Les combats de gladiateurs, des spectacles sanglants et mis en scène

Avant de pouvoir rejoindre les combats de l'arène et d'atteindre le rang de superstars de la Rome antique, les gladiateurs devaient suivre des entraînements professionnels. Mais les combats étaient-ils aussi imprévisibles qu'ils en avaient l'air ?

De Andrew Curry
Publication 22 juin 2022, 16:28 CEST
The chance for stardom

Des recréateurs de gladiateurs posent au milieu de ruines de l'époque romaine à Arles, en France. L'équipement qu'ils utilisent est basé sur des découvertes archéologiques.

PHOTOGRAPHIE DE Rémi Bénali

Plus de 2 000 ans après les derniers affrontements de gladiateurs dans les arènes romaines, la fascination demeure. Grâce à la littérature et aux films modernes, et au fait que d’anciens amphithéâtres se dressent toujours à travers l’ancien Empire romain, tels que le Colisée de Rome, les combats de gladiateurs sont l’un des aspects les plus célèbres de la culture romaine.

Cependant, de nouvelles études archéologiques permettent de déterminer que les spectacles de gladiateurs n’étaient pas de grandes représentations sanglantes d’hommes qui se battaient à mort. En réalité, il s’agissait de spectacles hautement réglementés et organisés, exécutés par des athlètes entraînés, et chorégraphiés de manière à créer un maximum de suspense pour le public. Voici ce à quoi les gladiateurs de l’Antiquité étaient réellement confrontés.

Construit vers 240 de notre ère, le colisée de l'ancienne Thysdrus, situé dans l'actuelle ville d'El Jem, en Tunisie, pouvait accueillir 35 000 spectateurs.

PHOTOGRAPHIE DE Rémi Bénali

DEVENIR GLADIATEUR

Au début de l’Empire romain, les gladiateurs étaient des esclaves, des criminels ou des prisonniers de guerre qui étaient enchaînés et amenés dans l’arène. Mais au 1er siècle de notre ère, le métier de gladiateur était devenu lucratif, et des sources littéraires suggèrent que pour certains, il s’agissait même d’un choix de carrière. Certains hommes nés libres renonçaient à leurs droits et devenaient esclaves pour devenir gladiateurs, un moyen très risqué de rembourser leurs dettes ou d’échapper à une vie de pauvreté. D’autres étaient des criminels condamnés à servir comme gladiateurs, une punition plus légère que l’exécution, car elle leur donnait une chance de retrouver un jour la liberté. La plupart étaient des combattants professionnels ; certains avaient même une famille qui les attendait en dehors du ring.

Revêtus de l'armure des provocators, deux combattants se préparent à s'affronter dans les arènes d'Arles, datant de l'époque romaine.

PHOTOGRAPHIE DE Rémi Bénali

Néanmoins, tous les gladiateurs étaient au bas de l’échelle sociale strictement hiérarchisée de la Rome antique, au même titre que les prostituées et les acteurs. Selon la loi, les gladiateurs étaient considérés comme des biens et non comme des personnes.

 

DES COMBATTANTS DIVERS

Chaque gladiateur avait sa propre spécialité de combat, connue sous le nom d’armatura : l’équivalent de la Rome antique d’un personnage public. En fonction de leur spécialité, de leur niveau d’habileté et de leur expérience, ils étaient associés dans l’arène afin de faire correspondre leurs forces et leurs faiblesses, et garantir des combats passionnants.

Par exemple, un combattant agile, presque nu, connu sous le nom de rétiaire, armé uniquement d’un filet, d’un trident et d’un petit couteau, pouvait affronter un imposant guerrier mirmillon portant plus de 20 kilogrammes d’équipement de protection. Le thrace avait un casque arborant un cimier et une épée incurvée en bronze, tandis que le secutor portait un casque avec seulement deux trous pour les yeux ainsi qu’un bouclier et une épée ressemblant à ceux qui étaient utilisés par les soldats légionnaires romains.

Un casque de mirmillon élaboré, décoré de représentations des Muses, fut découvert dans les ruines de Pompéi.

PHOTOGRAPHIE DE Rémi Bénali

Au-delà de ces favoris qui apparaissaient à chaque combat, les foules aimaient toujours les surprises. Les sources littéraires et les pierres tombales font référence à d’autres types de gladiateurs plus exotiques qui étaient déployés pour ajouter une touche d’excitation à la programmation habituelle. Parmi eux, citons l’essédaire, qui entrait sur le ring dans un char tiré par un cheval, le scissor, qui maniait un couteau incurvé en forme de demi-lune, parfait pour couper le filet du rétiaire, et le laquearius, équipé d’un long lasso pour piéger son adversaire.

Les combattants qui pouvaient passer d’un style de combat à l’autre étaient tellement remarquables que cette compétence était parfois mentionnée sur leur pierre tombale.

(À lire : La découverte d’une école de gladiateurs donne un aperçu du quotidien des guerriers.)

 

DES ENTRAÎNEMENTS COMPLETS

Les combattants professionnels nécessitaient un entraînement professionnel. Des preuves archéologiques indiquent l’existence de dizaines d’écoles de gladiateurs dans l’Empire romain, où les ces derniers s’entraînaient tout au long de l’année pour des combats qui n’avaient lieu que quelques fois par an. Un complexe d’entraînement de gladiateurs à Rome comptait au moins quatre installations à l’ombre du Colisée, dont une avec un tunnel menant directement à ses niveaux inférieurs, ainsi qu’une installation médicale, des entrepôts pour les décors et les accessoires, et un centre de rééducation pour les combattants blessés.

Le Ludus Magnus, situé dans l'ombre du Colisée de Rome, était à la fois une caserne et un gymnase pour les gladiateurs en formation.

PHOTOGRAPHIE DE Vito Arcomano, Alamy Stock Photo

Dans l’une des installations de Rome, une zone réservée aux spectateurs semble indiquer que les entraînements étaient peut-être une attraction à part entière. Les parieurs désireux d’observer les combattants en personne, ou les fans qui voulaient voir les muscles saillants de leurs gladiateurs préférés pouvaient même payer pour assister aux séances d’entraînement.

Les casernes de gladiateurs étaient coûteuses à faire fonctionner, et beaucoup appartenaient à l’empereur ou à de riches Romains. Gérées par des imprésarios appelés lanistes, généralement d’anciens gladiateurs qui avaient gagné leur liberté au combat, les casernes employaient toute une série de spécialistes. Le personnel comptait des médecins chargés de procurer les meilleurs soins médicaux aux combattants, des unctores chargés d’huiler et de masser les gladiateurs après les entraînements, des cuisiniers, des armuriers et d’autres employés.

 

DES STARS DE LEUR TEMPS

Des recréateurs de gladiateurs s'affrontent dans la poussière de l'arène romaine vieille de 1 900 ans à Arles, en France.

PHOTOGRAPHIE DE Rémi Bénali

Les performances courageuses dans l’arène pouvaient transformer les gladiateurs en héros populaires, et même permettre aux prisonniers de gagner leur liberté. La contradiction que représentaient les gladiateurs, qui étaient des personnes de statut inférieur, parfois réduites en esclavage, tout en étant des artistes très populaires, contribuait peut-être à l’adulation des fans. Le fait de les observer et de s’approcher d’eux offrait le sentiment de braver l’interdit aux Romains qui étaient soumis à des règles strictes. « Ils étaient comme des rockstars sexy », assure Katherine Welch, historienne de l’art. Les écrivains romains voyaient d’un mauvais œil les femmes riches qui se pâmaient devant les gladiateurs, mais l’attraction semble avoir été plus ou moins apprécié de toutes et tous. Prenez Celadus le Thrace, un nouveau venu prometteur à Pompéi, avec trois victoires à son actif, surnommé « le soupir des filles », selon un graffiti admiratif, ou son compatriote Crescens, qui maniait le trident et était surnommé « le pêcheur nocturne de jeunes filles ».

 

DES COMBATS À MORT ?

La plupart des gladiateurs ne se battaient pas à mort. Sur dix gladiateurs qui montaient sur le ring, les spécialistes estiment que neuf survivaient. Cependant, la mort était parfois une issue inévitable, notamment si le sponsor, c’est-à-dire le riche mécène qui payait pour le spectacle, l’exigeait. Si le perdant ne devait pas être épargné, le vainqueur devait donner le coup d’épée final, généralement un coup de couteau rapide dans le cou jusqu’au cœur. Si aucun des deux n’en était capable à la fin d’un combat particulièrement sanglant, un bourreau masqué, portant un lourd marteau, était présent pour porter les coups de grâce.

« Tuer des gladiateurs se faisait rapidement et proprement », explique John Coulston, archéologue à l’université de St. Andrews en Écosse. « C’est une courtoisie professionnelle entre gladiateurs : si quelqu’un doit mourir, il faut faire en sorte que ce soit aussi indolore que possible, et absolument mortel. »

Le tableau « Pollice Verso » de Jean-Léon Gérôme (1872), qui signifie « le pouce renversé », influença de nombreuses représentations ultérieures de gladiateurs.

PHOTOGRAPHIE DE incamerastock, Alamy Stock Photo

DES FEMMES DANS L'ARÈNE

Certains récits historiques et quelques gravures sur pierre témoignent des rares apparitions de femmes brandissant des épées, des moments choquants pour les Romains de l’Antiquité, pour qui la place de la plupart des femmes était à la maison. Les spécialistes du sujet ne parviennent pas à s’accorder pour déterminer si certaines femmes combattaient ou non en tant que gladiatrices. Une sculpture trouvée à Halicarnasse, dans l’actuelle Turquie, représente deux femmes armées en tenue de gladiatrices. Leurs noms de scène, Amazon et Achillia, sont accompagnés du résultat de leur combat : un match nul. Cette sculpture corrobore une poignée de récits antiques de femmes combattant dans l’arène.

Quelques auteurs antiques indiquèrent clairement que des femmes apparaissaient parfois dans l’arène : des événements notables car très rares. Pour les Romains, les femmes étaient au foyer ; les combattantes, quant à elles, étaient liées à des tribus légendaires et lointaines telles que les Amazones. « Chaque fois que le public d’un amphithéâtre voyait une femme apparaître dans l’arène avec des armes et les utiliser habilement, il voyait cela comme le summum de l’exotisme et du luxe », écrit Alfonso Manas, historien de l’université de Grenade. Les femmes combattantes étaient suffisamment scandaleuses pour que l’empereur Septime Sévère interdise cette pratique en l’an 200.

Tous les experts ne s'accordent pas pour dire que cette statue vieille de 2 000 ans représente une femme gladiatrice. Mais les femmes combattantes existaient bel et bien.

PHOTOGRAPHIE DE Rémi Bénali

Bien que la sculpture d’Amazon et Achillia confirme que des gladiatrices s’affrontaient dans l’arène, d’autres preuves sont plus controversées. Une statue de bronze peu connue, conservée au Musée des arts et métiers de Hambourg, représente une femme nue à partir de la taille, tenant dans sa main gauche ce qui semble être une épée ou un poignard incurvé et regardant vers le bas, comme vers un adversaire vaincu. Sa jambe est enveloppée dans des lanières de cuir ou de tissu appelées fasciae, équipement typique des gladiateurs. Dans un article publié en 2011, Manas affirme que la statue représente une femme gladiatrice, la deuxième preuve visuelle connue de la présence de femmes dans l’arène.

D’autres affirment toutefois que la statue représente plus probablement une athlète, tenant en l’air un strigile, un racloir que les Romains utilisaient pour laver la sueur, l’huile et la saleté. L’absence de casque et d’armure suggère qu’elle n’était pas une combattante. « Aucun gladiateur n’est représenté avec aussi peu de vêtements de protection », explique l’historienne Kathleen Coleman.

Des extraits de ce travail ont déjà été publiés dans Gladiators. ©2021 Andrew Curry ©National Geographic Partners, LLC.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Histoire
Chine : cette épave vieille de 800 ans a été gardée secrète pendant des décennies
Histoire
Qui était le premier pharaon d'Égypte ?
Histoire
Ces objets "magiques" qui ont marqué l'Histoire
Histoire
Qui était Élisabeth Ire, dernière représentante de la dynastie Tudor ?
Histoire
Le Chevalier, la Mort et le Diable, chef-d'œuvre de la Renaissance

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.