Les secrets des méduses, animaux complexes qui règnent sur les océans

Elles n'ont pas de cerveau et sont principalement composées d'eau, mais les méduses ont des super-pouvoirs.

Un sac d'eau sans cerveau ne figure peut-être pas sur la liste des animaux dangereux. Pourtant, lorsque des baigneurs s'écrient « méduses ! », ils sortent vite de l'eau et observent les créatures tels des suricates, craignant leur piqûre.

Aussi magnifiques que dangereuses, les méduses sont des créatures complexes. Alors que les vacances d'été touchent bientôt à leur fin, intéressons-nous aux super-pouvoirs de ces êtres spongieux.

 

CERTAINES MÉDUSES SONT CONSTITUÉES À 98 % D'EAU

L'ombrelle est la partie principale du corps d'une méduse. Elle est composée de deux fines couches de cellules séparées par une matière inerte et aqueuse, explique Lucas Brotz, biologiste spécialiste des méduses et doctorant à l'Université de la Colombie-Britanniques à Vancouver.

D'après lui, cette structure simple est une « astuce évolutionnaire remarquable », qui permet aux méduses de grandir et de manger plus sans les inconvénients d'un métabolisme rapide.

« Elles ont survécu à toute les extinctions massives », a souligné Lucas Brotz. Alors que la plupart des espèces qui ont vécu ont disparu, cela fait plus de 600 millions d'années que « ce groupe de sacs remplis d'eau est parvenu à survivre. »

 

ELLES SONT ULTRA RAPIDES

La piqûre d'une méduse est « l'un des processus biologiques les plus rapides », confie Sean Colin, écologue à l'Université Roger Williams à Rhode Island. Pour un organisme qui semble simple, ce processus est aussi plutôt compliqué.

Les cellules urticantes d'une méduse sont appelées les cnidocytes. Il s'agit d'une caractéristique particulière aux méduses et à d'autres membres de leur familles, comme les coraux et les anémones des mers. Ces cellules renferment un organite, le nématocyste. Sean Colin décrit que ce dernier contient une capsule à l'intérieur de laquelle se trouvent de petits harpons enroulés.

Au moment de piquer, des centaines de ces nématocystes sortent. La pression libérée est telle que la piqûre est ultra-rapide : elle ne dure que 700 nanosecondes et exerce une pression suffisante pour briser la coquille d'un crustacé à son point le plus faible.

 

ELLES NOUS PÎQUENT INVOLONTAIREMENT

Les nématocystes sortent au moindre effleurement d'une matière organique, comme notre peau.

La piqûre de certaines méduses peut être mortelle, comme c'est le cas pour les méduses-boîtes du nord de l'Australie et de l'Indo-Pacifique, tandis que les nématocystes d'autres espèces ne parviennent pas à pénétrer la peau humaine.

Toutefois, les méduses ne se piquent pas entre elles, certainement grâce à des signaux chimiques, indique Lucas Brotz.

 

LES MÉDUSES CULTIVENT LES ALGUES

Toutes les méduses ne flottent pas avec l'ombrelle vers le haut. Les méduses cassiopées vivent elles la tête en bas, posée sur le fond marin des eaux tropicales de l'Indo-Pacifique, de la Floride, des Caraïbes et d'Hawaï.

Ces méduses, avec leur ombrelle posée au fond de l'océan, ressemblent un peu à un vacancier qui prend le soleil. C'est d'ailleurs ce que font ces méduses : elles conservent des algues microscopiques dans leurs tissus et « les orientent vers le soleil pour qu'elles puissent grandir », explique le biologiste. Les algues constituent ensuite une source de nourriture pour les méduses.

Dans le Lac aux Méduses des Palaos, les méduses dorées cultivent aussi les algues. Lucas Brotz explique que le jour, elles suivent la trajectoire du soleil qui passe d'un côté à l'autre du lac et qu'elles fertilisent leurs « cultures » la nuit.

UNE ESPÈCE DE MÉDUSE A GAGNÉ UN PRIX NOBEL (INDIRECTEMENT)

Sur les 3 000 espèces de méduses identifiées jusqu'à maintenant, bon nombre d'entre elles sont bioluminescentes, c'est-à-dire qu'elles produisent leur propre lumière. Une partie importante de cette caractérique utilisée par une espèce, la méduse cristal, repose sur un gène, appelé protéïne fluorescente verte ou GFP.

Lorsqu'elle est utilisée par les scientifiques en tant que biomarqueur, cette protéine met littéralement en lumière le fonctionnement interne du corps, suivant différents processus, de la production de l'insuline à l'infection du VIH, en passant par la structure musculaire.

Les chercheurs qui ont développé cette technologie ont remporté le Prix nobel de chimie en 2008

 

ELLES SONT DANGEREUSES, MÊME MORTES

Les nématocystes d'une méduse sont comme les fous des films d'horreur, elles n'abandonnent jamais. Vous pouvez être piqué par une tentacule qui n'appartient plus au corps d'une méduse ou même par une méduse morte.

Et si vous mangez un poulpe qui s'est nourri d'une méduse mais ne l'a pas complètement digérée, vous pouvez vous faire piquer par la méduse, souligne Sean Colin.

Vous aussi vous pensez devenir végétarien ?

La danse hypnotique d'une rare méduse dans les profondeurs de l'océan

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite