Six chemins hors des sentiers battus pour rejoindre le Machu Picchu

N/Ajeudi 9 novembre 2017

De Mark Adams, auteur de « Machu Picchu, première à droite »

La satisfaction d’approcher du Machu Picchu à pied est incomparable. C’est pourquoi la randonnée du chemin de l’Inca est devenue si populaire ces dernières années. Auparavant, les voyageurs pouvaient arriver à Cuzco et organiser la randonnée pour le jour suivant, voire la semaine ou le mois suivant. Désormais, cette époque est révolue. Afin de réduire les dégâts sur la route, le gouvernement péruvien a limité l’accès à 500 personnes par jour, porteurs inclus. Les permis en période de haute saison estivale se vendent des mois à l’avance.

Heureusement, les Incas étaient des maîtres de la construction de routes. Ils ont tracé des sentiers à travers les Andes, dont beaucoup de chemins alternatifs vers le Machu Picchu (vous ne serez qu’à un court trajet en train du site). Voici six itinéraires qui ne nécessitent aucun permis pour la plupart et qui peuvent être organisés grâce à n’importe quel équipementier de Cuzco. Certaines de ces randonnées sont disponibles en plusieurs déclinaisons et peuvent être adaptées à plusieurs niveaux de condition physique. Les trajets ci-dessous sont les plus populaires.

 

1. LE TREK DE SALKANTAY

La route classique du chemin de l’Inca est réputée pour la diversité de sa topographie et de son écosystème. Toutefois, le large éventail offert par le trek de Salkantay est encore plus impressionnant. Le mont Salkantay, culminant à 6 271 mètres d’altitude, était l’un des sommets les plus sacrés de la religion inca. Aujourd’hui, il est toujours vénéré dans la religion traditionnelle andine. Cette randonnée assistée de mules traverse la magnifique vallée de Mollepata et le Salkantay à une altitude de plus de 4 500 mètres. Une fois dans ces fraîches hauteurs, le sentier descend vers une forêt de nuages tropicale et rejoint une ancienne route inca qui faisait partie du réseau Capac Ñan, qui reliait les extrémités de l’empire. Cette artère mène aux ruines de Llactapata, récemment découvertes. À ce point, on peut contempler la vallée sur une étendue de plusieurs kilomètres et avoir une vue latérale exceptionnelle du complexe du Machu Picchu. Le chemin descend la colline et s’achève dans une petite gare, où une navette longe régulièrement la rivière Urubamba pour rejoindre Aguas Calientes, la ville située au pied du Machu Picchu.

Durée du trek : 5 à 8 jours

Niveau de difficulté : moyen à difficile

 

2. TREK DE LARES 

La vallée sacrée, traversée chaque année par des centaines de milliers de voyageurs à bord des trains qui relient Cuzco au Machu Picchu, est légitimement réputée pour sa beauté. Elle est également légèrement bondée. Cependant, la vallée de Lares s’étend au-delà des gigantesques pics couverts de neige qui marquent la limite nord de la vallée sacrée. À cet endroit, depuis des siècles, la vie suit son cours sans être perturbée. Des femmes autochtones vêtues de robes andines traditionnelles plantent des pommes de terre à la main, élèvent des troupeaux de lamas et d’alpacas, et tissent, comme le faisaient les générations précédentes. Ces paysans et artisans risquent d’être les seules personnes que vous rencontrerez pendant plusieurs jours. Généralement, cette randonnée commence dans la petite ville de Lares, connue pour sa source d’eau chaude, et traverse plusieurs villages. Le long du chemin, des vues imprenables sur le mont Veronica, haut de 5 500 mètres, et plusieurs lacs de haute altitude. La route se termine dans les ruines historiques d’Ollantaytambo, et de là, le voyage en train jusqu’au Machu Picchu ne dure que 90 minutes.

Durée du trek : 3 à 5 jours

Niveau de difficulté : moyen

 

3. LE CHEMIN DE L'INCA EN UN JOUR 

Le trek habituel du chemin de l’Inca dure quatre jours, bien qu’il soit préférable de l’accomplir en cinq. Les voyageurs pressés par le temps qui souhaitent voir deux des plus beaux sites de la fameuse randonnée peuvent opter pour sa version tronquée, qui débute au kilomètre 104 de la voie ferrée du Machu Picchu. On grimpe une colline pendant trois heures vers le Wiñay Wayna, un site spectaculaire de ruines en pierre et des cultures en terrasse incurvées accrochées à une crête abrupte qui surplombe la rivière Urubamba. Les randonneurs ont alors le choix. Ils peuvent soit marcher jusqu’au Machu Picchu le même jour, soit passer la nuit sur la route afin de pénétrer dans la ville sacrée à l’aube par la porte du soleil, cette entrée saisissante qui offre aux usagers du chemin de l’Inca leur premier aperçu du site. Remarque : le chemin de l’Inca en un jour requiert un des 500 permis journaliers du chemin de l’Inca, et doit donc être réservé longtemps en avance.

Durée du trek : 1 jour (2 si vous campez)

Niveau de difficulté : moyen

 

4. LE CHEMIN DE VILCABAMBA 

Cette marche dure une semaine et s’étend sur près de 100 kilomètres. Âmes sensibles s’abstenir. Elle débute dans la ville de Cachora avec une randonnée de deux jours à travers le canyon de la rivière Apurimac, d’une profondeur d’un kilomètre et demi, pour atteindre les ruines isolées de Choquequirao (« berceau d’or » en quechua), devenues célèbres ces dernières années en raison de leur ressemblance avec le Machu Picchu. Puis, le chemin continue, par endroit sur les anciennes routes en pierre construite par les Incas, et traverse la cordillère de Vilcabamba, peu peuplée, qui n’a pas changé depuis la première exploration de Hiram Bingham, il y a un siècle. Les randonneurs sillonnent une chaîne montagneuse, traversent des rivières et des vallées, et pénètrent dans certaines des biozones péruviennes les plus diverses : une brousse aride, une luxuriante forêt de nuage, et la puna, une prairie de haute altitude. Le trek s’achève près du Machu Picchu, accessible à quelques minutes à pied ou en train.

Durée du trek : 7 à 13 jours

Niveau de difficulté : difficile

 

5. LA RANDO-LODGE 

Cette nouvelle route est destinée à ceux qui souhaitent randonner à la façon des anciens explorateurs andins : marcher le jour et dormir chaque soir dans des draps propres après quelques cocktails et un repas gourmet. Il faut également être prêt à payer pour le privilège de passer la nuit dans les quatre lodges entièrement équipés qui parsèment le chemin. Le voyage est similaire au trek de Salkantay et offre des vues imprenables sur les pics sacrés et leurs glaciers, avec la différence qu’il met l’accent sur le confort plutôt que sur l’exercice physique. Le sentier atteint une altitude de 4 500 mètres avant de descendre dans une vallée luxuriante où poussent des bananes et du café. Les lodges près du Machu Picchu et une visite guidée privée du site sont généralement inclus dans le prix du package.

Durée du trek : 7 à 11 jours

Niveau de difficulté : moyen

 

6. LE TREK DU CHASKI (OU CACHICATA) 

Les différents postes du vaste empire Inca étaient reliés par des messagers qui se déplaçaient à pied, appelés chaski. D’après les récits, ils couraient si vite que l’empereur pouvait manger du poisson frais pêché dans l’océan Pacifique pour son dîner à Cuzco, à 300 kilomètres de la côte. Ce chemin de haute altitude suit certains sentiers empruntés par ces coureurs et traverse des sites incas peu visités, des canaux, et des carrières, où l’on aperçoit directement comment les Incas tiraient les pierres utilisées dans leurs projets de construction. La plupart des versions du chemin du Chaski prévoit une halte aux spectaculaires chutes appelées Perolniyoc et ses ruines. Le sentier se termine à Ollantaytambo, où les randonneurs peuvent visiter l’un des sites incas les plus connus, avant de sauter dans le train pour le Machu Picchu.

Durée du voyage : 3 à 5 jours

Niveau de difficulté : moyen

Lire la suite