Comment les animaux font-ils pour s'accoupler sous l'eau ?

Vitesse, agilité et précision sont essentielles pour parvenir à s'accoupler sous la surface...

De Liz Langley
Publication 15 janv. 2024, 13:31 CET
waq-ocean-sex-turtle

Ce qui est à toi est à moi : les tortues de mer mâles, comme ces tortues vertes, harcèlent les autres mâles qui essaient de s'accoupler avec une femelle pour essayer d'en obtenir les faveurs.

PHOTOGRAPHIE DE David Doubilet, Nat Geo Image Collection

Riez si vous voulez, mais le sexe présente des défis particuliers pour les animaux aquatiques.

La biologiste marine Dara Orbach, de l'université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, a mené des recherches sur la façon dont les organes génitaux des dauphins s'emboîtent, ce qui nous a poussés à nous interroger sur la façon dont les grands animaux gèrent l'accouplement sous l'eau.

Le premier défi de l'accouplement sous l'eau consiste à aligner les parties intimes de chaque spécimen. « Contrairement à l'environnement terrestre, où il existe des barrières physiques », explique Dara Orbach, l'océan n'offre aucun moyen de pression. Et comme les cétacés - dauphins, baleines et marsouins - n'ont « pas d'appendices pour se maintenir en place », la position et l'angle du corps sont importants.

L'accouplement ventre contre ventre peut permettre aux mâles de pousser les femelles vers le haut, en utilisant la surface de l'eau comme barrière. Si les deux sont orientés dans la même direction, « il déplacera son pénis autour du corps de la femelle », explique Patricia Brennan, biologiste de l'évolution à l'université Mount Holyoke et collaboratrice d'Orbach.

« Les mâles peuvent vraiment faire bouger leur pénis », ajoute-t-elle. Ils ont besoin de cette incroyable maîtrise pour naviguer efficacement dans la structure vaginale complexe des femelles. Orbach et ses collègues ont découvert que certaines espèces de dauphins ont des vagins avec de nombreux plis, qui peuvent jouer un rôle dans l'accès des spermatozoïdes à l'ovule ou bien leur redirection vers une cavité aveugle.

On pourrait dire que le vagin du dauphin est plein de détours. Le pénis du dauphin est fibro-élastique, ce qui signifie que le tissu érectile est plein de collagène et d'élastine et qu'il peut émerger rapidement. Cette conception pourrait mieux résister à la force de traînée de l'eau, qui a probablement influencé la structure du pénis, explique Orbach.

Quant à l'accouplement proprement dit, il ne prend que quelques instants.

La sélection naturelle pourrait favoriser les dauphins mâles « qui peuvent libérer leur sperme très rapidement », car ces positions sont difficiles à maintenir et les dauphins doivent remonter à la surface pour respirer.

Quand les dauphins kidnappent les femelles avant de s'accoupler

Selon Marah Hardt, autrice de Sex in the Sea, les baleines ont une rapidité d'accouplement similaire et un pénis dextrogyre.

Les requins mâles fécondent les femelles à l'aide de l'un de leurs deux organes de transfert de sperme, appelés pinces. Cependant, ils doivent d'abord s'emparer d'une femelle.

Comme ce sont des requins, ils utilisent leurs dents. « Les mâles mordent les nageoires (des femelles) pour s'assurer qu'ils peuvent s'y accrocher », explique Patricia Brennan. La peau des femelles est beaucoup plus épaisse que celle des mâles, ce qui leur permet de résister à l'assaut.

Les requins doivent rester en mouvement en permanence pour pouvoir respirer. L'accouplement doit donc avoir lieu dans des zones où le courant est suffisant fort pour que les branchies ne soient pas asphyxiées.

Les tortues de mer, elles, ont une énorme carapace qui ajoute un défi physique à l'accouplement. Pour contourner ce problème, les mâles le contournent littéralement. Ces reptiles à la carapace énorme ont des cloaques, des ouvertures communes pour la reproduction et les déchets. Le pénis du mâle sort de son cloaque, passe sous la coquille de la femelle et pénètre dans la sienne.

Ce n'est pas une affaire très privée. « Les mâles ont des griffes sur leurs nageoires antérieures qu'ils utilisent pour s'accrocher à la femelle », indique Hardt, en s'accrochant alors que d'autres mâles se battent pour obtenir l'accès à la femelle.

Pour un hippopotame, l'accouplement est en fait facilité dans l'eau. Leur poids est allégé dans l'eau, ce qui rend l'accouplement plus facile dans l'eau que sur terre. Un hippopotame mâle adulte peut en effet peser 1 500 kg... 

Les femelles mettent également bas dans l'eau, ce qui est utile lorsque les bébés pèsent jusqu'à 50 kg.

L'accouplement sauvage des baleines à bosse

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.