L'histoire explosive du parc national de Katmai, en Alaska

Lors d'une randonnée de 320 km dans le parc et réserve de Katmai, des archéologues se sont intéressés à la vie qui a précédé la plus grande éruption volcanique du 20e siècle.

Friday, May 29, 2020,
De Jenna Schnuer
Photographie De Katie Orlinsky
En 1912, une éruption du volcan Novarupta a formé la caldeira et le lac de cratère ...

En 1912, une éruption du volcan Novarupta a formé la caldeira et le lac de cratère au sommet du mont Katmai. Une expédition de 2018 a cherché à découvrir les traces de l'histoire du parc national de Katmai avant l'explosion massive.

Photographie de Katie Orlinsky, National Geographic

Alors qu'elle se trouvait sur une plage fin mai 2018, entourée des membres de son équipe et de son équipement, Laura Stelson s'est surprise à penser : « Dans quoi me suis-je embarquée ? »

Laura Stelson est archéologue et a commencé à travailler au parc national et réserve de Katmai en 2016. En 2018, elle s'apprêtait à diriger une expédition de quatre semaines, retraçant les itinéraires historiques d'un explorateur National Geographic dans les années 1910. L'objectif de cette nouvelle expédition était de mettre au jour les preuves des voyages effectués cent ans auparavant et des artefacts, enfouis comme autant de signes de l'existence des populations qui avaient vécu dans la région avant qu'elle ne soit à jamais modifiée par une explosion volcanique. L'expédition de Laura Stelson couvrait au moins 320 km de randonnée et huit camps de base distincts.

Les près de 2 millions d'hectares du parc et de la réserve combinés - plus de trois fois la taille du parc national du Grand Canyon - sont situés à environ 470 km au sud-ouest d'Anchorage. Il n'y a pas de route vers Katmai, le seul moyen de s'y rendre est de prendre le bateau ou l'hydravion.

Pour la plupart des voyageurs du parc, Katmai présente principalement l'occasion d'admirer une aire de pêche exceptionnelle de 1,9 km de long qui, grâce à la Bear Cam et à la Fat Bear Week, est devenue célèbre dans le monde entier.

La partie aménagée du parc, Brooks Camp, propose des solutions de logement allant des chalets au camping, et propose aux visiteurs d'un jour des stands d'observation pour admirer les ours bruns qui y vivent. Bien que le Brooks Camp ouvre généralement le 1er juin, la pandémie de coronavirus a retardé son ouverture d'un mois. Les personnes qui désirent toujours se rendre au parc peuvent réserver des excursions d'une journée ou des nuitées à partir du 1er juillet.

Le lodge et le terrain de camping se trouvent à quelques pas de la rivière où environ 40 des 2 200 résidents du parc se rassemblent en hiver. La zone d'observation la plus populaire surplombe les chutes où les ours attendent que les saumons leur sautent littéralement dans la gueule.

L'expédition Katmai de 1921 a capturé cette image de jets de vapeur actifs dans la vallée des dix mille fumées.

Photographie de Dr. Robert F. Griggs, National Geographic Society

Le délai pour la réouverture du parc et de la réserve donne aux voyageurs qui souhaitaient se rendre à Katmai l'occasion d'aller plus loin et de s'intéresser à la vallée des Dix Mille Fumées, région qui a poussé il y a cent ans un scientifique à se battre pour sa protection.

 

REMONTER LE TEMPS

Bien que Laura Stelson se soit bien préparée pendant des mois et ait une certaine expérience de la randonnée, son voyage à travers la vallée de la rivière Katmai et la vallée des Dix Mille Fumées était de loin l'aventure la plus ambitieuse qu'elle ait jamais entreprise, et encore moins dirigée.

L'équipe était composée de neuf personnes qui se relayaient, certains d'entre eux arrivaient par hydravions avec de nouvelles fournitures.

Mais la plupart des déplacements se faisaient à pied. Bien que personne un tant soit peu sensé ne qualifierait un voyage dans l'arrière-pays de l'Alaska de « balade », Katmai est synonyme de multiples défis - et récompenses.

« Katmai est un endroit vraiment unique avec toutes ces typologies de paysages réunies dans un seul parc », explique Stelson. « Vous avez des plages côtières. Vous avez la toundra. Vous avez une sapinière, des montagnes, des volcans et même cet étrange désert. Il y a une réelle diversité environnementale. »

Au-delà de Brooks Camp, le parc et réserve de Katmai est vraiment sauvage. Et Stelson et son équipe se sont enfoncés dans ces étendues sauvages pour suivre l'itinéraire que le scientifique Robert Griggs avait emprunté au cours de quatre expéditions 100 ans plus tôt.

« Quatre ans d'expéditions que nous souhaitions réaliser en quatre semaines », dit-elle.

Griggs, un botaniste, a commencé à explorer la région après l'éruption du Novarupta en 1912, la plus grande éruption volcanique du 20e siècle. En 60 heures, Novarupta a libéré tellement de magma que les cendres se sont propagées dans le monde entier. 

Lors de l'une des premières expéditions de Griggs, il a remarqué que de la fumée s'échappait du volcan. Puis un peu plus. Et plus encore.

Griggs était ravi. « C'était comme si toutes les machines à vapeur du monde, assemblées ensemble, laissaient en même temps échapper leur excédent de vapeur », a-t-il écrit plus tard.

Le paysage l'a bouleversé au point que, avec le soutien de la National Geographic Society, Griggs a fait pression pour protéger la zone et la faire déclarer parc national. 

« Il y avait des autochtones qui vivaient [là-bas] », explique la photographe Katie Orlinsky, qui a documenté l'expédition de Stelson et son équipe, mais leurs communautés ont été déplacées et rétablies loin de Novarupta après l'éruption.

Stelson espère un jour trouver la bonne technologie pour scanner ce qui se trouve sous les autres roches qui couvrent le paysage d'un autre monde. La NASA a d'ailleurs utilisé la zone pour former certains de ses astronautes pour des missions spatiales.

 

NAVIGUER GRÂCE AUX PHOTOS

Les cartes n'ont joué qu'un rôle dans le tracé de l'itinéraire emprunté par le groupe pendant le voyage. Traverser un paysage qui a connu des changements majeurs en raison du changement climatique n'est pas chose aisée. Stelson et son équipe se sont donc appuyés sur des photos des expéditions de Griggs pour déterminer par où le groupe était passé et avait installé ses camps.

« Nous avons essayé de nous rapprocher le plus possible de leur position », explique-t-elle.

Et Orlinsky d'ajouter : « Nous tournions en rond, vous savez, essayant de faire correspondre les sommets des montagnes [sur les photos] avec les sommets qui se trouvaient devant nos yeux. C'était plus difficile que nous ne l'avions anticipé. »

L'équipe est également repartie de la plupart des photos pour documenter un siècle d'érosion, de repousse de la végétation depuis l'éruption et de fonte des glaciers.

Au moment où l'expédition se terminait, la relation de Stelson avec le parc s'était approfondie, la marquant à vie. « Maintenant, j'y retourne aussi souvent que possible », dit-elle.

 
Jenna Schnuer couvre les voyages, la culture, la science et plus encore. Retrouvez-la sur Instagram.
La photographe Katie Orlinsky, basée à New York, couvre l'Arctique depuis plus de cinq ans. Retrouvez-la sur Instagram.
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite