Les baobabs sacrés de Madagascar sont menacés par un monde en pleine mutation

La photographie met en lumière la beauté, mais aussi les menaces auxquelles les célèbres paysages sauvages de l'île de Madagascar sont aujourd'hui confrontés.

De Sarah Gibbens
Publication 10 févr. 2023, 13:51 CET
La plus rare espèce de baobab au monde, Adansonia perriera, pousse dans la réserve spéciale d’Ankarana, ...

La plus rare espèce de baobab au monde, Adansonia perriera, pousse dans la réserve spéciale d’Ankarana, une forêt protégée au nord de Madagascar. Les scientifiques estiment qu’il ne reste qu’environ 200 arbres de cette espèce dans la nature. Ils sont menacés par le changement climatique, et pourraient prochainement faire face à un danger d’extinction dans leur habitat.

PHOTOGRAPHIE DE William Daniels, National Geographic

Si vous visitez la pointe sud-ouest de Madagascar, vous pourriez tomber sur un arbre tellement vieux qu'il porte le nom de « Grand-mère ». Ses trois tiges ont fusionné, conférant à son tronc l’allure d’un énorme pot arrondi. Ses plus vieilles tiges datant d’il y a 1 600 ans, Grand-mère a pris racine peu de temps avant qu’Atilla le Hun ne débute son carnage au 5e siècle.

Grand-mère est un baobab, une espèce appréciée dans le monde entier non seulement pour sa longévité, mais aussi pour sa couronne distinctive : cet enchevêtrement de branches chétives qui se déploient au sommet de l’arbre. Dans les récits originels, le baobab est connu comme l’arbre planté à l’envers par les dieux.

« Quand on se tient à côté du tronc, on ressent quelque chose de puissant », confie William Daniels, un photographe qui a parcouru les forêts de Madagascar pour prendre d’impressionnants clichés (présentés dans cet article) du charisme mystique des baobabs. « Il dégage une bonne énergie. »

Gauche: Supérieur:

Wilfred Ramahafaly, un spécialiste des baobabs, inspecte les impressionnants vestiges d'un baobab. Ramahafaly ne sait pas vraiment ce qui a provoqué la chute de cet arbre, mais il pense que la déforestation ou le changement climatique pourraient être en cause. Ces deux menaces qui pèsent sur l’environnement mettent en danger ces espèces d’arbres emblématiques.

Droite: Fond:

Le baobab de Suarez, Adansonia suarezensis, pousse à Cap Diego, une presqu’île du nord de Madagascar. Cette espèce est en danger d’extinction, et une étude publiée en 2021 a démontré que le changement climatique pourrait provoquer un déclin conséquent de son habitat d’ici à la fin du siècle. Le tronc de l’arbre présente des signes évidents de dégradation et pourrait donc bientôt tomber. 

Photographies de William Daniels, National Geographic

Les baobabs sont cependant en danger : ils constituent de potentielles victimes de la hausse des températures due au changement climatique. Des scientifiques avaient déjà tiré la sonnette d’alarme il y a cinq ans, lorsqu’ils ont étudié les causes de la mort de certains des baobabs les plus vieux et les plus grands du sud de l’Afrique. Lors d’études ultérieures, les chercheurs ont découvert que ces géants immémoriaux étaient vulnérables au changement climatique, et ont prédit que quatre des huit espèces de baobabs existantes pourraient s’éteindre d’ici à 2100. Grand-mère, qui appartient à l’une des espèces malgaches, est notamment concernée.

Les scientifiques essaient encore de déterminer si les baobabs peuvent s’adapter à leur environnement changeant, ou si des forêts de baobabs pourraient être replantées. Ils évaluent également quelles seraient les potentielles répercussions de la disparition des forêts de baobabs sur les plantes et les animaux qu’elles abritent. Les baobabs sont considérés comme une « espèce clé de voûte » : elle maintient l’écosystème en place. La perte d’une telle espèce affecterait ainsi l’intégralité du système. 

Gauche: Supérieur:

Des écoliers et écolières prennent un bateau en direction de la presqu’île de Cap Diego, où l’organisme à but non lucratif Le Jardin des Baobabs mène un projet de reboisement visant à replanter de nouveaux baobabs. Des milliards de dollars ont été dépensés pour protéger la biodiversité unique de Madagascar, mais une étude publiée récemment a révélé que ces projets n’avaient à l’époque pas réussi à impliquer les habitants et les chefs locaux.

Droite: Fond:

Des enfants observent des baobabs à travers la vitre d’un bateau. Ils apprendront dans la réserve à planter des baobabs, mais seront aussi sensibilisés à l’importance que revêt la protection de l'espèce.

Photographies de William Daniels, National Geographic

Un garçon tient un jeune baobab dans le Jardin des baobabs. Sous de bonnes conditions, un plant peut grandir pendant des centaines d’années. Les aires naturelles comme celle-ci ont le potentiel de non seulement protéger les arbres, mais aussi de fournir de la nourriture et de l’eau de manière durable aux populations locales.

PHOTOGRAPHIE DE William Daniels, National Geographic

UNE ÎLE AUX ESPÈCES RARES ET MENACÉES

Les baobabs sont originaires d’Afrique subsaharienne et d’Australie (où ne pousse qu’une seule espèce). Ils ont depuis été introduits en Inde, en Amérique du Sud, et dans des zoos et jardins du monde entier.

Mais leur présence à Madagascar n’en est pas moins cruciale.

L’île abrite l’une des biodiversités les plus riches au monde. Madagascar s’est définitivement détachée du continent africain il y a plus de 80 millions d’années et repose désormais loin des côtes du Mozambique, dans l’océan Indien. Ainsi, isolés depuis une éternité, 90 % des plantes et des animaux qui y ont évolué ne se trouvent nulle part ailleurs. Des sept espèces de baobabs présentes sur l’île, six ne poussent qu’à Madagascar.

« C’est l’une des caractéristiques les plus folles des baobabs malgaches », explique Nisa Karimi, botaniste et biologiste évolutionniste à l’Université du Wisconsin à Madison. « [Seule] une espèce prospère sur le continent africain, mais si on va à Madagascar, et on en peut en observer six. »

La richesse en baobabs de l’île relève en partie de sa géographie variée. Aussi grande que la Californie ou la Suède, elle présente de grandes variations d’altitude et des réseaux de rivières infranchissables qui délimitent des écosystèmes distincts où les arbres, les mammifères, les reptiles et les fleurs forment des niches. 

Comme les baobabs, des milliers de plantes et d’animaux font face à des menaces environnementales, comme les tortues, les caméléons et les pervenches

Les lémuriens, ces primates arboricoles à longue queue qui jouent pourtant un rôle central en tant que principaux pollinisateurs de plusieurs espèces de baobabs, sont eux aussi au bord du gouffre. Des 109 espèces de lémuriens de Madagascar, près d’un tiers d’entre elles sont sur au bord de l’extinction.

En ce qui concerne les baobabs, l’espèce Adansonia perrieri est en danger critique d’extinction : seuls 200 individus subsistent à ce jour. L’espèce pourrait donc s’éteindre à jamais.

D’après une étude publiée récemment dans la revue Nature Communications, l’enjeu écologique à Madagascar est si important que, si une seule espèce de mammifère venait à disparaître, il faudrait attendre 23 millions d’années pour voir ressurgir une biodiversité comparable.

Sur une petite péninsule proche du village d'Antsiranana, un baobab de Suarez tient un rôle solennel. Les bébés qui meurent avant leurs cinq mois sont amenés ici ou à d’autres arbres, et sont rattachés à une branche.

PHOTOGRAPHIE DE William Daniels, National Geographic
Gauche: Supérieur:

Près d’une réserve au nord de Madagascar, Seraphin, fermier et père de cinq enfants, transporte des sacs de charbon. Comme de nombreuses personnes vivant à la campagne, Seraphin complète ses fins de mois en vendant cette ressource. Pour fabriquer ce combustible dense, les producteurs doivent couper les arbres et les brûler dans les bonnes conditions.

Droite: Fond:

Dans le village d'Andavaquera, Sagrina, la femme de Seraphin, prépare le repas à l’aide de charbon, le principal combustible utilisé pour cuisiner à Madagascar. Le charbon est non seulement dangereux pour l’environnement, mais aussi pour la santé, car cuisiner avec ce combustible pollue dangereusement l’air intérieur.

Photographies de William Daniels, National Geographic

UN NOUVEAU CLIMAT POUR UN HABITAT ANCIEN

De nombreuses autres menaces d'origine humaine viennent compliquer le tableau, telles que la pauvreté, bien ancrée dans ce pays, qui est l'un des plus pauvres du monde : les agriculteurs, à la recherche de terres arables, participent à la déforestation. D’après une étude récemment publiée dans Science exposant les menaces qui pèsent sur la biodiversité malgache, le pays aurait perdu près d’un quart de son couvert végétal en l'espace de vingt ans, notamment à cause du bûcheronnage.

Afin de mieux protéger la biodiversité du pays, les auteurs de l’étude préconisent de suivre une série d’étapes : faire davantage d’efforts de conservation, étendre les zones protégées, réformer les pratiques agricoles, et remédier aux problématiques sociales qui contribuent à la perte en arbres. Un exemple concret : au sud de Madagascar, la sécheresse de ces deux dernières années est responsable d'une importante famine. En parallèle, l’est de Madagascar a subi un record de précipitations qui a provoqué des crues soudaines. Selon les estimations, la sécheresse et les précipitations extrêmes devraient toutes deux devenir de plus en plus courantes sur l’île, mais le pays n'a pas les ressources nécessaires pour faire face à ces catastrophes climatiques de plus en plus graves.

Pourtant, selon Maria Vorontsova, coautrice et botaniste aux jardins botaniques royaux de Kew à Londres (qui détiennent un baobab), il ne faut pas perdre de vue le fait que « le problème sous-jacent est bel et bien le changement climatique ».

 

LES ARBRES QUI SE DÉPLACENT POURRAIENT SURVIVRE

Face au changement climatique qui provoque des hausses de températures et transforme le système des précipitations, les arbres du monde entier sont en pleine migration. Dans les régions tempérées, les arbres ont commencé à se déplacer vers les pôles pour s’implanter dans des zones plus froides. 

Les scientifiques ont modélisé la manière dont l’augmentation des températures et la modification du régime des précipitations pourraient affecter les forêts de baobabs de Madagascar, et d’après leurs estimations, leur habitat devrait grandement perdre en superficie au cours de ces 100 prochaines années. Pour retrouver des conditions de croissance adéquates, les baobabs du nord de l’île devraient avoir besoin de migrer encore plus au nord, mais malheureusement pour eux, lorsqu'ils atteindront le rivage au nord, ils n'auront plus nulle part où se déplacer. Les scientifiques ont donc conclu que les espèces de baobab de Madagascar implantées le plus au nord devraient s’éteindre d’ici à 2100.

« Le changement climatique aura d'importants effets sur l’île », explique Ghislain Vieilledent, écologiste au CIRAD et coauteur de l’étude publiée dans Global Change Biology en 2021. « Nous ne savons pas précisément quelles en seront les conséquences, mais une chose est sûre : le changement sera radical et la biodiversité en sera profondément affectée. »

Rien n'assure toutefois que le pire scénario climatique utilisé dans le modèle de Vieilledent ne deviendra réalité. Il prend en compte un réchauffement de 4,9 °C en 2100, ce qui dépasse de loin l’objectif des Nations Unies consistant à maintenir le réchauffement en dessous des 2 °C. Il permet malgré tout de mettre en scène le changement climatique dans son expression la plus mortelle.

Sous un ciel couvert, un baobab de Suarez surplombe le paysage. Cette espèce peut atteindre les 25 mètres de haut, un exploit qu'il prend plusieurs siècles à accomplir. Les arbres de cette espèce poussent sur la côte nord de Madagascar ;  ils sont donc incapables de suivre leur climat de prédilection à mesure que ce dernier recule vers le nord.

PHOTOGRAPHIE DE William Daniels, National Geographic

LE BAOBAB EST-IL CONDAMNÉ ? PAS NÉCESSAIREMENT

En plus de travailler avec les communautés locales et de créer des aires protégées pour les baobabs, les scientifiques sont également en train de constituer des stocks d’ADN de baobabs dans l’espoir d'exploiter certaines de leurs caractéristiques (comme leur résistance à la sécheresse) pour les transférer éventuellement dans de futures générations d'arbres.

Selon Karimi, la botaniste de l’Université du Wisconsin, certains baobabs pourraient s’adapter à de nouvelles conditions, telles qu’une eau plus salée ou des paysages plus arides. Elle cherche à constituer avec ses collègues une collection de graines de baobabs afin de préserver les arbres qui seraient les plus à même de ressusciter les forêts dans ce monde en mutation.

« Nous faisons en sorte de collecter les graines pour reboiser [les forêts] en cas de changement climatique dramatique », souligne la botaniste.

William Daniels travaille sur des projets de documentaires à long terme. Il s’intéresse aux quêtes d’identités des populations humaines ainsi qu’aux conséquences du changement climatique. Son projet sur les baobabs est en cours.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.