Sciences

Les rats ne seraient pas responsables de la peste noire

L’épidémie qui s’est propagée dans l'Europe et l'Asie médiévales aurait été véhiculée par des puces et des poux, selon une nouvelle étude.

De MICHAEL GRESHKO

Les rats longtemps été accusés de la diffusion des parasites porteurs de l’épidémie de peste noire qui s'est propagée dans l’Europe et l'Asie médiévales, causant la mort de millions de personnes. Une nouvelle étude vient d’établir une modélisation de cette peste et suggère que les rongeurs mal-aimés n'en seraient en fin de compte pas les principaux responsables.

L’étude qui a été publiée lundi dans le journal PNAS, pointe du doigt les parasites humains, comme les puces et les poux, comme premiers responsables de la propagation de l’épidémie lors de la deuxième pandémie, qui a commencé par la peste noire (1348-1352) et s'est répercutée jusqu'à la première moitié du 20e siècle.

Parmi ces épidémies, la tristement célèbre peste noire a anéanti un tiers de la population européenne, soit 10 millions de personnes au total, au milieu du 14e siècle.

« La peste en question a fortement transformé l’histoire de l’humanité. Il est important de comprendre comment elle s’est propagée et pourquoi elle s'est répandue aussi rapidement », déclare Katharine Dean, auteur principal de l’étude et doctorante au Centre d'études écologiques et évolutionnistes de l’université d’Oslo, en Norvège.

 

MORSURES MORTELLES

Quand les puces infectées par la bacille Yersinia pestis piquent les humains, la bactérie peut se frayer un chemin jusqu'au sang et aux ganglions lymphatiques, présents partout dans le corps. Dans les 24 premières heures, le patient ressent une douleur localisée au niveau d'un ou plusieurs ganglions lymphatiques, à proximité de l'endroit où la puce a introduit le bacille Yersinia pestis. Généralement les piqûres de puce touchent les membres inférieurs, c'est la raison pour laquelle ce sont les ganglions fémoraux et inguinaux (à la racine des membres inférieurs) qui sont le plus fréquemment touchés. Les ganglions gonflent pour devenir de gros bubons, d’où le nom de « peste bubonique ». 

Dans les cas d’épidémies de peste connus depuis la fin du 19e siècle, y compris celle qui a touché Madagascar en 2017, les rats et les autres rongeurs ont aidé à sa propagation. Si le bacille Yersinia pestis infecte les rats, la bactérie peut être transmise aux puces qui se nourrissent du sang de ces rongeurs. Lorsqu’un rat pestiféré meurt, les parasites abandonnent son corps et peuvent ensuite se reporter sur les hommes.

En étudiant le rôle des rats dans les épidémies modernes et les analyses génétiques menées sur le corps des victimes de la peste au Moyen-Âge porteurs du bacille Yersinia pestis, les chercheurs sont parvenus à la conclusion que les rats ont participé à la propagation de la peste lors de la seconde pandémie.

Mais quelques historiens considèrent que la peste noire s’est propagée d’une autre manière. D'une part parce qu'elle a ravagé l’Europe beaucoup plus rapidement que n’importe qu’elle autre épidémie de peste moderne. D'autre part parce que des cas de populations de rats décimés auraient précédé certaines épidémies de peste moderne (ce qui n'est pas le cas pour les épidémies de peste au Moyen-Âge).

UNE ÉPIDÉMIE VIRTUELLE

D'un point de vue mathématique, la manière dont la pathologie se propage est différente selon que les puces ou les rats sont porteurs de la maladie. Pour vérifier cette hypothèse, l’équipe de Dean a modélisé chaque moyen de propagation de l’épidémie par les rats, les puces et les poux.

Après avoir testé ces modèles plusieurs fois, Dean et  Boris Valentijn Schmid, co-auteur de l'étude, ont mis au point des modèles statistiques pour chacune des neuf épidémies connues en Europe depuis la deuxième pandémie. À leur grande surprise, les chercheurs ont découvert que dans 7 cas sur 9, les parasites vivant sur le corps humain correspondent plus étroitement aux registres de mortalité que les puces de rats.

Dean et Schmid considèrent qu’il y a lieu à affiner leurs modèles statistiques en les comparant à plus de données. Ils reconnaissent en outre que leur étude provoquera de nombreuses controverses parmi les épidémiologistes, notamment parmi ceux qui considèrent que seuls les rats sont responsables de la propagation de la peste noire.

« Dès que l'on parle de la peste, les conversations s'animent », ajoute Dean qui se considère comme un observateur neutre. « Nous ne voulons pas rentrer dans ce débat ».

Lire la suite