Le cancer de l’estomac serait de plus en plus fréquent chez les jeunes femmes

Cette hausse est particulièrement inquiétante étant donné que la maladie est souvent plus virulente chez les femmes de moins de cinquante-cinq ans. « Leurs tumeurs sont à un stade plus avancé au moment du diagnostic et sont plus agressives. »

De Meryl Davids Landau
Publication 30 janv. 2024, 14:44 CET
EB6ARE_stomach_cancer_scan

Le scanner corporel frontal utilise des radio-isotopes pour visualiser les tissus cancéreux de l'estomac (en rouge) et de l'intestin grêle (en jaune).

PHOTOGRAPHIE DE CAVALLINI JAMES, BSIP, Alamy Stock Photo

Il y a plus de dix ans, Shria Kumar, gastro-entérologue et chercheuse à l’université de Miami, a remarqué un fait déconcertant. Certains de ses patients atteints d’un cancer de l’estomac étaient bien plus jeunes que la normale et un grand nombre d’entre eux étaient des femmes. Cette tendance est encore d’actualité. 

Alors que les raisons de ce phénomène sont encore inconnues, depuis le printemps dernier, les scientifiques américains sont sûrs d’eux : ce phénomène est bel et bien réel.  En examinant les registres complets des cancers dans plusieurs États américains, les chercheurs ont conclu que le cancer de l'estomac augmentait plus rapidement chez les jeunes femmes. Aux États-Unis, sur près de vingt ans, le pourcentage de patientes de moins de cinquante-cinq ans a augmenté de 3 %, soit deux fois plus que pour les jeunes hommes. Parallèlement, le taux de personnes plus âgées atteintes diminue. Cette augmentation concerne principalement les femmes blanches non-hispaniques, un groupe traditionnellement moins susceptible de développer la maladie que les femmes noires, hispaniques et asiatiques. 

Aux États-Unis comme en France, les hommes de plus de cinquante-cinq ans représentent toujours la majorité des patients atteints de cancer de l'estomac, mais l'augmentation du nombre de jeunes femmes est particulièrement inquiétant, car leur maladie a tendance à être plus virulente.

« Ces tumeurs sont plus avancées au moment du diagnostic et elles sont plus agressives », ce qui conduit à des pronostics plus défavorables, explique Kumar. 

Le taux de survie global à cinq ans pour le cancer de l'estomac aux États-Unis est de 36 %, le même chiffre qu’en France pour les patients de moins de cinquante ans. Ce chiffre a baissé ces dernières années, en particulier chez les Asiatiques et les Noirs Américains. Cependant, chez les personnes diagnostiquées après la propagation de leur cancer, ce qui arrive souvent chez les personnes plus jeunes atteintes de tumeurs plus agressives, le taux de survie n'est que de 6,6 %.

Cette hausse n’est pas spécifique au cancer de l'estomac. Les cancers gastro-intestinaux sont également de plus en plus nombreux chez les jeunes, notamment le cancer du pancréas et le cancer colorectal, raison pour laquelle les recommandations fédérales en matière de dépistage par coloscopie sont passées, il y a quelques années, de cinquante à quarante-cinq ans aux États-Unis.

 

COMMENT L’EXPLIQUER ? 

Il existe de nombreuses théories sur les raisons de cette soudaine hausse mais aucune n’est définitive. « Il s’agit d’une question à laquelle personne ne parvient à apporter de réponse claire », déclare Michael Cecchini, oncologue médical au centre dédié aux cancers gastro-intestinaux du Yale Cancer Center. 

Selon Srinivas Gaddam, gastro-entérologue au centre médical Cedars-Sinai de Los Angeles et auteur principal de l'étude de suivi, les changements observés dans nos modes de vie et notre environnement au cours des dernières décennies pourraient être une explication.

« Tout ce que votre corps absorbe constitue l'environnement que voit votre estomac », explique Gaddam. Les jeunes femmes boivent et fument davantage, ce qui pourrait avoir ce type de conséquences. Il se peut également que notre système alimentaire contienne de nouveaux produits chimiques. Même les toxines que nous respirons peuvent atterrir dans l'estomac, fait-il remarquer.

Les jeunes femmes à qui l'on diagnostique un cancer de l'estomac sont souvent choquées par la nouvelle. Camilla Row, 39 ans, mère de deux jeunes enfants à Los Angeles à l'époque de son diagnostic, se souvient avoir pensé : « Je ne savais même pas que l'on pouvait avoir un cancer de l'estomac ».

Camilla Row n’était pas la seule à ne pas avoir envisagé cette possibilité. Ses médecins non plus n’avaient pas correctement interprété ses symptômes. Au cours des deux années qui ont précédé son diagnostic, alors qu'elle ressentait des sensations récurrentes de brûlure et de coup de poignard dans l'estomac, trois médecins ont cru reconnaitre un reflux gastro-intestinal et lui ont prescrit des antiacides. Chaque fois qu’elle essayait d'arrêter de prendre ces médicaments, la douleur intense revenait. Ce n'est qu'après avoir appelé son médecin traitant en larmes qu'elle s'est finalement vue prescrire une endoscopie qui a permis de diagnostiquer son cancer.

Outre les brûlures d'estomac et les douleurs abdominales, le cancer de l'estomac se manifeste par des nausées, une perte de poids et des vomissements de sang. Malheureusement, comme le stade précoce est généralement silencieux, des symptômes comme ceux-là indiquent probablement un stade avancé de la maladie. 

 

LE RÔLE DES GERMES, DES GÈNES ET DU RÉGIME ALIMENTAIRE

Le cancer de l’estomac est répandu sur une grande partie de la planète et constitue la quatrième cause de mortalité par cancer au niveau mondial. En France, il est le treizième cancer le plus fréquent.

L'une des principales raisons à cela est la plupart des cancers de l'estomac sont causés par la bactérie Helicobacter pylori, le même germe qui est à l’origine de nombreux ulcères de l'estomac. La H. pylori est endémique dans de nombreuses régions du monde en raison de l'insuffisance des systèmes d'assainissement. Un régime alimentaire composé d'aliments fumés, salés ou préparés, l'obésité et des antécédents de tabagisme sont d’autres facteurs de risque connus pour la maladie, indique Cecchini.

La génétique a également son rôle à jouer, en particulier chez les jeunes, dont ceux atteints du syndrome de Lynch, une maladie dans laquelle des mutations dans des gènes impliqués dans la réparation de l'ADN augmentent le risque de nombreux cancers comme le cancer colorectal, le cancer de l'intestin grêle, le cancer de l'estomac, le cancer de l'ovaire, le cancer du pancréas et le cancer du cerveau.

Une mutation dans un autre gène appelé CDH1 a causé le cancer de l'estomac de Courtney Zentz, une femme de quarante-deux ans, originaire de West Chester, en Pennsylvanie. Sa mère est décédée à l'âge de cinquante-quatre ans en 2006, quatre mois après avoir été soudainement diagnostiquée d'un cancer de l'estomac agressif. Il y a quatre ans, Zentz a décidé de passer un test génétique et a découvert qu'elle avait hérité de cette mutation rare.

La seule façon pour Zentz d’échapper à la même mort que sa mère était de procéder à une ablation prophylactique de son estomac, ainsi que de sa vésicule biliaire et de ses deux seins, qui présentaient également un risque élevé de cancer. Elle a suivi ce conseil et les chirurgiens ont donc relié son œsophage directement à son intestin grêle afin qu'elle puisse continuer à manger, mais en plus petites portions. Les cellules prélevées et analysées après l'opération ont révélé qu'elle était déjà atteinte d'un cancer de l'estomac de stade 1.

« La mort de ma mère m'a sauvé la vie », déclare-t-elle. Elle a également sauvé celle de son frère, qui avait hérité de la mutation et a subi une opération d'ablation de l'estomac.

 

DES TRAITEMENTS DE PLUS EN PLUS EFFICACES

Généralement, les traitements du cancer de l’estomac incluent la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie. 

Quand le cancer de Camilla Row a été découvert, il ne s'était propagé qu'à quelques ganglions lymphatiques voisins. Dans un premier temps, son opération d'ablation de l'estomac et sa chimiothérapie ont porté leurs fruits. Cependant, trois ans plus tard, la maladie est réapparue, et s’est propagée au péritoine, une membrane de l'abdomen.

Row a subi une ablation des ovaires et une nouvelle chimiothérapie par voie intraveineuse. Ce traitement a été suivi d'un autre traitement expérimental connu sous le nom de chimiohyperthermie intrapéritonéale, dans lequel les cytostatiques, les médicaments chimiothérapeutiques, sont pompés directement à l'intérieur de l'abdomen à une concentration quarante fois supérieure à celle de la chimiothérapie par voie intraveineuse. Les études qui documentent l'efficacité de cette technique sont mitigées. 

Chez Camilla Row, elle fonctionne. La patiente a aujourd’hui quarante-cinq ans et après sept traitements au centre pour le cancer Los Angeles City of Hope, elle ne présente plus aucun signe de cancer. Si elle sait qu’il est probable que la maladie resurgisse, elle est déterminée à garder un état d’esprit positif. 

« Je pourrais faire partie des 6 % qui survivent à long-terme », dit-elle. « Je l’espère. »

 

LE MANQUE D’OUTILS DE DÉPISTAGE EFFICACES

Contrairement au cancer du sein et au cancer colorectal, pour lesquels on recommande les mammographies et les coloscopies, on ne conseille pas systématiquement de protocole de dépistage pour la détection du cancer de l’estomac à un stade précoce. 

Le dépistage généralisé pour les personnes au-dessus d’un certain âge, qui comprendrait une endoscopie et une biopsie des lésions éventuelles, n'a pas de sens aux États-Unis, car le cancer n'est pas assez répandu, explique Kumar. 

Elle espère que les futures recherches permettront d'identifier les sous-groupes de personnes les plus à risque et d’un jour les orienter vers un dépistage annuel, tout comme certains anciens fumeurs sont incités à passer des tests annuels de dépistage du cancer du poumon.

Jusqu'à présent, Kumar et ses collègues ont identifié plusieurs groupes plus vulnérables, notamment les personnes nées en Europe de l'Est, en Équateur, au Honduras ou au Pérou, dans certains pays asiatiques, dont le Japon, mais pas la Corée ni la Chine, ainsi que les personnes porteuses de H. pylori et les fumeurs. 

En attendant, avec la croissance de l’incidence chez les jeunes, les personnes ayant des antécédents familiaux de cancers gastro-intestinaux ou présentant des symptômes persistants devraient en discuter avec leur médecin.

« L'augmentation de l'incidence chez les jeunes signifie que nous devons être plus vigilants et prendre les symptômes au sérieux, patients comme médecins », explique Cecchini. « Ils peuvent être plus qu'une simple nuisance. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.