D'êtres chétifs et sans défense aux doux géants : l'évolution des pandas

À la naissance, les bébés pandas sont aveugles, tout roses, et dépendent entièrement de leurs mères pour se nourrir, rester au chaud et en sécurité. Mais pour un temps seulement.

Publication 8 oct. 2020 à 14:25 CEST, Mise à jour 5 nov. 2020 à 06:29 CET
Les pandas ne naissent pas avec leur iconique pelage noir et blanc… mais il arrive très ...

Les pandas ne naissent pas avec leur iconique pelage noir et blanc… mais il arrive très vite, comme en témoigne ce bébé de six semaines né le 21 août 2020 au parc zoologique national de Washington. D'après les tests génétiques, c'est un garçon, reste encore à lui trouver un nom.

Photographie de ROSHAN PATEL, SMITHSONIAN’S NATIONAL ZOO

Six semaines après la mise bas de Mei Xiang à Washington, le zoo vient d'annoncer le sexe du bébé panda, non pas avec un gâteau coloré ou des feux d'artifice, mais avec une adorable photo et les résultats d'un test génétique : c'est un garçon !

Le test a été réalisé lors du premier examen vétérinaire du nouveau venu, encore anonyme, un mois exactement après sa naissance le 21 août. La génétique est le seul moyen de déterminer le sexe d'un bébé panda dans les premières semaines de sa vie, car les pandas naissent sans organes génitaux. À ce stade, les mamans pandas sont de véritables mamans poules.

Les petits pandas géants naissent complètement méconnaissables. En lieu et place de leur emblématique fourrure noir et blanc, ils voient le jour sous la forme de créatures aveugles à la peau rose et aux cris perçants, pas plus grandes qu'une motte de beurre. Mais alors, comment deviennent-ils les énormes boules de poils auxquelles nous, humains, vouons un amour inconditionnel ? Voici l'histoire des bébés pandas.

Mei Xiang donne naissance à son bébé au zoo national de Washington. Pendant les premières semaines de sa vie, le bébé est si démuni que sa mère refuse de le laisser seul, ne serait-ce que pour trouver de l'eau ou de la nourriture.

Photographie de Zoo national de Wahsington

 

SANS DÉFENSE

À leur naissance, les pandas sont fragiles et sous-développés. Ils pèsent entre 85 et 140 g, soit 1/900e du poids de leur mère, ce qui les place parmi les plus légers nouveau-nés des mammifères par rapport au poids de la mère : chez l'humain, le poids de la mère équivaut à 20 fois celui de son enfant alors que pour l'orque ce rapport se situe autour de 50. Seuls les marsupiaux naissent plus petits, mais c'est pour mieux se réfugier dans la poche de leur mère où ils achèveront leur développement. Par exemple, les kangourous roux naissent à 1/100 000e le poids de leur mère.

Les chercheurs ne savent pas vraiment pourquoi les pandas naissent si petits. En décembre 2019, une étude publiée dans la revue Journal of Anatomy a examiné le système squelettique des pandas géants et de leurs cousins les ours, qui tendent également à naître petits par rapport à leur mère. L'étude a montré que les autres espèces d'ours naissent après deux mois de gestation avec des squelettes matures alors que les bébés pandas ne naissent qu'après un mois de gestation avec un squelette comparativement sous-développé.

Selon Laurie Thompson, conservatrice adjointe des pandas géants au zoo de Washington, c'est probablement le régime des pandas principalement composé de bambou qui explique cette courte gestation. Le bambou est pauvre en nutriments. Au lieu de dépenser l'énergie colossale nécessaire au développement d'un fœtus, les femelles pandas peuvent se concentrer sur la production d'un lait riche en matière grasse qui aidera le nouveau-né à poursuivre sa croissance en dehors de l'utérus.

Laurie Thompson, conservatrice adjointe des pandas géants du parc zoologique national de Washington, photographiée aux côtés de Bei Bei en 2016

Photographie de Rebecca Hale, National Geographic

Les gardiens du zoo de Washington commencent à entraîner les pandas géants à cinq mois environ, en commençant avec des tâches faciles comme appuyer leur nez sur une cible.

Photographie de Rebecca Hale, National Geographic

Les bébés pandas dépendent donc du lait de leur mère mais aussi de sa protection, car ils ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher. Ils sont si faibles qu'ils ne peuvent même pas réguler leur température corporelle ou évacuer leurs excréments au cours des premières semaines. Ces tâches incombent donc à leur mère qui les berce pour leur tenir chaud et leur masse le ventre pour stimuler les muscles qui libèrent l'urine et la matière fécale. Pendant les semaines qui suivent la naissance, les mères ne quittent jamais leur petit, même pour se nourrir ou s'abreuver.

Chez les pandas, la maternité est une activité si exigeante que les mères qui accouchent de jumeaux ne peuvent souvent s'occuper que de l'un d'entre eux et sont donc contraintes d'abandonner l'autre. En captivité, les scientifiques interviennent pour s'occuper du petit abandonné et tentent même d'échanger de temps à autre les deux bébés pour s'assurer qu'ils bénéficient tous deux de l'attention et du lait de leur mère.

 

UNE CROISSANCE RAPIDE

Même s'ils ne se développent pas beaucoup dans le ventre de leur mère, les bébés pandas se rattrapent rapidement. Après 48 heures, une fourrure blanche commence à recouvrir leur peau rose, suivie par des taches noires autour des yeux et sur le corps. Trois semaines après la naissance, leur fourrure est complète.

De même, les bébés pandas prennent rapidement du poids grâce au lait de leur mère qu'ils savourent jusqu'à 14 fois par jour.

« Une fois dehors, avec leur mère aux petits soins, si bien nourris, ils commencent vraiment à grandir très vite, » témoigne Thompson. Le bébé de Mei Xiang a pris 50 % de son poids entre ses deux premières pesées, à moins d'une semaine d'intervalle.

Après environ un mois passé à tenir leur bébé en permanence, les mères font leurs premières expériences en posant leur petit à terre pour s'absenter de la tanière le temps d'un encas.

« Ces absences répétées nous montrent que le bébé est capable de réguler sa température corporelle et de rester seul pendant un certain temps, » indique Thompson.

À six semaines, les bébés commencent à ouvrir leurs yeux et au bout de deux mois, leurs canaux auditifs sont ouverts. Leurs gémissements se transforment en grognements. À trois ou quatre mois, leurs organes génitaux externes commencent à se développer et les pandas peuvent enfin déféquer et uriner de leur propre chef. Ils commencent à ramper, leurs dents poussent et certains vont même jusqu'à mordiller du bambou, signe que ces jeunes pandas sont prêts pour un nouveau stade de leur vie.

En plus de son nouveau-né, Mei Xiang a trois autres petits : Tai Shan, Bao Bao et Bei Bei. Bei Bei est né le 22 août 2015 et a été transféré en Chine dans le cadre d'un accord de coopération avec le zoo national de Washington pour la reproduction de l'espèce.

Photographie de Rebecca Hale, National Geographic

CAP SUR L'ÂGE ADULTE

C'est à cinq mois environ que les pandas commencent à se détacher de leur mère. Ils quittent leur tanière pour la première fois et apprennent à marcher, à grimper et à manger des aliments solides. L'année qui suit sera entièrement consacrée au passage à l'âge adulte.

À cinq mois, reprend Thompson, le développement cognitif du bébé panda est suffisant pour permettre à ses soigneurs de l'apprivoiser. Grâce à cette prise de contact, ils pourront ensuite vacciner le jeune panda, conduire une série d'examens vétérinaires (notamment des prises de sang) et enfin préparer l'animal à son grand voyage vers la Chine lors de son quatrième anniversaire. Dans le cadre d'un accord de coopération passé avec la Chine, tous les nouveau-nés du zoo national de Washington sont envoyés au Centre de recherche sur le Panda géant de Chengdu où ils intégreront un programme de reproduction. Au début, l'apprivoisement se résume à quelques activités basiques, par exemple en encourageant au moyen de patates douces le panda à toucher une cible de son nez.

Une fois vacciné, le bébé peut sortir avec sa mère et il découvre alors les écureuils, les arbres ou encore l'herbe pour la première fois. Bientôt, il grimpera tout seul aux arbres, un comportement vital dans la nature pour mettre le bébé à l'abri pendant que la mère part en quête de nourriture. « Ils apprennent le nécessaire relativement tôt, » indique Thompson.

Bien que le jeune panda dépende encore du lait de sa mère à six mois, il peut lui arriver de grignoter du bambou et d'autres aliments. Le sevrage arrive généralement au moment de sa première bougie, alors qu'il pèse aux alentours de 35 kg, mais l'allaitement peut encore se prolonger de six mois par simple confort.

Enfin, vers un an et demi ou deux ans, le panda est prêt à être séparé de sa mère. Même s'il n'a pas terminé de grandir — il finira par atteindre 140 kg — Thompson indique qu'à ce stade il ne connaître plus vraiment de changement jusqu'à sa maturité sexuelle, vers 4 ans pour les femelles et 6 ans pour les mâles. « Ils sont plus ou moins prêts à vivre leur vie, » dit-elle.

Pour le moment, à moins de 2 kg sur la balance, le bébé de Mei Xiang a encore du chemin à parcourir, mais les gardiens du zoo de Washington s'affairent déjà à dresser la liste de ses potentiels prénoms et se disent impatients à l'idée de le voir bouger de plus en plus au cours des prochaines semaines. « C'est une période vraiment amusante pour nous, » conclut Thompson.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite