Voyage

Une parfaite journée d’hiver en Slovénie

Direction les pentes de Rogla, où vous pourrez vous adonner au ski, au snowboard et aux randonnées en raquettes dans le cadre pittoresque du Pohorje. Mercredi, 20 février

De Matt Carroll

Lorsque vient l’hiver, nous avons tendance à le fuir. Mais en Slovénie, la saison froide est accueillie à bras ouverts et célébrée. Le vert vif de l’été est recouvert d’une couche de neige immaculée dès les premières bourrasques. L’œuvre de Mère Nature, qui enveloppe tout d’un voile de mystère.
 
L’hiver est l’époque idéale pour laisser (littéralement) votre marque dans le paysage enneigé, que vous soyez un skieur ou un snowboardeur pur et dur ou que vous préfériez le calme et la solitude d’une randonnée en raquettes. Toutes ces activités figuraient sur mon programme du jour. Je regardais les quelques premiers flocons qui tombaient, emportés par la brise, depuis le bord de la vallée de Jezersko. Aucun doute : l’hiver arrivait et j’en étais ravi.

À peine une heure et quelques minutes plus tôt, j’arpentais les petites rues pavées et les anciennes ruelles de la capitale du pays, Ljubljana, où des baristas post-hipsters fouettaient des cafés cold brew (infusés à froid) et où les galeries d’art contemporain se livraient un combat acharné pour attirer les passants. La géographie des destinations traditionnelles européennes vous contraint à choisir entre une escapade dans une ville animée ou la théâtralité des montagnes. Mais à Ljubljana, comme j’étais sur le point de le découvrir, vous pouvez voir les deux en une journée.

Installé au volant d’une voiture de location, le programme était le suivant : partir en direction de l’Est jusqu’au Pohorje à la recherche de neige fraîche, une bonne quantité de neige étant tombée sur la station de ski de Rogla. Mais je voulais d’abord admirer le Jezersko, une large et paisible vallée au milieu des imposants pics, agglutinés ensemble comme s’ils faisaient des messes basses. Si de l’autre côté de la frontière, en Autriche, les pistes sont envahies de skieurs chaque hiver, du côté slovène, j’avais le sentiment d’avoir la vallée pour moi tout seul.
 

De gros flocons tombaient désormais : il était temps de se mettre en route. Mais à ma grande surprise, quelques heures plus tard, alors que je me garais à la station de Rogla, les nuages gorgés de neige avaient laissé place à un ciel bleu. Les pentes recouvertes d’un étincelant tapis de poudreuse fraîche m’attendait.

La Slovénie est décrite comme une terre de contrastes, et c’est on ne peut plus vrai pour les amateurs de ski. Si, dans le Nord-Ouest du pays, les stations à l’image de Vogel rappellent les Alpes avec leurs sommets escarpés atteignant jusqu’à 1 800 mètres d’altitude et surplombant les eaux azures du lac de Bohinj, Rogla évoquait plutôt l’Est du Canada, avec ses collines douces, ondoyantes et tapissées d’arbres qui s’étendent à perte de vue.

Pour ce qui est du ski à Rogla, ou dans mon cas du snowboard, tout est à taille humaine et c’est bien agréable ! Il y a en tout 13 pistes damées, qui feront le bonheur de tous, que l’on soit débutant ou plus expérimenté. La plupart des locaux étant au travail, j’ai passé la matinée à profiter de la poudreuse fraîche, qui tombait en cascades tandis que j’inscrivais ma signature sur les pentes sous un grand soleil.

Après m’être octroyé une pause en milieu de matinée le temps d’un expresso, j’étais redescendu pour l’heure du déjeuner. Des côtes de porc accompagnées d’une purée de pommes de terre, tous deux produits localement, m’ont redonné des forces, si bien que mon dessert prit la forme d’une randonnée en raquettes.

Rogla est entourée d’une multitude de sentiers de randonnée en raquettes, qui vous conduisent dans ce qui semble être un territoire inexploré. Vous pouvez vous offrir les services d’un guide, mais j’étais heureux d’aller me promener seul. Quelques minutes après avoir quitté le magasin de location, je me frayais déjà un chemin parmi les bouleaux verruqueux, dans un silence que seul venait rompre le craquement de la neige intacte sous mes pieds.

À plusieurs reprises, je me suis surpris à faire une pause pour profiter du moment, laissant mes yeux vagabonder sur les clairières calmes et lissées par la neige qui se trouvaient devant moi. Ce n’est pas tous les jours que vous entendez un silence aussi total. Alors que le soleil commençait à se coucher, le ciel s’est paré de nuances de rouge et d’orange, et des taches de lumière ont transformé la neige fraîche en un tapis cristallin.

Il n’existe qu’une seule façon de conclure une journée comme celle-ci : en s’installant au coin d’un feu de cheminée crépitant. Moins d’une heure après que la pénombre a tombé sur une parfaite journée hivernale, c’est exactement l’endroit où j’ai pris place.

 

À VOIR

Après avoir pris un petit-déjeuner copieux dans l’un des cafés faisant face à la rivière qui traverse Ljubljana, partez pour le lac de Bled, où le château médiéval éponyme garde l’œil sur les eaux bleu ciel. En hiver, le lac gèle souvent et se transforme alors en l’une des patinoires les plus pittoresques au monde.

Lire la suite