID est connue pour déclencher une réaction inflammatoire dans l'organisme, mais aussi pour rendre le sang plus épais et visqueux, ce qui augmente le risque de caillots sanguins pouvant boucher les artères et provoquer une crise cardiaque chez les personnes infectées. Quant à savoir pourquoi les jeunes adultes semblent plus touchés par les complications cardiovasculaires liées à la COVID, le mystère reste entier pour le moment.

D'autres facteurs comme le tabagisme, la consommation de cocaïne, de cannabis et d'alcool ont été associés à l'augmentation des risques de crise cardiaque chez les jeunes adultes également.

 

LES JEUNES ADULTES NE SONT PAS CONSCIENTS DES RISQUES

Malgré tout, les jeunes adultes ne sont pas inquiets. Une enquête menée en janvier par le centre médical de l'université d'État de l'Ohio montre que 47 % des moins de 45 ans ne se sentent pas concernés par le risque de maladie cardiaque ; un tiers des adultes interrogés se disent incapables de déceler avec confiance une crise cardiaque s'ils venaient à en être victimes.

De la même façon, seule la moitié des 3 500 jeunes adultes qui présentaient des facteurs de risque significatifs s'estimaient vulnérables avant leur première crise cardiaque. Le nombre de sujets ayant déclaré avoir été avertis par leur médecin de leur vulnérabilité était encore plus faible, surtout chez les femmes.

D'après les experts, la sensibilisation des jeunes adultes à la santé cardiovasculaire est un défi particulièrement difficile, car leur priorité est avant tout de fonder une famille et de lancer leur carrière. De plus, aux États-Unis, c'est la tranche d'âge la moins susceptible de posséder une assurance maladie.

Cela dit, la faute ne repose pas uniquement sur eux. Le système de santé n'est pas conçu pour diagnostiquer et traiter efficacement les jeunes adultes souffrant d'une maladie cardiaque, témoigne Blankstein, ce qui contribue à répandre parmi les médecins la fausse idée selon laquelle le risque serait réduit chez les patients plus jeunes. Par exemple, le « calculateur de risque » le plus utilisé, mis au point par l'American Heart Association, évalue uniquement les risques pour les individus âgés de 40 à 75 ans.

En outre, dans le cadre des directives actuelles, la plupart des jeunes adultes qui ont eu une crise cardiaque n'auraient pas été éligibles à un traitement pour le cholestérol avant cet événement ; les femmes sont confrontées à une éligibilité encore plus restreinte à ces traitements par rapport aux hommes, malgré des facteurs de risque similaires.

 

COMMENT RÉDUIRE LES RISQUES DE CRISE CARDIAQUE

La clé réside dans la prévention précoce. Plus une personne vit longtemps avec des facteurs de risque, plus elle est susceptible de développer une maladie cardiaque et d'en subir les conséquences les plus graves à un âge ultérieur, notamment en l'absence de traitement.

« Prenez le temps d'évaluer vos facteurs de risques, » conseille Mariell Jessup, directrice scientifique et médicale de l'American Heart Association, « puis élaborez un plan pour en contrer le plus possible. »

L'AHA recommande de suivre les « Life’s Essential 8 » (8 piliers de la vie, NDLR), un ensemble de mesures qui, si elles sont appliquées, peuvent améliorer et entretenir la santé cardiovasculaire. Ces mesures incluent une alimentation saine, la pratique d'une activité physique régulière, une vie sans tabac et un sommeil suffisant ainsi que le contrôle du poids, du cholestérol, de la glycémie et de la tension artérielle.

« Le début de l'âge adulte offre une opportunité phénoménale pour la prévention des maladies cardiovasculaires, qui va de pair avec l'état de santé général, » indique John Wilkins, professeur de médecine en cardiologie au sein de la Feinberg School of Medicine de l'université Northwestern. « Plus nous serons capables d'amener les jeunes adultes à ces niveaux optimaux, plus ils auront de chances de vivre longtemps en bonne santé. »

Chers lecteurs, avez-vous trouvé cet article utile ? Vous ou une personne de votre entourage êtes à risque ? Partagez votre expérience.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.