Sciences

Un bébé serpent de 99 millions d'années découvert fossilisé dans l'ambre

Le délicat fossile est aussi le plus ancien fossile de serpent connu à avoir vécu dans un écosystème forestier.

De John Pickrell

Un bébé serpent avec une structure squelettique délicate remarquablement bien conservée, le premier de son genre jamais trouvé fossilisé dans l'ambre, vient d'être mis au jour. Vieux de 99 millions d'années, le fossile est aussi le serpent le plus ancien connu ayant vécu dans un écosystème forestier, comme l'ont révélé mercredi des paléontologues dans la revue Science Advances.

Les auteurs ont nommé cette nouvelle espèce de serpent Xiaophis myanmarensis. Il est probablement affilié à certains groupes modernes de serpents trouvés en Asie du Sud-Est, y compris les serpents asiatiques non venimeux et les serpents rayon de soleil, comme l'explique Lida Xing, exploratrice et directrice de l'étude à l'Université chinoise des géosciences.

« Personne n'a jamais vu un bébé serpent fossilisé, quelle que soit la forme dont nous parlions. Et le fait que celui-ci soit âgé d'une centaine de millions d'années est vraiment incroyable », explique le co-auteur Michael Caldwell, expert en reptiles fossiles à l'Université de l'Alberta à Edmonton, au Canada.

« On ne sait pas si ces premiers serpents étaient capables de naissances vivantes, ce qui est courant chez les serpents modernes, ou bien s'ils couvaient leurs œufs. Mais selon la taille et le stade de développement, ce fossile était un [nouveau-né] », ajoute-t-il.

« Je ne peux pas dire s'il se trouvait encore dans l'œuf, qui se serait cassé et aurait laissé ce petit être dans une goutte d'ambre, ou si l'oeuf venait d'éclore. »

Un autre morceau d'ambre, également mis au jour dans les mines du Myanmar (Birmanie), contient ce qui semble être un morceau de peau de serpent parsemé de bandes claires et foncées sur ses écailles, qui appartenait sans doute à un Xiaophis adulte ou une autre espèce serpentine contemporaine.

Les chercheurs ne peuvent absolument pas confirmer qu'il s'agit bien d'une peau de serpent, mais la taille, la forme et la disposition des écailles le suggèrent. Si les premières observations étaient confirmées, ce sera également le premier morceau de peau de serpent jamais mis au jour dans l'ambre.

 

UN SCAN SERPENTIN

Les riches gisements d'ambre de la province de Kachin au nord du Myanmar ont déjà permis de mettre au jour des fossiles d'oiseaux bien conservés, les plus anciennes grenouilles des forêts tropicales connues, d'anciennes tiques hématophages et même une queue de dinosaure à plumes.

Xing raconte qu'il a acquis le nouveau spécimen au début de l'année 2016 pour l'Institut Dexu de paléontologie à Chaozhou, en Chine, auprès d'un marchand de fossiles birman qui croyait tenir là une peau de crocodile.

Le deuxième spécimen a attiré son attention cette année et a d'abord été pris pour un mille-pattes. Sa véritable identité a été confirmée à l'aide de scanners à rayons X avancés, qui ont permis à l'équipe de créer des modèles 3D très détaillés de l'anatomie interne du fossile.

Long d'un peu moins de 5 cm, le serpent est très petit et difficile à voir clairement à l'œil nu, mais les radiographies ont permis à l'équipe d'étudier la forme et la position de ses os et de sa colonne vertébrale. 

Sur la base de ces données, il semble que ce serpent ressemble à d'autres serpents connus du supercontinent sud du Gondwana, qui existait à la fin du Crétacé. Cela pourrait indiquer que le morceau de terre connu aujourd'hui sous le nom de Myanmar s'était déjà détaché des continents du sud, tels que l'Australie, l'Afrique et l'Inde, avant de se heurter à l'Asie moderne.

Le minuscule fossile présente également certaines caractéristiques qui ne sont plus présentes chez les espèces vivantes, telles que des éperons en forme de V au niveau des vertèbres de la queue. Les éperons protégeaient probablement une artère le long de la queue et pouvaient aussi être utiles à leur équilibre lorsque les serpents étaient initialement sans membre.

« Aucun serpent suffisamment bien conservé n'est plus ancien que ce spécimen, quelle que soit sa provenance », commente le paléontologue John Scanlon de l'Université de New South Wales à Sydney, en Australie. En outre, alors que les fossiles de lézards sont nombreux dans les continents septentrionaux qui constituaient autrefois le supercontinent de Laurasia, les fossiles de serpents sont très rares.

« Il existe un certain nombre d'autres fossiles de serpents bien conservés de la même période, mais ils proviennent de dépôts marins autour de la Méditerranée et sont considérés comme étant plutôt les ancêtres d'espèces aquatiques. Xiaophis vivait clairement dans un environnement terrestre et ressemble à plusieurs serpents terrestres, surtout aux fouisseurs, » précise le paléontologue John Scanlon de l'université des Nouvelles Galles du sud, à Sydney.

Il manque au fossile son crâne, qui aurait fourni beaucoup plus d'informations sur l'écologie de l'animal, son habitat et sur les relations qu'il entretenait avec d'autres serpents, note John Scanlon. Cependant, la découverte d'un serpent figé dans l'ambre birman suggère qu'il y a probablement d'autres fossiles à découvrir et à étudier.