Syndrome des ovaires polykystiques : ne croyez pas tout ce que vous lisez sur Internet

De nombreux mythes circulent au sujet du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), en particulier sur les réseaux sociaux. Voici ce qu’en disent les médecins.

De Emma Yasinski
Publication 6 juin 2023, 13:03 CEST
C0151312-Calcified_cysts_of_the_ovary

Radiographie du bassin montrant des kystes calcifiés dans l'ovaire d'une femme, en blanc, en bas à gauche. 

PHOTOGRAPHIE DE GJLP - CNRI, SCIENCE PHOTO LIBRARY

Un peu avant ses trente ans, Leah a constaté qu’elle souffrait d’acné kystique. La pandémie venait tout juste de débuter, son dermatologue a alors suggéré que le port du masque en était probablement la cause. Lorsque des poils rêches sont apparus sur son menton, c’est son origine ethnique qu’elle a blâmée. En revanche, quand elle a commencé à prendre du poids sans changer ni son régime alimentaire ni son mode de vie actif, elle a commencé à s’inquiéter.

Son médecin traitant a découvert qu'elle avait un taux de testostérone élevé. Il lui a diagnostiqué un dérèglement hormonal appelé syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et lui a conseillé de perdre quelques kilos. Trois ans et plusieurs médecins plus tard, Leah s'est tournée vers les réseaux sociaux pour trouver des réponses. Malheureusement, elle y a également découvert quantité de fausses informations.

Leah explique qu'elle est tombée sur « PCOSTok », un hashtag que les utilisateurs de TikTok utilisent dans leurs vidéos pour relayer des contenus sur le SOPK. Bien que cela lui ait paru plus engageant que les rendez-vous avec ses médecins, elle a senti qu’une grande partie de ce qu'elle voyait et lisait était erroné.

Les experts estiment qu'entre 6 et 20 % des femmes sont affectées par le SOPK qui provoque des symptômes allant d’une augmentation de la pilosité sur le visage et le corps à l'infertilité. Pour être diagnostiquées, les femmes doivent présenter deux des trois symptômes suivants : règles irrégulières et peu fréquentes, à savoir huit fois par an ou moins ; des taux élevés d'androgènes, hormones mâles comme la testostérone ; et des follicules ovariens immatures, souvent appelés kystes, visibles à l'échographie.

Ce syndrome est souvent diagnostiqué lorsqu'une femme éprouve des difficultés à tomber enceinte mais celui-ci n'affecte pas seulement la fertilité. Les femmes souffrant du SOPK présentent des risques accrus de maladies cardiaques, de diabète, d'anxiété, de dépression, d'insomnie, d'obésité, de cancer de l'endomètre, d'inflammation de bas grade, etc. Les androgènes interagissent avec l'insuline, une hormone qui permet de réguler le taux de glucose dans le sang. Entre 65 et 95 % des femmes affectées par le SOPK présentent une insulinorésistance et plus de la moitié d'entre elles développent un diabète avant l'âge de 40 ans.

« Une idée fausse très répandue, même chez les médecins, est qu'il s'agit uniquement d'un problème de reproduction », explique Jennifer Roelands, gynécologue formée à la médecine intégrative et spécialisée dans le traitement du SOPK. Il s'agit en effet d'un problème de reproduction, mais également de métabolisme.

Les scientifiques ont encore beaucoup à apprendre sur les causes du SOPK et sur les raisons pour lesquelles ce syndrome peut se manifester de manière si différente d'une femme à l'autre. Certaines souffrent d'obésité alors que d'autres sont minces. Les unes ont un taux de cholestérol extrêmement élevé et des carences en vitamines alors que ce n’est pas le cas pour les autres. Beaucoup conçoivent facilement alors que quelques-unes essayent pendant des années de tomber enceinte.

De nombreuses femmes affectées par le SOPK, comme Leah, sont frustrées par ce manque de données sur ses causes, ses conséquences et les options de traitement. Pour répondre à leur besoin désespéré de réponses, une multitude d'influenceurs, allant des patients aux gynécologues, en passant par les diététiciens, les coachs personnels et les prétendus experts en « guérison hormonale » ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux dans le but de combler ces lacunes. Ils ne décrivent cependant pas toujours avec précision les nuances de ce syndrome encore mal compris.

Voici quelques affirmations sur le SOPK que l'on trouve régulièrement sur les réseaux sociaux et ce qu'il en est réellement du point de vue scientifique.

 

IL EXISTE QUATRE TYPES DE SOPK : FAUX

De nombreuses vidéos suggèrent qu'il existe quatre types distincts de SOPK et que chacun aurait sa propre cause : insulinorésistance, inflammation, dysfonctionnement des glandes surrénales ou arrêt de la contraception.

Les experts affirment que ces allégations sont trompeuses.

Cheruba Prabakar, gynécologue à Lamorinda Gynecology and Surgery à Lafayette, en Californie, assure qu'il n'existe aucune preuve de l'existence de ces sous-types dans la littérature médicale. Felice Ramallo, diététicienne en chef chez Allara, une plateforme en ligne pour le traitement du SOPK, explique que la plupart des personnes souffrant de ce syndrome présentent à la fois une inflammation et une insulinorésistance, et non uniquement l'une des deux.

Il est vrai qu'un sous-ensemble de femmes affectées par le SOPK présentent des taux élevés d'hormones produites par la glande surrénale, telles que le déhydroépiandrostérone, un précurseur de la testostérone. Cela s'ajoute néanmoins aux autres caractéristiques de leur état, ce n’est pas une cause du SOPK.

L'arrêt de la contraception n'en est pas une non plus. Si vous constatez une recrudescence des symptômes après l'arrêt des contraceptifs oraux, il est fort possible que cela soit parce que ceux-ci réduisaient la testostérone, souvent considérée comme la première ligne de traitement du SOPK, et masquaient donc les symptômes. Malheureusement, lorsque vous arrêtez de les prendre, vos androgènes augmentent de nouveau. Vous pouvez commencer à ressentir des symptômes que vous ne soupçonniez pas avoir.

Bien que ces quatre types distincts de SOPK n’existent pas, Felice Ramallo estime parfois utile de décrire les différentes causes des symptômes individuels. Par exemple, les envies excessives de glucides sont généralement le résultat d'une insulinorésistance. Les traitements qui régulent le taux de sucre dans le sang peuvent freiner ces dernières.

En outre, les symptômes peuvent évoluer au cours de la vie : les femmes d'une vingtaine d'années sont plus susceptibles de présenter une augmentation de la pilosité faciale et de l'acné, tandis que les femmes d'une trentaine d'années et plus peuvent davantage souffrir d'effets métaboliques tels que l'obésité et un taux élevé de cholestérol.

 

LES FEMMES SOUFFRANT DE SOPK NE DOIVENT PLUS CONSOMMER DE GLUTEN ET DE PRODUITS LAITIERS : FAUX

« Il n'existe pas de données permettant d'affirmer » que les femmes affectées par le SOPK devraient cesser de consommer du gluten ou des produits laitiers, à moins qu'elles ne souffrent de la maladie cœliaque ou d'une allergie ou d'une intolérance connue, indique Jennifer Roelands.

Felice Ramallo, souvent interrogée par ses clients au sujet des régimes restrictifs, tels que le régime sans gluten, le régime cétogène et le jeûne intermittent, insiste sur le fait que les produits laitiers et le blé sont « de merveilleux groupes d'aliments qui fournissent une grande quantité de nutriments ».

D’après les National Institutes of Health (NIH), le changement de mode de vie constitue l'une des meilleures options pour gérer le SOPK. Deux types de régimes, l’un anti-inflammatoire et l’autre pauvre en glucides, se sont avérés efficaces pour atténuer les symptômes. Les régimes anti-inflammatoires, tels que le régime méditerranéen, riche en baies, en légumes verts et en acides gras oméga 3 présents dans les poissons gras et les huiles d'olive, peuvent calmer l'inflammation dans l'ensemble de l'organisme. Selon une petite étude, les femmes en surpoids souffrant du SOPK qui ont suivi un régime anti-inflammatoire pendant 12 semaines ont perdu 7 % de leur poids et ont constaté une amélioration de divers marqueurs sanguins tels que le taux de cholestérol.

Les régimes pauvres en glucides, ne permettant aux femmes de tirer de ces derniers que moins de 45 % de leurs calories, beaucoup moins restrictif que le régime cétogène qui n'autorise que 5 à 10 %, leur ont permis de réguler leur glycémie, de perdre du poids, de réguler leur taux d'hormones et d’avoir des règles plus régulières.

 

LA DIMINUTION DU CORTISOL, L'HORMONE DU STRESS, PERMET DE TRAITER LE SOPK : ERRONÉ

Bien que certaines petites études suggèrent que les femmes souffrant du SOPK présentent parfois des taux de cortisol plus élevés que les autres, ces derniers restent généralement dans une fourchette considérée comme saine.

Sur les réseaux sociaux, les influenceurs considèrent des niveaux extrêmement élevés de cortisol comme l’un des symptômes. C’en est un du syndrome de Cushing, mais celui-ci « n’a rien à voir avec le SOPK », explique Felice Ramallo. 

L'augmentation du cortisol peut certainement jouer un rôle dans le processus pathologique du SOPK. Cheruba Prabakar indique simplement que « le cortisol est impliqué dans tout ». Cependant, les taux de cette hormone fluctuent tout au long de la journée et les tests sanguins les plus courants sont connus pour être imprécis à ce sujet. Ces taux n'apportent pas grand-chose en ce qui concerne le SOPK, explique Felice Ramallo. « Si quelqu'un est stressé, c’est de cela qu’il faut s’occuper » plutôt que de surveiller ses taux de cortisol.

Un autre mythe propagé par les influenceurs est que les femmes souffrant de SOPK devraient éviter les exercices de haute intensité qui, selon eux, pourraient faire grimper leurs taux de cortisol. Elles devraient plutôt opter pour des promenades tranquilles et des routines peu stressantes. Selon Jennifer Roelands, « il n'existe pas de données indiquant que les patientes affectées par le SOPK ne peuvent pas pratiquer d’activité physique intense ». A contrario, une petite étude a montré que des femmes qui souffraient de ce syndrome et qui avaient fait trois séances par semaine d'entraînement de haute intensité, par intervalles, pendant huit semaines, avaient réduit leur taux de cortisol.

 

DES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES TELS QUE L'INOSITOL PEUVENT GUÉRIR LE SOPK : ERRONÉ

Le SOPK est une pathologie dont les patientes souffrent à vie et qui ne peut être guérie. Certains compléments peuvent toutefois en atténuer les symptômes. L'inositol fait partie des plus étudiés dans le cas du SOPK.

Les centres de fertilité recommandent depuis longtemps l'inositol pour améliorer la qualité des ovules, que leurs patientes souffrent ou non du SOPK. Des preuves plus récentes suggèrent que ce complément alimentaire peut également aider à lutter contre l’insulinorésistance et atténuer de nombreux autres symptômes de ce syndrome. Toutefois, les scientifiques étudient encore ceux qu'il peut traiter ou non, ainsi que son mode d'action.

 

VOUS POUVEZ « DÉSINTOXIQUER » VOTRE UTÉRUS AVEC DU THÉ : FAUX

« La désintoxication de l'utérus n'existe pas », affirme Cheruba Prabakar. L'utérus ne contient pas de toxines dont il a besoin d'être « nettoyé ».

Certains ingrédients contenus dans les thés peuvent cependant soulager les symptômes du SOPK. Felice Ramallo explique que le thé à la menthe verte, par exemple, est connu pour aider à réduire les taux de testostérone chez les femmes souffrant du SOPK. Le thé vert peut également atténuer les symptômes du SOPK en réduisant l'inflammation.

Il n'est pas toujours facile de distinguer ce qui est exact de ce qui ne l'est pas sur les réseaux sociaux. Leah, quant à elle, se montre méfiante, notamment lorsque certains affirment que des pilules peuvent guérir son SOPK.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.