Non, les animaux sauvages ne font pas de bons animaux de compagnie

Si l’idée de posséder un animal de compagnie exotique peut paraître séduisante, cela est en réalité synonyme de difficultés, de mauvaises odeurs et parfois de danger.

Bien qu’ils soient adorables, les pandas roux (Ailurus fulgens) sont dotés de griffes acérées et peuvent libérer une très forte odeur, produite par leurs glandes anales. Le commerce de ces animaux est illégal.
Bien qu’ils soient adorables, les pandas roux (Ailurus fulgens) sont dotés de griffes acérées et peuvent libérer une très forte odeur, produite par leurs glandes anales. Le commerce de ces animaux est illégal.
photographie de Gerry Ellis,Minden Pictures/Nat Geo Image Collection

Aimeriez-vous posséder un panda roux comme animal de compagnie ? Ou un paresseux ? Et que diriez-vous d’un loris lent, une espèce de primate adorable ?

La demande d’animaux de compagnie sauvages augmente, stimulée en partie par les vidéos publiées sur Internet, qui montrent à quel point ces créatures sont adorables. Dans certains cas, les propriétaires postent des vidéos des animaux sauvages qu’ils possèdent et qu’ils dorlotent comme s’ils étaient domestiqués.

Bien sûr, il ne faut pas posséder d’espèces sauvages pour des raisons de bien-être animal. Aucune de ces espèces n'est domestiquée, elles ont évolué pour vivre dans leur environnement naturel et non parmi les Hommes. De plus, le commerce d’animaux de compagnie exotiques est connu pour sa cruauté et est souvent alimenté par le braconnage.

Mais il existe des raisons plus immédiates et peut-être égoïstes de ne pas en posséder : bien qu’adorables et dotés d’un poil soyeux, ces créatures ne font pas de bons animaux de compagnie.

 

LE PANDA ROUX

Le panda roux arbore un beau pelage couleur rouille, de grandes oreilles duveteuses et une queue touffue et annelée. Malgré son apparence de peluche, vous ne voudriez pas lui faire de câlins : lorsqu’il est dérangé, le panda roux peut libérer une très forte odeur sécrétée par ses glandes anales, si âcre qu’elle fait fuir les prédateurs.

« Vous ne voulez pas posséder d’animaux sauvages comme animaux de compagnie, et surtout pas un panda roux », explique Thane Maynard, directeur du Zoo et Jardin botanique de Cincinnati. « Ils sont dotés de griffes semblables à celles d’un chat qui déchiquetteraient vos meubles, et peut-être même vous. Comme de nombreux mammifères, ils marquent leur territoire, donc ce serait vraiment le bazar et ça sentirait mauvais chez vous. »

Ils passent aussi la majeure partie de leur temps dans les arbres des forêts pluvieuses situées en altitude du centre de la Chine, du Népal et du nord de la Birmanie. Des conditions qui sont, bien évidemment, difficiles à reproduire.

Les pandas roux sont menacés dans l’ensemble de leur aire de répartition et leur commerce est illégal en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). (À lire : Les pandas roux, nouvelles cibles des braconniers.)

 

LE PARESSEUX

Ce mammifère lent et silencieux vit dans les forêts tropicales et les mangroves d’Amérique centrale et du Sud. Il passe la majeure partie de sa vie haut perché dans les arbres, ne s’aventurant au sol qu’une fois par semaine, pour faire ses besoins. En raison de leur tendance à se détendre, on pense souvent que les paresseux sont placides, mais ce n’est pas toujours le cas.

S’il se sent menacé, un paresseux peut faire et fera usage de ses griffes et de ses dents acérées pour se défendre. Ce n’est pas non plus un animal particulièrement sociable ; il mène une existence solitaire, sauf au moment de s’accoupler et d’élever un petit.

« Les paresseux sont des animaux fragiles. Ils peuvent souffrir de graves dommages psychologiques s’ils sont régulièrement touchés [par des humains] », explique Cassandra Koenen, directrice monde de la section animaux exotiques au sein de l’organisation à but non lucratif World Animal Protection, qui lutte pour le bien-être animal. (À lire : Pérou : 22 animaux sauvages capturés pour faire des photos avec des touristes ont été libérés.)

Les paresseux sont également très sensibles aux changements de température. Pour qu’il reste en bonne santé, le mammifère doit vivre dans un environnement où la température varie entre 26 et 29 °C, avec un pourcentage d’humidité de 80 %.

 

LE PHALANGER VOLANT

Le phalanger volant est l’un des animaux exotiques les plus populaires, en partie parce que sa reproduction en captivité le rend facile à trouver. Au Royaume-Uni et dans certaines régions des États-Unis et de l’Australie, il est légal d’en posséder un. Toutefois, des organisations de défense des droits des animaux, comme PETA, continuent de réclamer une interdiction internationale.

Ces animaux, endémiques d’Australie et des îles voisines, sont très sociables et vivent dans de grands groupes familiaux. Comme leur nom l’indique, ils sont capables de voler d’arbre en arbre en dépliant une membrane qui s’étend des pattes avant aux pattes arrière. Ils sont également dotés de griffes acérées semblables à des cimeterres qui les aident à grimper.

Bien que ces dernières mesurent moins de deux centimètres de longueur, manipuler ces animaux sans gants peut s’avérer désagréable voire même douloureux pour les humains. Parfois, leurs griffes sont coupées mais cette procédure est risquée : une petite erreur et l’animal pourrait bien perdre le bout de ses doigts.

De plus, le phalanger volant est un animal nocturne et est connu pour ses fortes vocalisations. Ne mesurant qu’une quinzaine de centimètres, il peut aussi facilement disparaître ou s’échapper.

Un fennec (Vulpes zerda) adulte, attrapé dans la nature et gardé en captivité dans un enclos à chèvre en Tunisie.
Un fennec (Vulpes zerda) adulte, attrapé dans la nature et gardé en captivité dans un enclos à chèvre en Tunisie.
photographie de Bruno D'Amicis, Nature Picture Library

 

LE FENNEC

Évoluant dans les déserts de l’Afrique du nord et du Moyen-Orient, le fennec est le plus petit renard au monde : il pèse en moyenne un peu plus d’un kilo. Son corps est recouvert d’une épaisse fourrure couleur crème qui dévie la chaleur le jour et lui tient chaud la nuit.

Les fennecs sont d’excellents excavateurs et vivent dans des terriers souterrains qu’ils partagent avec d’autres individus. Grâce à leurs pattes semblables à des pelles, ces petits renards creusent des galeries pouvant atteindre près de 10 mètres de long. Leur urine a la même odeur que les sécrétions que libèrent les moufettes et ils peuvent dégager une horrible odeur produite par leurs glandes anales s’ils se sentent menacés.

Bien que le fennec soit élevé en captivité depuis des décennies, il n’est pas encore domestiqué et est difficile à dresser. Par conséquent, ces animaux ont tendance à s’échapper ou à laisser derrière eux un bazar malodorant.

 

LE LORIS LENT

Le loris lent est un primate nocturne qui vit dans les forêts tropicales de l’Asie du Sud-Est. Au début des années 2000, des vidéos montrant des loris lents en train d’être chatouillés et nourris de boulettes de riz ont fait le buzz sur Internet, provoquant une hausse de la demande de ces primates en tant qu’animaux de compagnie.

Mais de nombreuses personnes ignoraient que le loris lent était le seul primate vénéneux au monde.

Alors qu’ils sont protégés par la loi, des loris lents sont ouvertement vendus au marché de Borito, situé à Jakarta, en Indonésie.
Alors qu’ils sont protégés par la loi, des loris lents sont ouvertement vendus au marché de Borito, situé à Jakarta, en Indonésie.
photographie de Tom Le Lievre, Redux

En effet, les loris lents possèdent des glandes situées sous leurs bras qui produisent du venin. Lorsque le primate se sent menacé, il lèche ces glandes pour enduire ces dents semblables à des aiguilles de la substance libérée. Bien que ce venin ne provoque pas de réactions graves en général, il peut s’avérer mortel pour les personnes sujettes aux chocs anaphylactiques.

En 2016, dans le cadre d’une étude, des chercheurs de l’Université Oxford Brookes ont regardé 100 vidéos publiées sur Internet montrant des loris gardés en captivité. Sur chacune d’entre elles, l’animal était soit paniqué, malade ou exposé à des conditions non naturelles.

Les neuf espèces de loris lents sont listées comme vulnérables, en danger ou en danger critique par l’Union internationale pour la conservation de la nature et leur possession est, en général, illégale. Chaque année, des milliers de loris lents sont arrachés à la nature par les braconniers et une grande partie d’entre eux sont passés en contrebande vers le plus grand marché aux animaux, situé au Japon. (À lire : Le nouvel engouement pour les loris lents pourrait causer leur disparition.)

 

LE CAPYBARA

Pouvant peser plus de 45 kilos, le capybara est le plus grand rongeur au monde. Il arbore de solides dents, semblables à celles d’un castor, qui peuvent sans aucun souci casser net des bouts de bois. Cet animal semi-aquatique vit en Amérique du Sud et a la réputation d’être « relax », une idée alimentée par des photos virales d’animaux, comme des oiseaux, des singes et mêmes des chèvres, installés sur des capybaras a priori indifférents.

Mais prendre soin de ces animaux est loin d’être une partie de plaisir. Comme leurs cousins les cochons d’Inde, les capybaras sont sociables et ont besoin de vivre parmi les leurs pour être heureux. Ils font partie de groupes comptant entre 10 et 20 individus et dotés d’une hiérarchie sociale stricte. Bien qu’ils ne mordent pas souvent les humains, ils en sont capables et leurs longues dents peuvent infliger de graves blessures.

De surcroît, ce sont des fugitifs nés. En 1995, cinq capybaras se sont échappés d’un centre pour animaux sauvages situé près de Gainesville, en Floride. Les autorités ne les ont jamais retrouvés et maintenant, des dizaines de leurs descendants vivent dans la zone.

 

LE TIGRE

Bien qu’il soit parfaitement légal de posséder un tigre au Royaume-Uni et dans plusieurs États américains, c’est une très mauvaise idée.

« Il existe tellement de raisons pour lesquelles les gens ne devraient pas posséder de grands félins », confie Thane Maynard. « Tout d’abord, ils sont bien plus dangereux que les autres animaux exotiques. Si un panda roux peut vous griffer, un tigre peut vous tuer. »

Au cours du siècle dernier, les tigres ont fait plus de morts lors d’attaques directes que n’importe quel autre mammifère. Depuis 2017, au moins cinq personnes ont été attaquées à mort par des tigres détenus en captivité.

D’après Thane Maynard, ce sont souvent des tigreaux qui sont achetés. Lorsqu’ils deviennent adultes, leurs propriétaires essaient de les donner à des zoos. À six mois, la plupart des tigreaux pèsent déjà plus de 45 kilos. Le tigre de Sumatra, la plus petite sous-espèce, peut atteindre 120 kilos à l’âge adulte. Le tigre de Sibérie, quant à lui, peut peser jusqu’à trois fois plus.

Aujourd’hui, il y a plus de tigres vivant en captivité aux États-Unis qu’il n’y en a à l’état sauvage, où ils sont menacés et seraient moins de 4 000.

 

LE LÉMURIEN

Avec leurs yeux expressifs et leur pelage doux comme du velours, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi nous sommes si nombreux à voir les lémuriens comme des peluches. Il existe plus de 100 espèces de lémuriens, qui vivent à Madagascar et sur les îles voisines. Pourtant, la majorité d’entre nous ne connaît que le maki catta, l’espèce la plus populaire auprès des propriétaires d’animaux de compagnie exotiques.

« Les lémuriens font de très mauvais animaux de compagnie », explique Cathy Williams, conservatrice au Duke Lemur Center. « Une fois qu’un bébé lémurien a grandi, ce n’est plus du tout une peluche et il peut même être assez dangereux. »

Lorsque les lémuriens atteignent la maturité sexuelle, normalement entre l’âge de deux et trois ans, ils commencent se comporter de façon agressive, se mettant à pourchasser quelqu’un ou à mordre.

Les maki catta sont très recherchés comme animaux de compagnie, et ce malgré le fait que leur commerce soit interdit.
Les maki catta sont très recherchés comme animaux de compagnie, et ce malgré le fait que leur commerce soit interdit.
photographie de Frans Lanting, Nat Geo Image Collection

Ces animaux sont dotés de petites canines exceptionnellement acérées, qui peuvent facilement ponctionner la chair de l’Homme, décrit Cathy Williams. « Je ne sais pas combien de fois [le Duke Lemur Center] a été appelé par des gens qui disaient que l’adorable bébé lémurien acheté sur Internet était devenu agressif et qu’ils n’en voulaient plus. »

Les lémuriens ne peuvent pas apprendre à devenir propres et le contact avec leurs déjections peut exposer l’Homme à de nombreux agents pathogènes, dont les ankylostomes, les trichocéphales, la giardia et la salmonelle. De plus, ils marquent leur territoire avec des sécrétions glandulaires à l’odeur « très forte », souligne la conservatrice.

 

LE CHIEN DE PRAIRIE

Ce rongeur très sociable arbore un doux pelage couleur noix de cajou et est connu pour câliner et même embrasser d’autres membres de sa famille. Dans la nature, les chiens de prairie vivent au sein de grandes colonies ou « villes », qui peuvent s’étendre sur des dizaines d’hectares et compter plus d’une vingtaine de groupes familiaux.

Par conséquent, ils ont besoin de beaucoup d’attention et de la présence d’autres chiens de prairie. S'ils sont négligés, ils peuvent devenir agressifs, avertit le Ness Exotic Wellness Center, un centre vétérinaire situé dans l’Illinois spécialiste des animaux exotiques.

Leur habitat souterrain est difficile à reproduire chez soi, bien évidemment. La plupart des propriétaires de chiens de prairie les enferment dans des cages, ce qui est source de stress chez les animaux et ne leur permet pas de creuser. Même s’il est légal de posséder un chien de prairie de compagnie dans la plupart des pays occidentaux, cela n’est pas pratique et pas juste pour les animaux.

 

LA LOUTRE CENDRÉE

Ce carnivore couleur cendre très charismatique évolue en Asie du Sud-Est, où il vit au sein de grands groupes familiaux. Il s’agit d’un animal très sociable. Ces vingt dernières années, la demande de loutres cendrées vivantes, ainsi que d’espèces apparentées, a fortement augmenté. Au Japon, où la possession de loutres est la plus répandue, le petit carnivore a investi les cafés, la télévision et le domicile d’influenceurs sur les réseaux sociaux. (À lire : En Asie du Sud-Est, les loutres sont vendues comme animaux domestiques.)

Nicole Duplaix, qui dirige le Groupe Loutre de l’UICN, a récemment déclaré à National Geographic que les loutres gardées en captivité sont destructrices et qu’elles pouvaient se montrer agressives lorsqu’elles n’obtenaient pas ce qu’elles voulaient.

Le Groupe Loutre de l’UICN prévient les propriétaires que « même les petites loutres peuvent mordre à travers des gants et des bottes en caoutchouc. » De plus, elles marquent leur territoire avec leur urine, leurs excréments et des sécrétions huileuses produites par leurs glandes anales. En d’autres termes, les loutres ne font pas de bons animaux de compagnie.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite