Pourquoi tolère-t-on moins bien l'alcool avec l'âge ?

Une même quantité d'alcool est susceptible d'avoir un effet deux à trois fois plus important chez les sexagénaires ou les septuagénaires que chez les jeunes. Mais pourquoi ?

De Stacey Colino
Publication 5 juil. 2024, 11:43 CEST
NationalGeographic_2815373

Alors que nous vieillissons, notre capacité à métaboliser l'alcool diminue, faisant augmenter plus rapidement notre niveau d'alcool dans le sang. Si on ajoute cela à d'autres problèmes qui surviennent avec le vieillissement, comme la mauvaise acuité visuelle ou la perte de force et d'équilibre, consommer excessivement de l'alcool à un âge avancé pourrait entraîner des chutes ou des accidents. Cela devient encore plus compliqué pour ceux qui doivent prendre plusieurs médicaments.

PHOTOGRAPHIE DE Chiara Goia, Nat Geo Image Collection

Si vous avez remarqué que la consommation d'un ou deux cocktails a plus d'effet aujourd'hui que lorsque vous étiez plus jeune, ce n'est pas votre imagination.

Beaucoup ne réalisent pas que les hommes et les femmes développent une sensibilité croissante et une tolérance réduite à l'alcool à mesure qu'ils vieillissent. Il est important d'y faire attention, car une étude démontre que la consommation d'alcool augmente chez les personnes de soixante-cinq ans ou plus ces dernières années. De plus, la population des personnes âgées augmente rapidement du fait de l'allongement de la durée de vie, note George Koob, neuroscientifique et directeur du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism. « Il y a beaucoup de personnes qui ne connaissent pas les changements physiologiques liés à l'âge qui conduisent à des taux d’alcool plus élevés et à des altérations plus importantes du comportement et la cognition. »

« Les effets peuvent être furtifs dans le sens où on va souvent penser, Eh bien, je pouvais boire X verres, mais on ne peut pas nécessairement reprendre là où on s'est arrêté car on est plus âgés », explique Michael Weaver, directeur médical du Centre de recherche neurocomportementale sur la toxicomanie de l'Université du Texas Health Science Center à Houston, aux Etats-Unis. « Il y a énormément de changements physiologiques quand on vieillit. »

La vérité, c'est que prendre un verre lorsqu'on a soixante ou soixante-dix ans pourraient avoir l'effet de deux ou trois cocktails.

 

CE QUI SE CACHE DERRIÈRE CETTE TOLÉRANCE RÉDUITE

Alors que l'on vieillit, le corps change. Au cours des décennies, par exemple, la composition du corps d'une personne change. Le pourcentage de graisse dans le corps a tendance à augmenter lorsque l'on vieillit, et ça même si le poids ne change pas et la quantité d'eau dans le corps diminue.

Une étude de 2023 issue du journal Kidney Research and Clinical Practice a mis en exergue que chez les personnes de poids est normal, la quantité d'eau représente 62 % entre trois et dix ans. Suite à cela, la quantité d'eau reste sable chez les hommes et baisse jusqu'à 55 % chez les femmes entre onze et soixante ans. À l'âge de soixante-et-un ans, la quantité d'eau dans le corps diminue pour les deux sexes : jusqu'à 57 % chez les hommes et 50 % chez les femmes.

La réduction de la quantité d'eau dans le corps est significative, car « l'alcool est une substance soluble dans l'eau », explique Alison Moore, directrice de l'Institut Stein pour la recherche sur le vieillissement et du Centre pour le vieillissement en bonne santé de l'université de San Diego. Comme nous avons moins d'eau dans le corps en vieillissant, « si vous buvez la même quantité d'alcool à quatre-vingts ans que ce que vous buviez à trente, votre taux d'alcool sera bien plus élevé » et vous vous sentirez enivré bien plus tôt.

Gardez à l'esprit que les femmes, à n'importe quel âge, sont plus sensibles aux effets de l'alcool car, à poids égal, elles ont moins d'eau dans leur corps que les hommes. Les femmes ont également moins d'enzymes digestives qui contribuent au métabolisme de l'alcool, déclare Moore. Résultat, si un homme et une femme pesant chacun soixante-huit kilos boivent la même quantité d'alcool, la femme aura un niveau d'alcool plus élevé que l'homme. Et bien que ce soit vrai pour n'importe quel âge, ça veut aussi dire que les femmes seront encore plus sensibles aux effets de l'alcool en vieillissant.

Par ailleurs, la capacité des personnes à métaboliser l'alcool change avec l'âge, car l'activité des certaines enzymes, telles que l'alcool déshydrogénase, l'aldéhyde déshydrogénase et le cytochrome P450 2E1 qui traitent l'alcool, diminue avec l'âge, explique Olivera Bogunovic, professeure adjointe de psychiatrie à la Harvard Medical School et directrice médicale du programme ambulatoire sur l'alcool, les drogues et la toxicomanie à l'hôpital McLean.

En conséquences, « les effets de l'alcool s'accumulent plus rapidement et durent plus longtemps », explique Stephen Holt, spécialiste de la médecine des addictions et professeur associé de médecin à la Yale School of Medicine.

Le cerveau devient également plus sensible aux effets de l'alcool lorsque l'on vieillit, déclare Moore. « Cela peut rendre les personnes plus enclines à développer des problèmes de coordination ou d'équilibre », augmenter les risque de chutes. Cela peut aussi affecter votre jugement, le temps de réaction et la capacité à conduire.

Pris ensemble, « tous ces changements physiologiques s'additionnent », déclare Weaver. « C'est un changement progressif au cours de l'âge adulte. »

En d'autres mots, le changement n'est pas brutal. Les changements physiologiques commencent à la quarantaine et s'accentuent nettement à partir de la soixantaine, explique Moore.

 

LE RISQUE DE PRÉJUDICE

On néglige souvent le fait que les adultes les plus âgés prennent souvent plus de médicaments que les plus jeunes, et de nombreusx médicaments sous prescription, y compris certains anticoagulants, sédatifs et traitements du diabète, ainsi que des médicaments en vente libre, comme les analgésiques et les somnifères, peuvent avoir des effets problématiques s'ils sont combinés avec l'alcool.

Ce risque existe surtout avec les médicaments qui sont métabolisés par le foie, explique Holt. « L'alcool peut ralentir le métabolisme des médicaments ou les médicaments peuvent altérer le métabolisme de l'alcool. »

Ces effets pourraient rendre les médicaments plus ou moins efficaces. Ou alors, ils pourraient créer des effets secondaires comme une somnolence accrue ou un risque accru d'hémorragie digestive, précise Moore. Si vous prenez des médicaments, lisez attentivement la notice et demandez conseil à votre médecin ou pharmacien pour savoir si vous devez vous abstenir de boire de l'alcool.

On pensait autrefois qu'une consommation d'alcool modérée était bénéfique pour la santé, mais les experts reconnaissent aujourd'hui qu'une consommation régulière d'alcool peut avoir diverses conséquences néfastes pour la santé. « Elle peut exacerber la dépression, augmenter la tension artérielle et entraîner des troubles du rythme cardiaque », explique Koob.

L'alcool perturbe également le sommeil. Parfois, les gens prennent un digestif pour parvenir à s'endormir. Selon Bogunovic, « souvent, ils ne réalisent pas que l'alcool perturbe le sommeil, ce qui les amène à passer moins de temps en sommeil profond et à avoir un sommeil plus fragmenté ». Cela peut devenir particulièrement problématique avec l'âge quand on sait que l'insomnie et autres troubles du sommeil deviennent plus communs à un âge plus avancé.

Par ailleurs, les risques de développer de nombreuses maladies chroniques augmentent avec l'âge, et la consommation d'alcool peut amplifier certains de ces risques. La consommation régulière d'alcool présente un risque majeur pour les maladies du foie et le cancer de la tête et du cou, et la consommation chronique d'alcool a été associée à une accélération du déclin cognitif lié à l'âge et à l'atrophie du cerveau. Des recherches démontrent que boire ne serait-ce qu'une boisson alcoolisée par jour augmente le risque pour une femme de développer le cancer du sein, en particulier pour les tumeurs à récepteurs d'œstrogènes positifs.

De plus, avec l'âge, on souffre souvent de pathologies telles que l'insuffisance cardiaque, les maladies hépatiques ou rénales, l'apnée obstructive du sommeil ou des maladies pulmonaires, explique Holt, et « lorsque vous ajoutez de l'alcool à ces pathologies, elles deviennent plus dangereuses. »

 

JOUER LA CARTE DE LA SÉCURITÉ

En fin de compte, le calcul risque/plaisir de la consommation d'alcool doit être envisagé au cas par cas, en fonction de votre état de santé actuel, votre consommation de médicaments, parmi d'autres facteurs, affirment les experts. « Je ne pense pas que l'alcool soit mauvais, mais c'est une consommation plus risquée en vieillissant, et il faut faire plus attention », déclare Moore.

Si vous buvez de l'alcool, « assurez-vous de contrôler ce que vous faites », déclare Koob, et « de savoir ce que représente un verre ». En fonction de l'endroit où vous allez et de la personne qui vous sert, une boisson alcoolisée peut paraître différente. Mais la définition d'une « boisson standard » est cohérente : 350 mL de bière, 145 mL de vin ou 14 mL de boisson alcoolisée distillée, comme la vodka, le gin ou la tequila.

La recommandation pour une consommation modérée d'alcool est de deux verres maximum par jour pour les hommes et d'un verre par jour pour les femmes. Compte tenu des changements physiologiques liés à l'âge dans la façon dont les gens réagissent à l'alcool, certains experts estiment que les critères devraient être modifiés pour les adultes plus âgés, peut-être en limitant la consommation à un verre par jour après l'âge de soixante-cinq ans.

Lorsque vous buvez, essayez de prendre un repas ou une collation avant de prendre un cocktail ou de boire un verre de vin avec un repas, ce qui ralentira l'absorption de l'alcool, explique Weaver. Veillez également à boire beaucoup d'eau ou des boissons non-alcoolisées, peut-être en les alternant avec les boissons non-alcoolisées, afin de rester hydraté.

« Le fait d'être entouré d'amis et de membres de la famille est très important lorsque l'on prend de l'âge », explique Holt. « Faites simplement attention lorsque vous essayez de continuer à boire avec des amis plus jeunes et des membres de la famille. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

les plus populaires

    voir plus

    les plus populaires

      voir plus
      loading

      Découvrez National Geographic

      • Animaux
      • Environnement
      • Histoire
      • Sciences
      • Voyage® & Adventure
      • Photographie
      • Espace
      • Vidéos

      À propos de National Geographic

      S'Abonner

      • Magazines
      • Livres
      • Disney+

      Nous suivre

      Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.