Du sauna au bain glacé : les meilleures destinations pour en faire l'expérience

Des jjimjilbangs sud-coréens aux saunas finlandais, ces spas se sont spécialisés dans une pratique traditionnelle aux nombreuses vertus thérapeutiques qui consiste à faire passer son corps d'une chaleur intense à un froid glacial.

De Terry Ward
Publication 30 janv. 2024, 18:19 CET
DSC_2288

En Laponie suédoise, un client de l'hôtel-spa Arctic Bath se prépare à plonger dans les eaux glaciales du fleuve Luleälven. L'établissement propose des « bains contrastes », une pratique traditionnelle nordique et asiatique qui consiste à alterner des températures très froides et très chaudes.

PHOTOGRAPHIE DE TED LOGARDT

Nombreux sont les voyageurs qui ont déjà goûté aux plaisirs d’un bain de vapeur dans un onsen japonais ou un hammam turc, mais trop peu ont découvert le monde des « bains contrastes », qui consistent à immerger son corps dans une chaleur intense avant de le plonger dans un froid glacial.

Des saunas finlandais aux banias russes, les bains contrastes sont un élément incontournable des mois d’hiver dans les climats nordiques. En effet, bien que cette pratique ne semble pas très agréable au premier abord, les changements de températures extrêmes présentent des avantages indéniables aussi bien pour le corps que pour l’esprit.

Cet effet chaud-froid « donne une sorte de coup de fouet qui peut accroître le sentiment de bien-être », explique Michael Fredericson, médecin du sport et codirecteur du Stanford Center on Longevity. « Nous ne comprenons pas encore bien le fonctionnement de ce mécanisme, mais il est possible que l’amélioration de l’humeur qui en découle soit liée au système nerveux sympathique. »

Selon une analyse réalisée en 2022, des sujets qui s’étaient immergés dans de l’eau à une température comprise entre -5 et 15,5 °C ont estimé qu’il s’agissait d’un « outil très efficace pour la récupération musculaire à la suite d’un exercice de haute intensité ». L’eau chaude dilate les vaisseaux sanguins et l’eau froide les resserre, ce qui augmente en effet le flux sanguin et l’oxygénation des tissus et accélère la guérison. « Du point de vue de la santé, il y a de nombreuses raisons de le faire », affirme Fredericson.

Partez à la découverte de ce rituel traditionnel aux étonnants bienfaits en allant visiter les pays d’Europe et d’Asie qui l’ont perfectionné.

Gauche: Supérieur:

En Finlande, les adeptes du sauna utilisent souvent une vihta, une branche de brindilles de bouleau tressées et ramollies dans l'eau, pour frotter et masser leur corps.

Droite: Fond:

Lors d'un rituel Aufguss dans un sauna finlandais, des huiles essentielles sont versées sur des pierres chaudes, remplissant ainsi la pièce de vapeur parfumée.

Photographies de Julia Knop, Laif, Redux

 

LES SAUNAS FINLANDAIS

Bien que ces bains se répandent désormais à travers le monde, ils trouvent leurs origines dans différentes cultures d’Europe et d’Asie qui le pratiquent depuis des centaines d’années, voire plus longtemps encore.

Des pays nordiques tels que la Suède et la Finlande en sont particulièrement friands. « Les saunas et les bains de sudation existent depuis que les humains ont commencé à s’installer dans des endroits précis », révèle Laura Seesmeri, chercheuse en patrimoine culturel à l’Université de Turku, en Finlande.

Les saunas d’Europe du Nord ont vu le jour il y a environ 2 000 ans sous une forme bien particulière : des fosses chauffées au feu de bois et recouvertes de peaux d’animaux. Ils se sont ensuite transformés en huttes chauffantes et, au milieu du 20e siècle, de nouvelles sources de chaleur ont vu le jour, les réchauds électriques ayant commencé à prendre la place des braises fumantes traditionnelles.

Le sauna est si important dans la vie quotidienne des Finlandais qu’il a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2020. Le pays, qui compte environ 5,5 millions d’habitants, possède pas moins de 3,3 millions de saunas privés et publics, et ces derniers ont même leur place dans le folklore national : le Kalevala, épopée finnoise du 19e siècle, dépeint par exemple les dieux nordiques se prélassant dans la vapeur, et selon la légende, des saunatonttu (esprits du sauna) garderaient même les saunas et apprendraient leur bon usage à leurs visiteurs.

« Le sauna est perçu comme le moment qui sépare le quotidien du sacré », reprend Seesmeri. De nombreux Finlandais commencent leur week-end par un sauna (chauffé à une température comprise entre 80 et 110 °C) le samedi : ils transpirent jusqu’à l’épuisement, puis sortent afin d’aller plonger dans un lac glacial, prendre une douche froide, ou plus simplement, se rouler dans la neige.

Si vous décidez d’aller visiter la Finlande, vous pouvez découvrir ce rituel au sauna Löyly à Helsinki : situées dans un bâtiment contemporain élégant, les espaces de sauna chauffés au bois offrent une vue imprenable sur les eaux froides de la mer Baltique, accessible facilement depuis l’établissement. Dans le sud-ouest de la Finlande, vous trouverez également l’Ispoinen Beach Sauna, situé le long du détroit de Pitkäsalmi.

Dans les étendues sauvages de la Laponie suédoise, l'établissement Arctic Bath propose des saunas, des jacuzzis en plein air et une piscine froide à ciel ouvert.

PHOTOGRAPHIE DE TED LOGARDT

 

LES KALLBADS SUÉDOIS

Les Suédois s’adonnent eux aussi à des baignades glacées suivies de séances de sauna brûlant dans des kallbadhus (centres de bains froids) le long du détroit de l’Øresund, ou au bord de la mer Baltique. Des grands palaces historiques tels que le Kallbadhuset Varberg, un bâtiment vieux de plus de 120 ans doté d’un dôme et perché au-dessus de l’eau sur des pilotis, à des édifices plus contemporains comme le Karlshamns Kallbadhus, qui semble flotter au-dessus de la mer tel un vaisseau spatial, ces établissements relaxants sont divers et variés.

Dans l’extrême nord de la Laponie suédoise, l’hôtel Arctic Bath propose des plongeons glacés dans le fleuve Luleälven (accessible une grande partie de l’année par un trou creusé dans la glace épaisse) entrecoupés de séances de sauna en intérieur et de jacuzzi à ciel ouvert.

Selon l’usage, les personnes qui prennent un kallbad le font en passant d’une séance de sauna chaud à un bain glacial à trois reprises. « La première fois que vous entrez dans la mer, vous vous débarrassez de la saleté sur votre corps », explique Mia Jansson, porte-parole du gouvernement du comté de Scanie, qui regorge d’établissements de bains. « La deuxième fois, après 15 minutes supplémentaires dans le sauna, on se débarrasse des soucis, puis, la troisième fois, on commence à construire quelque chose de nouveau. »

 

LES SPAS SUD-CORÉENS

La propreté tenant une place importante dans de nombreuses cultures asiatiques, de nombreuses traditions liées aux bains, telles que les hammams en Turquie et les jjimjilbangs en Corée du Sud, ont vu le jour au fil des siècles. Les origines des bains sud-coréens remonteraient au 15e siècle, époque durant laquelle les prêtres bouddhistes s’occupaient de leurs groupes de fidèles dans des salles d’argile chauffées au feu. Durant les rituels de purification, les participants s’allongeaient sur des nattes imbibées d’eau, ce qui contribuait à produire de la vapeur.

Cette culture des bains intérieurs en Corée du Sud s’est développée au début du 20e siècle, notamment à la suite de l’occupation du pays par les Japonais, qui y ont importé certains éléments liés à leurs onsens traditionnels. Alors que l’État s’enrichissait et se modernisait, les Sud-Coréens pouvaient désormais s’offrir des salles de bains privées à leur domicile. Dans les années 1990, les jjimjilbangs étaient ainsi passés d’un lieu de propreté à un lieu destiné à retrouver ses proches.

Gauche: Supérieur:

Des clients se baignent dans une piscine extérieure avec vue sur la plage de Haeundae au Paradise Hotel de Busan, en Corée du Sud. La société gère également un hôtel et un jjimjilbang (bain traditionnel) du même nom près de l'aéroport international d'Incheon, à Séoul.

Droite: Fond:

Le spa du Paradise Hotel de Busan propose des bains dans de l'eau de source naturelle ainsi que des saunas avec vue sur l'océan.

Photographies de CHANG W LEE, The New York Times, Redux

Pour de nombreux Coréens, le passage du chaud au froid « offre de nombreux avantages pour la santé », selon Lachlan Woodland, agent de voyage chez InsideAsia Tours, qui propose souvent la découverte des jjimjilbangs à ses clients. « Ils pensent que cela permet de libérer les toxines, de renforcer la peau et de soulager les douleurs et les maux. »

Les jjimjilbangs modernes se composent de plusieurs bassins chauds, tièdes ou froids, de saunas dotés de différents éléments (charbon de bois, améthyste) supposés favoriser la guérison, ainsi que de chambres glacées pour se rafraîchir. Les familles et les groupes y restent pendant des heures afin de se prélasser sur des ondols, des sols en pierre chauffés, et de manger dans les restaurants de l’établissement. Des gommages corporels intenses, qui ne conviendront pas aux plus pudiques, sont également effectués par des employés vêtus uniquement de leurs sous-vêtements.

La Corée du Sud abrite des milliers de jjimjilbangs. L’Insadong Spa & Sauna, au centre-ville de Séoul, et le Spa Land Centrum City, à Busan, comptent parmi les meilleures adresses. L’établissement de Busan est un complexe tentaculaire composé de saunas à thème. À quelques minutes de l’aéroport international d’Incheon à Séoul, le Paradise City Cimer propose deux étages de saunas (sel, améthyste, charbon), ainsi que des salles de méditation et des piscines pour décompresser avant ou après le vol.

 

LES BAINS EN AMÉRIQUE DU NORD

Loin des pays européens et asiatiques, les États-Unis et le Canada abritent eux aussi des spas et hôtels proposant des bains contrastes.

L’Alyeska Resort, à Girdwood, en Alaska : Ce centre de ski et de loisirs situé au beau milieu des montagnes Chugach dispose d’un spa nordique de plus de 4 500 mètres carrés (ouvert de jour et de nuit) avec un circuit d’hydrothérapie composé de saunas chauds, de jacuzzis et de bassins d’eau froide.

Le Crystal Spa, à Los Angeles, en Californie : Ce spa situé au cœur du quartier animé de Koreatown dispose de plusieurs salles à thème, d’un sauna sec et d’une salle froide recouverte de glace. Optez pour le gommage traditionnel avant de vous prélasser dans le jjimjilbang, un bain traditionnel sud-coréen composé de salles de sauna à thème, d’une aire de repos commune et d’espaces repas.

Le Durango Hot Springs Resort & Spa, à Durango, dans le Colorado : Ce complexe situé sous les pins ponderosa des monts San Juan dispose de piscines chauffées et de bassins froids. Le massage Stone Cold Fire du spa propose de soulager les inflammations et les gonflements grâce à des pierres chaudes, qui apaisent les muscles, et des pierres froides, qui rétrécissent les vaisseaux sanguins.

Le Scandinave Spa Whistler, à Whistler, au Canada : Les visiteurs de ce spa boisé situé en Colombie-Britannique peuvent effectuer des « voyages thermaux » grâce à un plongeon dans la piscine extérieure à 13 °C, suivi par une séance de sauna sec.

Des clients se détendent sur un sol chauffé de Spa Land, dans le grand magasin Shinsegae à Busan, en Corée du Sud. Le jjimjilbang dispose de bains d'eau de source chaude et froide, d'une salle glacée et de saunas traditionnels humides et secs.

PHOTOGRAPHIE DE CHANG W LEE, The New York Times, Redux

Terry Ward est une rédactrice établie en Floride et spécialisée dans les articles de voyage. Suivez-la sur Instagram.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.