La construction étape par étape de James Webb, le télescope qui révolutionne l'astronomie

Depuis son lancement, le télescope spatial James Webb change le cours de l'astronomie grâce à ses découvertes révolutionnaires. Pendant douze ans, le photographe Chris Gunn a documenté les efforts complexes déployés pour le construire.

De Kurt Mutchler
Photographies de Chris Gunn
Publication 15 sept. 2023, 15:56 CEST
PR-WEBB-TELESCOPE-DIGITAL-final-cleaning

5 mars 2017

Dans une salle stérile obscure au centre de vol spatial Goddard de la NASA, à Greenbelt, dans le Maryland, le photographe Chris Gunn utilise une longue exposition de deux minutes afin de créer un flou visant à représenter le mouvement de techniciens utilisant des lampes à ultraviolet pour inspecter le télescope spatial James Webb (JWST) après les essais acoustiques et de vibrations. Ils cherchaient des contaminants (poussière ou autres particules) sur les miroirs. Cette photographie compte parmi les préférées de Gunn.

PHOTOGRAPHIE DE NASA, Chris Gunn

Si vous voyez des photos du télescope spatial James Webb (JWST) en cours de construction, il y a fort à parier qu’elles ont été capturées par Chris Gunn.

En 2009, la NASA a choisi Gunn pour remplir le rôle de photographe scientifique et technique à plein temps au sein de l’équipe d'ingénieurs de son centre de vol spatial Goddard, à Greenbelt, dans le Maryland. C’est ainsi que le photographe a passé douze années de sa vie à documenter la construction de l’observatoire, depuis l’arrivée du premier « châssis » jusqu’à son lancement historique dans l’espace.

Le photographe est-il parvenu à immortaliser chaque écrou, chaque boulon et chaque miroir utilisés dans ce vaste projet ? « En principe, oui, mais je ne doute pas qu’il y a au moins quelques écrous et boulons que j’ai omis de photographier », plaisante-t-il.

19 septembre 2012

Des ingénieurs inspectent le premier segment du miroir du JWST arrivé au centre de vol spatial Goddard, dans le Maryland. Les dix-huit segments qui forment le miroir primaire du télescope ont été conçus pour être très légers et pour résister à des températures froides extrêmes d'environ -240 °C.

PHOTOGRAPHIE DE NASA, Chris Gunn

10 juillet 2014

Les ingénieurs de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie, se préparent à déployer une version test du bouclier thermique à cinq couches, conçu pour protéger le télescope du soleil et de la chaleur.

PHOTOGRAPHIE DE Chris Gunn

« Pour moi, les moments les plus magiques, c’est lorsque les grandes pièces commençaient à être assemblées et que nous pouvions réellement commencer à voir le télescope. Lorsque certaines des pièces les plus originales, comme le miroir, ont commencé à apparaître… C’est là que nous réalisions que ce projet était exceptionnel. Et nous avions raison. »

25 avril 2016

Après sept années de photographies de la construction par Chris Gunn, le JWST commence à prendre forme. Dans une salle blanche du centre de vol spatial Goddard, des techniciens retirent les protections installées sur les segments du miroir primaire, qui est recouvert d'or.

PHOTOGRAPHIE DE Chris Gunn

1er décembre 2017

Depuis un ascenseur situé huit étages plus haut, Chris Gunn photographie le JWST en train de sortir de la chambre à vide où il a subi des tests cryogéniques pendant une centaine de jours au Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston. Selon le photographe, après la réussite des tests, l'excitation des équipes était palpable : « Nous sommes à deux doigts du lancement. »

PHOTOGRAPHIE DE Chris Gunn

26 janvier 2018

Une équipe de cinq techniciens a été nécessaire pour fermer les portes du conteneur conçu spécialement pour le JWST afin de transporter les optiques et les instruments de l'observatoire depuis le Centre spatial Johnson jusqu'à Northrop Grumman. Le conteneur était hermétique pour éviter toute contamination.

PHOTOGRAPHIE DE NASA, Chris Gunn

Selon Gunn, certains responsables de la NASA considèrent que le JWST se situe « au même niveau que les missions Apollo, car dans les deux cas, c’est quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant ». Le télescope, qui est le plus grand instrument de ce type jamais réalisé, se situe désormais à des centaines de milliers de kilomètres de la Terre.

5 mars 2020

Pour la première fois, et pour 72 heures seulement, l'observatoire complet est assemblé avec les miroirs déployés en position ouverte (de 6,5 mètres de diamètre) et rattachés au bouclier thermique. Les miroirs ont dû être pliés pour entrer dans la fusée Ariane 5, qui a lancé le télescope dans l'espace.

PHOTOGRAPHIE DE NASA, Chris Gunn

16 septembre 2021

Des techniciens observent le JWST, qui est aussi volumineux que fragile, en train d'être couché sur le côté pour la première fois en vue de son transport vers son site de lancement à Kourou, en Guyane française.

PHOTOGRAPHIE DE Chris Gunn

Lorsque le photographe a assisté au lancement du JWST à Kourou, en Guyane française, le 25 décembre 2021, il a ressenti un mélange de joie, d’anxiété et d’espoir. « Je n’ai pas pleuré, mais j’étais vraiment bouleversé », se souvient-il. « Je suis resté sans voix. Le seul autre projet que j’ai entrepris pendant aussi longtemps, c’est de rester marié et d’élever mon enfant ; c’est une très longue période pour travailler sur un projet. C’était très, très gratifiant. »

Gauche: Supérieur:

23 décembre 2021

Le lanceur Ariane 5 d'Arianespace, avec le JWST à son bord, est positionné dans le bâtiment d'assemblage final avant d'être déplacé vers la rampe de lancement du Centre spatial guyanais, à Kourou.

Droite: Fond:

25 décembre 2021

Avec un lancement et un déploiement réussis, le JWST change désormais le cours de l'astronomie grâce à ses découvertes révolutionnaires. L'aventure télescopique de Chris Gunn n'est pas terminée, puisqu'il est désormais le photographe principal de la construction du télescope spatial Roman. Ce télescope porte le nom de Nancy Grace Roman (1925-2018), première astronome en chef de la NASA et « mère de Hubble ».

Photographies de NASA, Chris Gunn

Établi à Washington, Chris Gunn se spécialise dans la science et la technologie. En tant que photographe contractuel pour la NASA, il a été chargé de documenter la construction du télescope spatial James Webb. Ses clichés ont été publiés dans des journaux et magazines tels que le New York Times et Popular Science, et figurent dans son ouvrage intitulé Inside the Star Factory: The Creation of the James Webb Space Telescope, NASA's Largest and Most Powerful Space Observatory.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.