Plonger avec des requins en Polynésie française, une expérience inoubliable

Autour de l'atoll de Fakarava, en Polynésie française, se trouvent certaines des eaux les plus riches en requins du monde. Celles-ci offrent un spectacle inhabituel permettant de découvrir ces prédateurs sous-marins sous un tout nouveau jour.

De Terry Ward
Publication 21 juil. 2022, 17:11 CEST
Un requin à pointe noire nage au-dessus d'un récif corallien dans l'atoll de Fakarava, en Polynésie ...

Un requin à pointe noire nage au-dessus d'un récif corallien dans l'atoll de Fakarava, en Polynésie française. Dans une étroite passe sous-marine, les plongeurs peuvent assister à un rassemblement de centaines de requins.

PHOTOGRAPHIE DE GREG LECOEUR, Nat Geo Image Collection

« Vous êtes prête à voir des requins ? » demande mon guide de plongée, Thibault Gachon. Sa question est rhétorique.

Nous nous préparons à plonger au large de l’atoll de Fakarava, dans l’archipel des Tuamotu, en Polynésie française, qui fait partie d’une réserve de biosphère de l’UNESCO et qui abrite certaines des eaux les plus riches en requins du monde.

Gachon, qui dirige la société de plongée O2 Fakarava, sourit et enfile son détendeur. Nous descendons depuis l’arrière du bateau, nous plongeant directement dans l’une des vues sous-marines les plus exaltantes et les plus accessibles de l’océan.

Nous sommes au milieu d’une passe étroite, celle de Tumakohua, à l’extrémité sud de l’atoll. C’est l’un des deux seuls chenaux de marée qui se jettent dans le deuxième plus grand lagon des Tuamotu, qui couvre une superficie plus de dix fois supérieure à celle de Paris.

La marée du Pacifique s'engouffre dans le lagon de Fakarava par un canal de 100 mètres de large environ. Comme d'autres atolls, Fakarava s'est formé autour d'une île volcanique qui a ensuite coulé. Les débris de corail rejetés par les tempêtes ont contribué à élever certaines parties de l'île au-dessus du niveau de la mer.

À l’entrée de ce lagon, les requins gris de récifs s’assemblent comme des pièces de puzzle, chaque animal mesurant environ 1,5 mètre de long. Du fait de leur abondance, ils font apparaître une couleur ardoise au milieu de l’océan.

Gachon et moi descendons à environ 25 mètres de profondeur, et nous agrippons à des morceaux rocheux du récif dans le courant afin d’admirer la vue. Plus nous restons immobiles, plus les requins semblent se rapprocher. C’est comme si l’océan lui-même les poussait dans notre direction.

 

UN SPECTACLE INHABITUEL

Le comportement particulier des requins gris de récifs dans cette zone peut être comparé à un tapis roulant à économie d’énergie, affirme le spécialiste des sciences marines de l’Université internationale de Floride, Yannis Papastamatiou, qui étudie l’écologie physiologique et comportementale des prédateurs marins et a passé des centaines d’heures à plonger dans la passe sud de Fakarava.

« Pendant la journée, ils ne chassent pas ici », dit-il des requins gris de récif, qui ont une flottabilité négative qui les fait couler s’ils cessent de nager.

Selon Papastamatiou, les requins utilisent les courants ascendants de la même manière que les oiseaux planeurs profitent des courants aériens des montagnes pour rester en altitude. « Le courant ascendant contrecarre les effets de la gravité sur les requins », explique-t-il.

Si les requins semblent presque immobiles dans l’eau, en réalité, ils coulent très lentement. Ils utilisent le courant ascendant pour avancer dans l’eau, puis laissent le courant les ramener à l’endroit où ils y sont entrés pour recommencer. Le résultat ressemble ainsi à un tapis roulant infini de requins, qui peuvent se compter par centaines chaque jour.

Un plongeur nage parmi les requins gris de récif, la nuit, autour de l'atoll de Fakarava.

« Ce comportement réduit essentiellement la quantité d’énergie que les requins doivent dépenser », explique Papastamatiou, qui précise que le courant pousse l’eau vers leurs branchies, et réduit leurs dépenses énergétiques d’environ 20 %, au minimum.

Les requins gris de récif chassent pendant la nuit. L’abondance de poissons dans le lagon de l’atoll, favorisée par la présence régulière de bancs de reproduction, serait l’une des raisons de la présence inhabituelle de ces prédateurs dans cette zone.

 

LES ÎLES DES REQUINS

Les requins sont protégés en Polynésie française depuis 2006. Fakarava n’est pas le seul endroit des Tuamotu où les requins gris de récif abondent ; et nombreuses autres espèces sont également présentes, dont les requins longimanes, les requins à pointes noires, les requins-tigres, les grands requins marteaux et les requins-citrons.

À la Mokarran Protection Society sur Rangiroa, deuxième plus grand atoll du monde aussi situé dans les Tuamotu, les scientifiques étudient les grands requins-marteaux, une espèce menacée. Ils peuvent souvent être observés par les plongeurs sous-marins lors de plongées récréatives, ici et dans d’autres endroits de l’archipel.

Par une nuit presque sans lune à Fakarava, les membres de l'équipe du photographe Laurent Ballesta, nageant à contre-courant de la marée, tiennent les puissantes lampes dont il a besoin pour photographier les requins qui chassent les mérous cachés dans le récif.

Sur l’atoll de Tikehau, l’apnéiste professionnel Denis Grosmaire, de Tikehau Ocean Tour, qui plonge avec les requins-tigres du lagon depuis de nombreuses années, s’est lancé dans un projet avec le Centre de recherche insulaire et Observatoire de l’environnement de Moorea jusqu’à la fin de l’année 2022 afin de collecter des échantillons de peau des animaux pour des tests génétiques.

« Maintenant que je connais très bien ces requins, je les vois grandir, je les vois tomber enceintes, puis ne plus l’être », raconte Grosmaire. Son travail aidera à déterminer les relations entre les requins qui semblent habiter Tikehau, et ceux des îles environnantes, permettant aux scientifiques de savoir si cette espèce est passagère, et dans quelle mesure.

 

RESPECT ET OUVERTURE D’ESPRIT

Pour les habitants de la Polynésie française, les requins sont des tāura, c’est-à-dire des animaux totem et des gardiens, tant pour les familles que pour des populations entières des îles, explique Matahi Tutavae, cinéaste et conteur tahitien, et fondateur de la Faafaite-Tahiti Voyaging Society.

« Ce sont des navigateurs mais aussi des gardiens de lieux », dit-il.

Tutavae se rappelle avoir participé à un voyage à la voile, au sein d’une flotte de canoës traditionnels polynésiens en direction de Fakarava, depuis Tahiti. Le groupe s’est arrêté après trois jours de navigation pour accomplir un rituel qu’une femme locale de Fakarava leur avait conseillé de réaliser entre les deux îles.

« Quand on va quelque part en Océanie, il s’agit toujours de demander la permission et de préciser ses intentions, à la fois aux personnes qui vivent là mais aussi aux ancêtres », explique Tutavae. « Elle nous a appris une prière, comme une clé pour ouvrir une porte. »

Il raconte que son groupe a commencé une cérémonie au milieu de l’océan pour demander la permission de s’approcher du lagon de Fakarava. Une demi-heure plus tard, raconte-t-il, un requin longimane juvénile, l’animal totem de Fakarava, est venu toucher la coque du canoë.

« Pour nous, c’était un bon signe. Les requins n’ont jamais été une menace pour nous, jusqu’à assez récemment, lorsque les gens ont commencé à les nourrir et à changer leurs habitudes. »

Selon lui, les voyageurs qui visitent ce coin reculé du monde doivent approcher les requins avec révérence et respect. Évitez les guides touristiques qui nourrissent les requins, renseignez-vous sur les animaux et entrez dans l’océan avec un esprit ouvert.

Fakarava possède le deuxième plus grand lagon de l'archipel des Tuamotu, en Polynésie française.

« Il est difficile de respecter quelque chose que l’on ne connaît pas ou que l’on ne comprend pas. Nous avons tellement de chance de pouvoir aller dans l’eau et de voir tous ces animaux, requins et baleines, ici. »

« Nous sommes au milieu de l’océan Pacifique sur des îles de récifs qui sont très, très riches », explique Grosmaire. « Quand il y a beaucoup de requins, il y a beaucoup de poissons. Et quand il y a beaucoup de poissons, il y a beaucoup de requins. »

Pour sa part, il entre toujours dans l’eau avec amour, respect, humilité et gratitude envers les requins.

« Ils décident de se montrer, ils décident de venir. Moi, je suis simplement là, à attendre. »

Plongée aux côtés des requins-tigres

Terry Ward, rédactrice voyage indépendante, vit en Floride et a fait de la plongée sur tous les continents, sauf l’Antarctique. Retrouvez-la sur Instagram et Twitter.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Animaux
Comment les drones ont révolutionné l'étude des requins
Animaux
Comment sensibiliser nos enfants à la conservation des requins ?
Animaux
Loin d'être solitaires, les requins entretiennent des amitiés pendant des années
Photographie
11 photos incroyables qui révèlent le monde sous-marin caché
Voyage
Les plus belles aventures méditerranéennes

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.