« Suivez la ligne jaune » : votre déclaration d’amour à National Geographic

Du 1er au 18 octobre, muni.e.s de votre appareil photo ou de votre téléphone, déclarez votre amour pour National Geographic et tentez de remporter notre grand concours.

Thursday, October 1, 2020,
De Romy Roynard, rédactrice en chef Web
Les étages supérieurs de la Tour Jinmao de 88 étages, à Shanghai, offrent une vue vertigineuse sur ...

Les étages supérieurs de la Tour Jinmao de 88 étages, à Shanghai, offrent une vue vertigineuse sur les chambres d'hôtel et les bureaux en contrebas. D'une hauteur de près de 348 mètres, la tour est l'un des bâtiments les plus hauts de Chine.

Photographie de JUSTIN GUARIGLIA
Vous souhaitez faire une déclaration d’amour à National Geographic ? Prenez en photo un paysage marqué d’une ligne, d'un objet ou d'une créature jaune et participez à notre grand jeu concours* en remplissant ce formulaire pour tenter de remporter de nombreux lots National Geographic !

*Règlement jeu concours consultable ICI

 

Suivre la ligne jaune. Celle qui délimite, signale des perturbations, des changements.

Suivre la ligne jaune. Celle qui marque de nouvelles routes, ouvre de nouvelles perspectives. Ce train jaune qui se détache du paysage. Le manteau de cet explorateur qui ponctue des terres vierges jusqu’alors inexplorées. La lampe torche de cet archéologue pénétrant pour la première fois sur un site antique depuis longtemps oublié.

Suivre la ligne jaune, celle qui depuis 1888 définit visuellement National Geographic. Ce jaune profond qui nous caractérise depuis 132 ans, qui encadre les couvertures de nos magazines comme on encadre une fenêtre donnant sur le monde.

Depuis bientôt vingt ans, nos programmes télévisés répondent aux pages des magazines. Sur les chaînes National Geographic et National Geographic Wild, la nature semble immense. On ne brave aucun danger et pourtant, en quelques secondes, nous voilà aux confins du monde connu. Nos documentaires donnent à voir un monde lointain que l’on n’observe jamais d’aussi près. L’Égypte, le Groenland, le Népal, la Chine… depuis bientôt vingt ans, les contrées étrangères nous sont étrangement familières.

Les vipères de Schlegel (Bothriechis schlegelii) sont endémiques d'Amérique centrale et du Sud et ont été observées dans une grande variété de couleurs, y compris ce jaune profond.

Photographie de GEORGE GRALL

On plonge dans les profondeurs des océans où l’on nage aux côtés de l'explorateur National Geographic Enric Sala et de gracieuses raies manta. On refait surface. Les ours blancs et les phoques badinent sur la banquise, leurs rituels amoureux résistent encore au changement climatique. Quelques minutes plus tard, on traverse le désert d’Atacama guidés par Albert Lin à la recherche de précieux artefacts. En levant les yeux, on aperçoit le télescope cosmologique (ACT), construit sur le Cerro Toco. Neil deGrasse Tyson nous y attend, pour nous donner le sentiment de tutoyer les étoiles. C'est déjà l'heure de repartir, de découvrir d'autres horizons terrestres aux côtés de Bear Grylls, bientôt relayé par Gordon Ramsay.

Très vite, on a envie de faire le tour de la Terre et de la protéger. Les rêves d’exploration supplantent tous les autres. Astronome, archéologue ou explorateur ? La décision ne presse pas. On est encore ce géant désinvolte qui parcourt le monde à grandes enjambées, au rythme des images qui défilent sur nos écrans. On préfère rester encore quelques minutes dans cette étrange apesanteur, avant de revenir à la réalité.

Positionning campaign - Spot 30 secondes

Des entrailles de la Terre aux confins du cosmos, une ligne jaune se forme. Partout l’empreinte des explorateurs National Geographic montre la voie, guide le téléspectateur.

Alors, suivez la ligne jaune. Celle qui raconte notre monde, passé, présent et à venir. Celle qui vous ramène à votre désir d’exploration, à votre envie d’ailleurs. Celle qui vous permettra de voir plus loin, comme cette route infinie marquée d’une simple ligne… jaune.

Les teintes jaunes d'une petite maison de Lanai City, à Hawaï, répondent à celles de la Plymouth de son propriétaire. De nombreux habitants de ce village vivent dans des maisons colorées, construites à l'origine pour les employés des plantations d'ananas.

Photographie de JIM RICHARDSON
Lire la suite