Comment les scientifiques ont fait de la plus haute montagne du monde un laboratoire climatique géant

Une trentaine d'experts a bravé les conditions extrêmes de l'Everest pour mettre au jour des indices sur le réchauffement climatique.

Monday, July 20, 2020,
De Freddie Wilkinson
Expédition Everest - Extrait
Expédition Everest - Extrait
Afin de mesurer les impacts du changement climatique sur les systèmes montagneux, une expédition scientifique a été menée sur le Mont Everest. Découvrez le périple de ces scientifiques dans Expédition Everest, dimanche 12 juillet à 21.00 sur National Geographic, disponible avec Canal +.
Cet article a été écrit dans le cadre du partenariat entre la National Geographic Society et Rolex destiné à mettre en lumière les menaces qui pèsent sur les écosystèmes essentiels de notre planète par le prisme de la science, de l’exploration et du journalisme.

La fin du printemps est généralement la période idéale pour préparer la saison d'escalade du mont Everest. Mais cette année, à cause de la pandémie de COVID-19, la montagne était inhabituellement calme. Le Népal a interdit toutes les expéditions. La Chine, elle, a interdit l'accès aux alpinistes étrangers mais a permis aux ressortissants chinois de grimper du côté tibétain, notamment une équipe de grimpeurs tentant de mesurer à nouveau la proéminence de la montagne, qui a pu évoluer suite au tremblement de terre de 2015.

Mais alors que la majeure partie du monde de l'escalade a pris acte de ce temps de pause dans l'Everest, un groupe de scientifiques dans des laboratoires répartis à travers l'Europe, les États-Unis et le Népal ont travaillé sur le mont iconique « à distance » - analysant une myriade de données sur la glace, la neige, l'eau et des sédiments. Autant d'échantillons que les chercheurs ont collectés au printemps dernier dans le cadre de l'expédition Everest Perpetual Planet, menée par National Geographic et Rolex. L'objectif du projet était de transformer la plus haute montagne du monde en un laboratoire climatique géant.

Le climatologue Paul Mayewski tient une section de l'une des carottes de glace extraites sur les pentes supérieures du mont Everest. Les carottes ont été transportées vers les laboratoires de l'Université du Maine où des portions seront fondues et analysées pour expliquer les changements environnementaux au cours des derniers millénaires.

Photographie de Becky Hale, National Geographic

En avril et mai de l'année dernière, une équipe pluridisciplinaire de plus de 30 biologistes, glaciologues, géologues, météorologues et géographes s'est déployée sur le flanc sud de l'Everest, effectuant des travaux sur le terrain en haute montagne, ainsi que dans la vallée du Khumbu. « Nous croyons que la meilleure façon de faire avancer la science sur l'Everest est de ne pas se limiter à une seule discipline scientifique », déclare Paul Mayewski de l'Université du Maine, le chef de file du projet, qui a permis à la National Geographic Society de s'associer avec l'Université de Tribhuvan et le gouvernement népalais.

Chaque étude individuelle devrait donner à voir un instantané unique du climat de la montagne - passé, présent et futur. Les carottes de glace et les carottes de sédiments lacustres fourniront un aperçu de ce à quoi ressemblait l'environnement terrestre au cours des derniers millénaires. Des échantillons de neige et d'eau donneront quant à eux un aperçu de ce qui anime la montagne aujourd'hui, et l'avenir des glaciers, sources indispensables d'eau douce mondiale, principalement pour les populations vivant en aval de l'Everest. L'équipe scientifique a également installé un réseau de stations météorologiques automatisées, qui documentera les tendances météorologiques pour les années à venir.

Le climatologue Mariusz Potocki (à gauche) a utilisé une perceuse spéciale pour prélever un échantillon de carotte de glace à 8019 mètres d'altitude, sur le col sud de l'Everest. Son équipe a ensuite transporté quelque 13,5 kilos d'échantillons de glace en aval de la montagne. Semblable aux anneaux de croissance d'un arbre, chaque couche d'un noyau de glace est le témoin de la présence de produits chimiques dans l'atmosphère.

Photographie de Dirk Collins, National Geographic

L'une des missions les plus périlleuses incombait au collègue de Mayewski, Mariusz Potocki, qui espérait forer des carottes de glace à plusieurs altitudes de la montagne, y compris au col Sud (7 905 mètres) et au sommet de l'Everest (8 848 mètres). Cette tâche exigeait un système de forage modifié pour l'occasion, alimenté par des batteries, et une équipe de Sherpas aguerris pour guider les scientifiques vers le haut de la montagne pour ensuite acheminer les lourdes carottes de glace. Ensuite, l'équipe a dû trouver comment maintenir la chaîne du froid durant leur long voyage retour au laboratoire de l'Université du Maine, où des analyses ont pu être menées.

Bien que Potocki ait été contraint d'abandonner sa tentative d'extraction de carottes glaciaires au sommet en raison d'embouteillages provoqués par les grimpeurs amateurs, il a réussi à extraire la carotte de glace la plus élevée jamais extraite, juste au-dessus du camp quatre, à 8019 mètres au-dessus du niveau de la mer. « Cette glace, de toute évidence, est très ancienne... Je pense qu'elle a de nombreuses histoires à raconter », dit Potocki.

« La glace ne ment pas », poursuit Mayewski. « L'idée-même que la partie la plus élevée de la planète ait pu être touchée par l'activité humaine devrait être un véritable cri d'alarme pour tout le monde. »

Les résultats des différentes études seront soumis à des comités de lecture composés de pairs et publiés dans diverses revues dans les mois à venir. Un documentaire retraçant l'expédition scientifique au sommet de l'Everest et l'installation de la plus haute station météorologique du monde dans des conditions extrêmes a été diffusé sur la chaîne National Geographic le 12 juillet à 11h.

Lire la suite