Le cancer colorectal est en augmentation chez les jeunes adultes

Selon les spécialistes, de nombreux facteurs tels que les gènes, les faibles taux de dépistages et les inégalités dans l'accès aux soins de santé pourraient être à l'origine de cette tendance préoccupante.

De Tara Haelle
Publication 17 mars 2023, 16:37 CET
M1340298-Colon_cancer

Cette radiographie abdominale colorisée montre un cancer du côlon ascendant. La tumeur apparaît comme une ombre ovale au-dessus de l'os pelvien droit (à gauche sur l'image).

PHOTOGRAPHIE DE SCIENCE PHOTO LIBRARY

Bien que souvent perçu comme une maladie réservée aux personnes âgées, aujourd’hui, un cas sur cinq de cancer colorectal survient chez des personnes de moins de 55 ans, contre un cas sur dix en 1995, selon une étude publiée récemment par la American Cancer Society.

Les scientifiques parviennent à déterminer avec certitude les raisons de cette tendance préoccupante, mais un nouvel article publié dans Science suggère qu’un certain nombre de facteurs pourraient y contribuer, tels que l’environnement et les gènes du patient. Les faibles taux de dépistage et les erreurs de diagnostic sont probablement aussi en cause.

« Nous arrivons à un point où nous ne devrions plus voir le cancer colorectal comme une maladie qui ne touche que les personnes âgées », avertit Andrew Chan, professeur de médecine à la Harvard Medical School et vice-président du service de gastro-entérologie du Massachusetts General Hospital.

Gauche: Supérieur:

Le 13 mars 2023, des survivantes du cancer posent pour une photo devant une œuvre de sensibilisation au cancer colorectal sur le National Mall, dans la ville de Washington. L’œuvre est une représentation visuelle des plus de 27 400 personnes de moins de 50 ans qui devraient, selon les estimations, recevoir un diagnostic de cancer colorectal en 2030.

PHOTOGRAPHIE DE Paul Morigi, Getty Images for Fight Colorectal Cancer
Droite: Fond:

Le cancer du côlon est l'un des cancers les plus répandus dans le monde occidental. Ceci est une micrographie électronique à balayage (MEB) de cellules cancéreuses colorectales. Les adénocarcinomes du côlon et du rectum commencent généralement par une excroissance de tissu appelée polype, que l'on peut souvent retirer avant qu'il ne devienne cancéreux lors d'une coloscopie de routine. Les symptômes incluent des saignements rectaux et des douleurs abdominales. Le traitement consiste en une intervention chirurgicale visant à retirer la zone affectée.

Micrographie de Steve Gschmeissner, SCIENCE PHOTO LIBRARY

Les résultats ont également révélé une augmentation des diagnostics de stade avancé de la maladie, ce qui est particulièrement inquiétant puisque « en proposant un dépistage qui permet de détecter et d’éliminer les lésions précancéreuses, [les coloscopies sont] un excellent outil de prévention et de détection précoce du cancer colorectal », affirme Rebecca Siegel, l’autrice principale de l’étude et directrice scientifique principale de la recherche sur la surveillance du cancer à l’American Cancer Society. Si le cancer est détecté suffisamment tôt, les taux de guérison s’élèvent à 90 %.

Au vu de l’augmentation des nombres de cas chez les jeunes adultes, en mai 2021, le Groupe de travail des services préventifs des États-Unis a modifié ses recommandations : les dépistages sont désormais recommandés dès l’âge de 45 ans, au lieu de 50 ans, mais les personnes présentant des facteurs de risque pourraient avoir à commencer encore plus tôt, indique Siegel, qui rappelle que près d’un tiers des cancers colorectaux sont associés à des antécédents familiaux.

« Jusqu’à ce que ces tendances commencent à s’inverser, nous devrons continuer à réfléchir aux stratégies appropriées que nous devrions adopter pour endiguer cette augmentation des maladies précoces », soutient Chan.

 

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE ?

Les scores de risque génétique peuvent constituer un indicateur efficace pour identifier les personnes les plus susceptibles de développer un cancer colorectal à un âge précoce. Selon Marios Giannakis, oncologue au Dana-Farber Cancer Institute et co-auteur de l’article publié dans Science, ils seraient toutefois plus efficaces s’ils tenaient compte de l’interaction avec les facteurs environnementaux.

Il faudrait pour cela mener des études à long terme sur de vastes populations afin de parvenir à déterminer quels sont les facteurs environnementaux en cause. Ces études sont néanmoins coûteuses et difficiles à réaliser, car pour être les plus efficaces possible, l’idéal est de collecter des échantillons de selles, de sang et de tissus de façon régulière dans le temps.

Bien que, à première vue, la responsabilité des facteurs liés au mode de vie dans l’apparition précoce de la maladie semble être évidente, la réalité n’est pas aussi simple. L’excès de poids augmente le risque de cancer colorectal, explique Siegel, mais seulement 5 % des cas sont réellement attribués à ce facteur. Ce facteur est par ailleurs principalement associé aux tumeurs du côté droit du côlon, et non du côté gauche, qui est la zone dans laquelle la American Cancer Society a observé l’augmentation.

De plus, alors que l’excès de poids constitue un facteur de risque plus important chez les hommes que chez les femmes, la tendance de la maladie est la même chez tous les jeunes adultes.

« L’alimentation, l’obésité et l’inactivité physique peuvent être à l’origine d’une partie de cette augmentation, mais pas de sa totalité. D’autres facteurs restent à découvrir, et je pense que c’est sur ces facteurs que nous devons vraiment nous concentrer, car ce sont eux qui auront potentiellement le plus d’impact sur la réduction de l’incidence de la maladie », affirme Chan.

L’article de Giannakis avertit que la consommation accrue de boissons sucrées, de viande rouge et de viande transformée constitue également des facteurs potentiels. « Les antibiotiques, les toxines environnementales plus omniprésentes et les taux plus élevés de césariennes et d’autres procédures chirurgicales » pourraient également être en cause.

Tous ces facteurs ont en commun un effet sur le microbiome, qui est l’ensemble des bactéries et autres micro-organismes qui peuplent le système digestif humain. Mark A. Lewis, directeur de l’oncologie gastro-intestinale à Intermountain Health dans l’Utah, soulève quant à lui que l’apparition précoce de la maladie s’explique au moins « partiellement par l’utilisation d’antibiotiques pendant l’enfance et le début de l’âge adulte, comme l’a montré de manière très convaincante » une étude réalisée en 2019 au Royaume-Uni.

 

N'IGNOREZ PAS LES SYMPTÔMES

Il est difficile de déterminer si l’augmentation des cas est davantage due à des facteurs de risque plus importants, ou à un taux de dépistage trop faible, en particulier dans les zones rurales ou à faibles revenus. Il est probable que ce soit un peu des deux, propose Rishi Naik, professeur adjoint de médecine en gastro-entérologie, hépatologie et nutrition au Centre médical de l’Université Vanderbilt.

Les lacunes en matière de dépistage sont évidentes : 27 % des jeunes adultes diagnostiqués sont à un stade avancé de la maladie, contre 20 % des adultes plus âgés. Les taux de survie sont similaires d’un âge à l’autre, mais les patients plus jeunes reçoivent généralement un traitement plus agressif et présentent moins d’autres pathologies.

Comprendre : le cœur

« Nous craignons que cela n’indique également un fonctionnement biologique plus agressif pour des raisons que nous devons comprendre », reprend Giannakis, mais nous ne savons pas encore avec certitude si la maladie est plus agressive chez les jeunes, si elle est simplement détectée trop tard, ou les deux. L’article de Siegel indique que les patients symptomatiques de moins de 50 ans mettent 40 % plus de temps à recevoir un diagnostic que les patients plus âgés.

« Il est important pour les patients et les professionnels de santé de rechercher activement les symptômes et les signes inquiétants, tels que les saignements rectaux et les carences en fer inexpliquées, afin de s’assurer qu’ils ne sont pas causés par un cancer colorectal insoupçonné, et ce quel que soit l’âge du patient », recommande Reid Ness, professeur agrégé de médecine en gastro-entérologie, hépatologie et nutrition au Centre médical de l’Université Vanderbilt.

Les symptômes les plus courants du cancer colorectal chez les jeunes patients sont les douleurs abdominales, la perte de poids inexpliquée, les changements dans la fréquence, la taille ou l’apparence des selles, et les saignements rectaux, qui surviennent dans 46 % des cas d’apparition précoce, contre 26 % des cas chez les adultes de plus de 50 ans.

« Les jeunes ont tendance à penser que, comme ils sont jeunes et en bonne santé, s’ils présentent des symptômes, le problème est forcément passager ou peu préoccupant », raconte Chan. Pour Siegel, il est fondamental de lutter contre les tabous et la stigmatisation, car les patients ne se sentent pas toujours à l’aise lorsqu’ils doivent parler de leurs symptômes rectaux. Il faut également s’assurer que les médecins prennent les symptômes suffisamment au sérieux.

« Parfois, les histoires les plus malheureuses sont celles de patients à qui l’on dit qu’ils n’ont qu’une hémorroïde et qui, quelques mois plus tard, sont atteints d’un cancer du côlon métastatique », déplore Naik. « S’ils présentent des symptômes, ils ont besoin de passer une coloscopie, et pas seulement de faire un test basé sur les selles. »

 

LE RÔLE DES INÉGALITÉS

Tout comme pour la tendance observée chez les jeunes, les disparités raciales et ethniques constatées dans les taux de cancer colorectal et de décès sont probablement dues à la fois à des facteurs de risque plus importants, et à des taux de dépistage et d’accès aux soins de santé plus limités.

Siegel souligne dans son article que les autochtones d’Alaska présentent les taux de cancer colorectal les plus élevés au monde. Ils affichent près de deux fois plus de cas que les populations blanches, et quatre fois plus de décès. Les cas augmentent de 2 % par an, et il s’agit du type de cancer le plus diagnostiqué dans ce groupe.

Selon l’étude de Siegel, une carence en vitamine D due à une moindre exposition au soleil, mais aussi le tabagisme, l’obésité et une alimentation riche en poissons fumés et pauvre en fibres, fruits et légumes constituent des facteurs de risque possibles pour ces populations.

Les inégalités en termes de nombre de cas et de décès sont encore plus frappantes dans les populations afro-américaines, dans lesquelles le nombre de cas est 21 % plus élevé, et le taux de mortalité 44 % plus élevé que dans les populations blanches. Le taux de survie à trois ans pour le cancer colorectal métastatique est de 30 % pour les patients diagnostiqués entre 2016 et 2018, contre 25 % dix ans plus tôt ; chez les patients noirs, ce taux est toutefois resté à 22 %, probablement en raison de l’accès plus limité à des traitements avancés, selon Siegel et ses co-auteurs.

Les inégalités géographiques sont également dues, au moins en partie, à des taux plus élevés de tabagisme et d’excès de poids, ainsi qu’à des revenus plus faibles et à un accès plus restreint aux soins de santé, indique Siegel.

« Si vous comparez une carte de la pauvreté avec une carte de la mortalité due au cancer colorectal par région, vous constaterez qu’elles sont étonnamment similaires. » L’excès de poids et une mauvaise alimentation sont plus fréquents pour les personnes à faibles revenus, les aliments transformés étant moins chers et moins susceptibles de se périmer rapidement que les aliments frais.

Les disparités sont également la conséquence d’un manque d’informations sur les options de dépistage autres que la coloscopie, souligne Naik. Pour passer une coloscopie, les patients doivent obligatoirement se rendre dans des centres médicaux, qui sont plus rares en Alaska et dans les zones rurales. Elles impliquent aussi généralement une anesthésie générale : le patient doit donc s’absenter de son travail et se faire raccompagner chez lui par une autre personne, qui peut également avoir à s’absenter de son travail ; une situation globalement plus difficile pour les personnes à faibles revenus.

« Bien que la coloscopie soit l’examen de référence pour le dépistage du cancer du côlon, ce n’est pas la seule option », soulève toutefois Naik. « Nous disposons également de tests de dépistage basés sur les selles, qui peuvent être effectués dans le confort de votre domicile. » Le rôle des professionnels de santé est essentiel pour encourager le dépistage, mais « les systèmes de santé doivent également faire de leur mieux pour impliquer les communautés au niveau des programmes. »

Ness pousse cette idée encore plus loin. « La plus grande source de disparité dans l’incidence et dans la mortalité du cancer colorectal reste le faible taux de dépistage chez les personnes qui n’ont pas de mutuelle et ont de faibles revenus. » Tant que les soins de santé (y compris le dépistage du cancer colorectal) ne seront pas accessibles à tous, de manière universelle, nous continuerons à observer de telles disparités.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.