Vous n'êtes plus malade, alors pourquoi continuez-vous à tousser ?

Selon une théorie, les récepteurs de nos voies respiratoires peuvent rester excessivement sensibles pendant plusieurs semaines après une exposition virale.

De Elise Cutts
Publication 29 janv. 2024, 10:26 CET
h_00000221421641_cough_simulation_droplets

Les virus nous font tousser pour se propager, comme l’illustre cette simulation de vaporisation de la toux à Berlin en 2020. Qu'en est-il lorsque le virus n'est plus détectable, mais que nous toussons toujours ?

PHOTOGRAPHIE DE Christian Jungeblodt, Laif, Redux

Vous vous êtes récemment remis.e d’un rhume, d’une grippe, du VRS ou de la COVID, mais votre toux persiste ? Vous n'êtes pas seul.e. Ce symptôme peut durer encore des semaines après l’élimination du virus par l'organisme.

Michael Shiloh, médecin spécialisé dans la recherche sur les maladies infectieuses à l'École médicale du Sud-Ouest de l’université du Texas, raconte que les patients qui viennent le voir pour leur toux déclarent souvent avoir été malades jusqu'à huit semaines avant de le consulter. « Nous ne pouvons plus vraiment détecter de virus chez ces personnes, et pourtant elles toussent encore », explique-t-il.

Fin 2023, la France a connu une recrudescence des cas de COVID-19 et en ce moment-même, c'est une épidémie de grippe qui s'intensifie. Malgré une diminution et une stabilisation de certaines maladies respiratoires ces derniers temps, le nombre de personnes qui cherchent à se faire soigner reste élevé.

Les scientifiques ne savent toujours pas exactement pourquoi des personnes par ailleurs en bonne santé souffrent de ce type de toux tenace. Néanmoins, la recherche sur la façon dont les infections perturbent les nerfs des voies respiratoires révèle de nouvelles informations.

 

À QUOI EST DUE LA TOUX ? 

La toux est un réflexe important qui protège les voies respiratoires de dangers tels que les fumées nocives, l'eau ou les morceaux de nourriture mal avalés, explique le pneumologue et chercheur Lorcan McGarvey, de l'université Queen's de Belfast.

Ce réflexe est déclenché par des nerfs qui atteignent les voies respiratoires et sont dotés de protéines réceptrices qui réagissent à tout, de l'air froid à la capsaïcine, la substance chimique qui rend le piment piquant. Lorsqu'un irritant déclenche ces récepteurs, les nerfs envoient au cerveau, par le biais du nerf vague, des signaux qui se traduisent par une envie de tousser.

De là, le cerveau fait tousser, ou non, les voies respiratoires. Ce détour par la tête explique pourquoi certains types de toux permettent un certain degré de contrôle conscient.

Les scientifiques connaissent les nombreux stimuli qui peuvent déclencher la toux, mais il n’existe toujours pas de consensus sur les mécanismes biologiques spécifiques qui la déclenchent lorsque nous sommes malades, et encore moins dans les semaines qui suivent. 

S'il semble évident que la toux sert à débarrasser notre gorge des mucosités, les virus pourraient également déclencher ce réflexe pour mieux se propager. De nombreuses infections entraînent des toux sèches qui ne produisent pas de mucosités et si, en fin de compte, nous toussons pour dégager nos voies respiratoires pendant une infection, cela n'expliquerait toujours pas ce que nos nerfs perçoivent exactement pendant une infection et qui déclenche la toux.

« Nous ne le savons pas », déclare l'électrophysiologiste Thomas Taylor-Clark de l'Université de Floride du Sud. « Il y a cependant des faits que nous pouvons affirmer tels que : l'infection virale provoque une inflammation. »

 

LES INFECTIONS RENDENT LES NERFS HYPERSENSIBLES

D’après certaines recherches, lorsque nous sommes malades, l’inflammation augmente la sensibilité des nerfs situés dans les voies respiratoires. Ils réagissent alors de manière excessive. L'une des hypothèses est que les toux tenaces post-infectieuses surviennent lorsque les nerfs gardent cette hypersensibilité une fois la maladie passée.

« Le simple fait de respirer profondément, de parler au téléphone, de rire, de sortir et de respirer l'air froid sont des choses qui, en soi, ne sont pas nocives ou nuisibles. Elles peuvent cependant provoquer des quintes de toux, au moins temporaires », même si l'on n'est plus malade, explique McGarvey.

Dès 1990, des chercheurs ont remarqué que l'infection par virus grippal augmentait la sensibilité des nerfs des voies respiratoires chez les cochons d’Inde, qui ont le même mécanisme de toux que les humains. Lorsqu'ils sont exposés à des irritants tels que la capsaïcine, les cochons d’Inde malades toussent davantage que ceux en bonne santé, un fait également observé chez l’humain.

Aujourd'hui, les scientifiques imputent cette hypersensibilité à des substances chimiques inflammatoires spécifiques et aux récepteurs situés sur les nerfs des voies respiratoires.

En 2016, des chercheurs ont découvert qu'une infection par un virus de type grippal entraînait la production plus élevée que la normale, par certains nerfs des voies respiratoires, d'une protéine réceptrice appelée TRPV1, qui réagit à la capsaïcine ainsi qu’à d'autres stimuli. D'autres études, menées pour la plupart sur des cochons d’Inde ou des cellules humaines cultivées en laboratoire, ont également fait état d'une augmentation du nombre de copies du récepteur TRPV1 et d'autres récepteurs lors d'infections par des virus respiratoires.

En 2017, une étude a montré que même lorsqu'un virus était « tué » par la lumière UV, il produisait davantage de copies de TRPV1 et d'un autre récepteur présent dans les cellules humaines cultivées en laboratoire.

 

QUAND FAUT-IL EN PARLER À SON MÉDECIN ?

La toux post-infectieuse disparaît généralement en deux ou trois semaines. Toutefois, si elle persiste pendant plus de huit semaines, Shiloh et McGarvey recommandent de consulter un médecin. Si elle s'accompagne d'autres symptômes comme la fièvre, l'essoufflement, des crachats de sang ou une perte de poids, ils recommandent de se faire examiner plus rapidement.

Lukasz Antoniewicz, pneumologue qui traite des patients à l'unité spécialisée pour la toux chronique de l'université de médecine de Vienne, en Autriche, affirme qu'il est normal de tousser pendant quelques semaines après une maladie. Cependant, bien que huit semaines soient le seuil officiel de la toux chronique, dans la pratique, cette période de toux peut être longue sans rien pour la soulager, dit-il.

« J'ai de jeunes patients, âgés d'environ trente ans, qui se cassent les côtes uniquement à cause de la toux, sans être atteints de maladie osseuse sous-jacente. Il s'agit donc d'un réflexe très, très fort et qui fait très mal », explique le docteur Antoniewicz. « Je dirais que si vous toussez pendant un mois, vous avez une bonne raison de consulter votre médecin. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.