Dessous de l'Histoire : les sous-vêtements à travers les âges

Toutânkhamon a été enterré avec 145 pagnes, les braguettes servaient au départ à cacher ou à mettre en valeur… Voici la petite histoire des sous-vêtements et leur évolution depuis la Préhistoire.

De Melissa Sartore
Publication 12 janv. 2024, 12:05 CET
Linge masculin datant de la seconde moitié du 15èmesiècle, trouvé au château de Lengberg, dans le ...

Linge masculin datant de la seconde moitié du 15èmesiècle, trouvé au château de Lengberg, dans le Tyrol du Nord. 

PHOTOGRAPHIE DE Institute for Archaeology, University of Innsbruck

Les Égyptiens anciens portaient le chendjit, les Romains le subligaculum et le monde médiéval des braies et des chausses avant que ne soit introduite la culotte de cheval à la Renaissance. Tout au long de l’histoire, une idée est restée constante chez l’humain : celle de se couvrir les parties intimes.

Les caleçons, les slips et les boxers ont vu le jour bien plus tard. En fin de compte, l'histoire des sous-vêtements est une affaire de confort, de changements et de mode.

 

LES FORMES ANCIENNES ET MODERNES DE SOUS-VÊTEMENTS

Le pagne était la première forme de sous-vêtements. Pendant la préhistoire, ils étaient portés par les hommes comme par les femmes et il s’agissait de bandes de tissu qui passaient entre les jambes et étaient attachées autour de la taille.

Les Égyptiens de l'Antiquité façonnaient des bandes de lin triangulaires aux extrémités desquels ils accrochaient des ficelles. Notre regard moderne associe peut-être ce type de pièce à un kilt, mais les longueurs des chendjit variaient. Ils étaient portés par les pharaons et, plus tard, par les membres des classes sociales inférieures. Toutânkhamon fut enterré avec 145 chendjit, une large collection de pagnes qu'il emporta avec lui dans le monde souterrain.

Gauche: Supérieur:

Les sous-vêtements, dont les pagnes sont la forme la plus ancienne, différaient de style et de coutumes selon les cultures antiques auxquelles ils appartenaient. Cette sculpture d'un homme portant un short de style chypriote date de la première moitié du 6e siècle avant notre ère.

PHOTOGRAPHIE DE Sepia Times, Universal Images Group, Getty Images
Droite: Fond:

Sur cette statue, copie romaine en marbre de l’originale hellénistique trouvée à Pompéi, Vénus, déesse de l’amour, porte un bikini.

PHOTOGRAPHIE DE Azoor Photo, Alamy Stock Photo

La nudité était beaucoup plus acceptable dans la Grèce antique, mais même à cette époque, on portait des sous-vêtements comparables à ceux des Égyptiens, appelés perizoma

À la même période, les Romains de l'Antiquité avaient leurs propres sous-vêtements, qu’ils portaient sous des tuniques, des toges ou des robes. Le subligaculum, porté vers le milieu du 2e siècle de notre ère et adapté des anciens Étrusques, pouvait ressembler à un pagne ou à une paire de shorts.

De même, au Moyen Âge, les Celtes et les tribus germaniques portaient des caleçons amples appelés braies. On ne sait pas s’ils étaient portés par les hommes aussi bien que par les femmes, ni à quelle fréquence ils les portaient, mais on sait que les hommes se servaient de ceintures ou de ficelles pour les maintenir. Certains portaient également des chausses ou des caleçons longs qui, au 15e siècle, ont plus ou moins fusionné.

Ces sous-vêtements ont finalement cédé la place à des pièces plus élaborées appelées braguettes, conçues non seulement pour couvrir, mais aussi pour protéger les parties intimes d'un homme. Elles étaient fabriquées dans des matériaux plus rigides, rembourrés, décorés, et leur taille a augmenté au fil du temps pour souligner la virilité de l'homme.

 

CALEÇONS, SLIPS, ET AUTRES INVENTIONS

Le besoin de pièces en tissu à mettre sous les tuniques et autres vêtements de ce type a perduré. Avant même le 19e siècle, les culottes ont émergé, élément pratique des tenues masculines comme féminines car elles permettaient d’absorber la saleté et la sueur sans salir la partie extérieur des vêtements. 

À cette période sont également apparus, aux États-Unis, les caleçons-combinaisons, prédécesseurs des caleçons longs et des bodies, qui répondaient aux besoins des hommes comme des femmes. Les hommes pouvaient porter des blouses et des chemises par-dessus, et les femmes, se débarrasser de leurs corsets, bas et jarretelles. Ces nouveaux sous-vêtements sont arrivés à un moment opportun : l'industrialisation, pendant laquelle de plus en plus d'hommes et de femmes travaillaient dans des usines.

Gauche: Supérieur:

Le roi Henri VIII d'Angleterre est connu pour avoir porté des braguettes. Selon la mode de l'époque, plus la braguette était grande et détaillée, plus celui qui la portait était viril.

PHOTOGRAPHIE DE Fine Art Images, Heritage Images, Getty Images
Droite: Fond:

En 1876, les hommes américains portaient couramment des dessous comme cette paire de caleçons longs de couleur crème, resserrés à la taille.

PHOTOGRAPHIE DE Heritage Art, Heritage Images via Getty Images

Aux États-Unis également, la création de bicyclettes a entrainé celle des jockstraps, ou suspensoirs, qui permettaient un meilleur support pour les cyclistes qui s’aventuraient dans des rues cahoteuses. Les premiers jockstraps, dont le nom vient du terme « bicycle jockeys », ont été introduits en 1874. Les sous-vêtements ont conservé leur place parmi les articles de sport au début du 20e siècle grâce à Jacob Golomb et à ses maillots de bain à taille élastique et à ses caleçons, une innovation qui a donné naissance aux shorts de boxe en tant que sous-vêtements.

Les caleçons n’ont pas tout de suite trouvé preneurs, contrairement aux slips, qui ont également été mis au point au début du 20e siècle, lorsqu’Arthur Kneibler a été engagé en 1928 par la Cooper Underwear Company en tant qu’« ingénieur en vêtements ». Il a introduit les slips en s’inspirant des jockstraps. Dès leur mise en vente en 1935, les sous-vêtements de Kneibler ont fait fureur.

Des enseignes célèbres ont également été au cœur de l'innovation en matière de sous-vêtements aux 19e et 20e siècles. La marque Hanes a capitalisé sur le marché des caleçons-combinaisons, les efforts de Golcomb ont donné naissance à l’entreprise de vêtements de sport Everlast, et les slips de Kneibler ont incité Cooper à changer de nom pour devenir Jockey. Le logo de Fruit of the Loom, qui représente parfaitement le nom de la marque, était aussi visible sur des sous-vêtements au tournant du siècle.

 

LES SOUS-VÊTEMENTS : UN ACCESSOIRE DE MODE

Les sous-vêtements sont devenus un accessoire de mode dans les années 1950 et 1960, passant d’une teinte blanche traditionnelle à un éventail de couleurs et de motifs. Le développement de tissus comme le Dacron et la soie artificielle ont permis aux hommes comme aux femmes de choisir parmi de nouveaux styles. 

En conséquence, les publicités pour les sous-vêtements sont devenues plus explicites, et les bas de bikinis ainsi que les strings en nylon se sont rapidement joints aux slips blancs dans les campagnes de marketing. 

Dans les années 1980 et 1990, une question cruciale se posait dans le monde entier : « caleçon ou slip ? » Les caleçons avaient gagné en popularité après la Seconde Guerre mondiale, les hommes qui servaient dans l'armée s'étant habitués aux caleçons standard. Néanmoins, au cours du siècle, on a commencé à se demander si l’un était plus avantageux que l’autre pour la santé, et bientôt on a demandé à des hommes célèbres, notamment au président des États-Unis Bill Clinton, leur avis sur la question. 

Plus récemment, une nouvelle option est rapidement apparue : le boxer, un hybride des deux styles. 

Le créateur de Calvin Klein, John Varvatos, est considéré comme l'inventeur du boxer au début des années 1990, même s'il n'est pas le premier à en avoir eu l'idée. Ces sous-vêtements ont gagné en popularité après une campagne publicitaire de Calvin Klein en 1992, portée par Mark Wahlberg, à l’époque rappeur surnommé Marky Mark, ne portant rien d'autre qu'un boxer blanc Calvin Klein. Ces publicités explicites, réalisées par le photographe Herb Ritz, ont suscité la controverse et, ce faisant, ont fait de Calvin Klein un nom familier dans le domaine des sous-vêtements. 

L’industrie des sous-vêtements a peu innové depuis lors, mais vous pouvez être sûr que si un nouveau produit fait son apparition, vous ne pourrez pas le rater. 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.